Le clin d'œil

Les Brèves

    Une loi pour lutter contre le terrorisme

    Sécurité intérieure

    Suite aux attentats du 13 novembre 2015, l’état d’urgence a été décrété en France. Il a ensuite été prorogé à plusieurs reprises jusqu’au 1er novembre 2017, date à laquelle l’État en est sorti. Mais la menace terroriste reste réelle, comme en témoignent les dix attentats, effectifs ou échoués, comptabilisés sur le territoire français depuis le début de l’année. Alors, une loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme a été promulguée par Emmanuel Macron. Elle est entrée en vigueur le 31 octobre. « Nous avons choisi de renforcer la sécurité des Français, de ne pas flancher devant la menace terroriste, nous visons la sécurité optimale pour tous les Français, mais pas au prix de nos libertés », a déclaré Gérard Collomb, le ministre de l’Intérieur.

    Des mesures « moins restrictives »

    Les mesures de cette nouvelle loi concernent uniquement la prévention des actes de terrorisme. Quatre mesures phares sont à noter : il faut désormais une menace terroriste avérée pour établir des périmètres de protection lors de grands événements ; il est possible de fermer certains lieux de culte faisant l’apologie de la violence et de la haine pendant six mois maximum (contre toute la durée de l’état d’urgence auparavant) ; les perquisitions administratives ne peuvent être réalisées qu’au seul motif de la prévention du terrorisme ; les assignations à résidence visent désormais les individus proches du terrorisme et de ses théories et ceux dont le comportement serait menaçant. D’autres mesures concernent les données passagers des voyageurs aériens et du transport maritime, le renforcement des contrôles dans les zones frontalières, l’instauration d’un régime légal de surveillance des communications hertziennes, et la possibilité d’ouvrir des enquêtes administratives pour les fonctionnaires radicalisés.

    Ce nouvel arsenal juridique possède des « conditions d’application beaucoup plus ciblées et très encadrées ». Et les mesures sont jugées « moins restrictives », car ne concernent que le terrorisme, afin de « protéger les libertés individuelles ». 

    Les Brèves

      LE CHIFFRE DE LA SEMAINE

      Les Brèves

      • 25 000

        C’est le nombre d’arbres référencés dans la ville d’Orléans. Et 500 sont plantés chaque année, soit pour de nouvelles plantations, soit en renouvellement ou en remplacement. En France, la moyenne des platanes (arbres les plus plantés dans les villes françaises) est de 20 % ; à Orléans, elle n’est que de 14 %. On compte également plusieurs chênes (à feuilles de châtaigniers, verts, chevelus…) et quelques charmes (sur la place du Martroi), érables et tilleuls.

        Source : Forestopic.com

      En direct

      Les Brèves

      • Pont George-V : Vers une voie unique de tram ?

        Le 28 octobre, Orléans Métropole a lancé des « études préliminaires approfondies en vue du passage en voie unique de la ligne A du tramway sur le Pont George-V ». Comme l'indique l’intitulé de l’appel d’offre, il s’agit donc de réduire l’espace dédié au tram sur l’édifice. Le but étant d’offrir plus de place pour les vélos qui zigzaguent entre les voitures, voire roulent sur les rails. L’appel d’offre court jusqu’au 24 novembre. 

      • Restauration : Un Orléanais récompensé

        Le palmarès 2018 Gault&Millau Jeunes Talents a été rendu. Et l’un des lauréats est Maxime Voisin, du restaurant orléanais De Sel et d’Ardoise. Une vraie reconnaissance pour son art : la cuisson de ses légumes bio. Auparavant, ce chef avait forgé son talent dans des cuisines prestigieuses du George V et de la Tour d’Argent, à Paris.

      • Loiret : Le Pacs, c’est en mairie

        Depuis le 1er novembre, les démarches pour se pacser se font exclusivement en mairie et plus en tribunal d’instance. Selon la loi, il s’agit de faciliter les démarches. Les mairies ont dû récupérer l’ensemble des dossiers papiers de Pacs détenus par le tribunal. Et il y en a beaucoup. Dans le Loiret, l’Insee a comptabilisé 1 704 Pacs contractés en 2015 (sur 6 684 dans la région Centre-Val de Loire)

      • Région : La science a son réseau social

        Depuis le 7 novembre, la plateforme Echosciences du Centre-Val de Loire met en réseau différents acteurs et amateurs de la culture scientifique sur le territoire. Elle permet de localiser les événements et les lieux culturels scientifiques, de rédiger des articles ou encore de créer des dossiers. À l’origine, l’idée vient de Grenoble et est maintenant exportée dans plusieurs régions, dans la nôtre. 

      • Crowdfunding : Un Orléanais publie un roman

        L’auteur orléanais Robin Buisson se lance dans le deuxième tome de la trilogie romanesque La Guilde des Marchands de Pluie. Le premier avait été financé grâce au crowdfunding. Il en est de même pour celui-ci. L’écrivain cherche à réunir 4 070 € pour créer le livre au sein des éditions Amalthée, le faire corriger par un professionnel et couvrir les frais de port. Pour participer, rendez-vous sur le site Kisskissbankbank.

      TOPS & FLOPS

      Les Brèves

      • TOPS

        Novembre tout sport

        Orléans Métropole soutient Movember, le mois dédié à la santé masculine. Le défi ? Faire 30 minutes de sport chaque jour jusqu’au 30 novembre. De la musculation, de l’escalade, du paddle, de la nage avec palmes, de la course à pied… Des activités (2€ remis à la Fondation Movember) sont proposées pour sensibiliser à la question.


        Noël avant l’heure

        Si le marché de Noël ne sera ouvert que le 24 novembre (une semaine plus tôt que l’année dernière), la grande roue de la place du Martroi, elle, fonctionnera à partir du 10 novembre. Il sera possible d’y monter les 11, 12, 19 et 19 novembre pour admirer Orléans de haut.


        Accessibilité appliquée

        Un nouveau service devrait être disponible sous peu à Orléans : l’application AcceO. Celle-ci peut transcrire instantanément la parole en texte, mais aussi la parole en… langue des signes française. L’idée est de permettre aux malentendants et aux sourds de communiquer facilement. 

      • FLOPS

        Logos d’or

        Lors du conseil métropolitain d’octobre, il a été décidé une modification au budget 2017. Les nouveaux logos d’Orléans Métropole seront collés sur les arrêts de bus pour la modeste somme de 240 000 €. Une annonce qui fait bondir plusieurs internautes qui dénoncent un programme creux et « de l’argent bien dépensé »…


        Urbanisme cannibale ?

        Le projet d’urbanisation du centre-bourg d’Olivet ne fait pas que des heureux… Pour dénoncer l’expropriation dont elle pourrait être victime à cause de ce projet (sa résidence devrait être remplacée par une coulée verte), une habitante fait une grève de la faim depuis la mi-octobre. D’autres riverains, dans la même situation, la soutiennent.


        Friture sur la ligne

        Alors que François Bonneau affirme que la ministre des Transports ne s’oppose pas à la réouverture de la ligne SNCF Orléans-Châteauneuf, les habitants ne semblent guère enchantés. Lors de la première réunion publique, les remarques critiques sur le coût du projet (estimé à plus de 200 M€) et sur les estimations de fréquentation de la ligne ont fusé, avec en fond une question : est-ce vraiment utile ?

      Les Brèves

        Attention au monoxyde de carbone !

        Prévention

        Avec le froid et les premières gelées, il faut de nouveau chauffer les logements. Mais prudence : certains appareils fonctionnent avec des énergies combustibles (bois, charbon, gaz, essence, fioul, éthanol...) qui dégagent plus ou moins de grandes quantités de monoxyde de carbone, un gaz asphyxiant très toxique. Il est d’ailleurs la première cause de mortalité accidentelle par toxique en France. Selon le CIRE Centre-Val de Loire, dans le Loiret, en 2016, 52 personnes (en 15 accidents) ont été intoxiquées, notamment entre octobre et février. Par rapport aux autres départements de la région, le nôtre enregistre le plus d’épisodes et de victimes du monoxyde de carbone.

        Des gestes simples

        L’intoxication au monoxyde de carbone concerne tout le monde. Pour éviter tout risque, il faut penser à faire vérifier les installations de chauffage, les conduits de fumée et les installations de production d’eau chaude sanitaire. Surtout, il ne faut pas obstruer les bouches d’aération pour ventiler le logement, même en période de grand froid. De même, les chauffages d’appoint à gaz ou pétrole ne peuvent être utilisés que deux heures consécutives car ils rejettent des gaz à combustion. En cas de soupçon d’intoxication (maux de têtes, nausées, fatigue, coma), aérez les pièces, évacuez le logement et appelez les secours.

        Les Brèves

          Les Brèves

            Deliveroo arrive à Orléans

            DERNIÈRE MINUTE

            En 30 minutes top chrono, et à vélo, vous pourrez désormais vous faire livrer vos plats à domicile et au bureau tous les jours de la semaine. La société anglaise Deliveroo a débarqué en France il y a un an et s’est implantée dans une vingtaine de grandes villes. Depuis le 8 novembre, cinquante livreurs, notamment des étudiants, y travaillent à Orléans. 

            Les Brèves

              Il a dit

              Les Brèves

              • Michel Ricoud, conseiller municipal (PCF) d’Orléans

                « Nous comprenons la colère de la maire de Châteauneuf quand, au sujet du lycée qui ne serait pas construit à Châteauneuf mais sur la métropole, elle parle « d’une France à deux vitesses » et que « l’on métropolise nos populations ». Nous avons dit et répété que ce passage en métropole allait accélérer la fracture territoriale et accentuer la désertification de secteurs ruraux en termes de services publics notamment. Et l’exemple du lycée est criant. »

              On y était

              Les Brèves

              • Caric@t à quatre !

                Le festival de caricatures Caric@t a réussi son coup le week-end dernier. L’événement, de retour après un an d’interruption, a attiré la foule à l’orangerie du Jardin des Plantes. C’est le dessinateur Seb (notre photo), auteur d’une caricature de Jean Rochefort, qui a remporté le prix du public, tandis que Biz a, lui, glané le prix de la Ville d’Orléans !