Les Brèves

  • À SAVOIR / OPEN D'ORLÉANS

    Bonne bouche : Avantage… papilles !

    Sept restaurateurs locaux se relaieront lors des soirées et déjeuners partenaires tout au long de la semaine. Au vu des pedigrees des cuistots en question, on devrait ainsi se taper sur la cloche dans les trois restaurants de l’Open d’Orléans, puisque l’étoilé Christophe Hay partagera l’affiche en cuisine avec Laurent Camus, Maxime Voisin, Philippe Hondermarck, Alain Gérard (Chez Eugène), Bernard Vaussion (l’ancien chef de l’Élysée) et Philippe Bardau (Le Lift). Ça promet quelques jolis services à la cuillère...

    Ambassadeurs : Un « Scud » à Orléans

    Cette année, l’Open d’Orléans comptera deux ambassadeurs. Sébastien Grosjean sera toujours là, mais seulement en début et en fin de tournoi, puisqu’il devra, la même semaine, être présent en Espagne pour une étape du Senior Tour qu’il organise. Les partenaires et spectateurs pourront toutefois converser avec Nicolas Escudé, qui remplacera Mickaël Llodra, ambassadeur du tournoi lors des dernières années. Homme-lige de la campagne victorieuse de 2001 en Coupe Davis, le « Scud » présente l’un des plus beaux palmarès du tennis français des années 2000.

    À l’affiche : À Cieu si près…

    L’affiche de la 13e édition de l’Open d’Orléans a été réalisée par l’artiste orléanais Cieu. Celle-ci avait été dévoilée au printemps dernier aux partenaires du tournoi. Peintre remarqué et en pleine ascension, Cieu s’y connaît visiblement en revers lifté et en service quické : Didier Gérard a ainsi confié que l’artiste avait un temps été classé -2/6 ! Visiblement, le garçon était aussi à l’aise avec une raquette de tennis qu’il ne l’est aujourd’hui avec un pinceau. Dans les deux cas, l’important est de savoir rester dans le cadre…

Un futur n°1 mondial à Orléans ?

Open d’Orléans

L’Open d’Orléans débutera le 25 septembre au Palais des Sports. Avec en têtes d’affiche une pléiade de joueurs français et, surtout, la présence d’un garçon qui pourrait à l’avenir devenir le maître du tennis mondial : le jeune Canadien Denis Shapovalov, récent tombeur d’un certain… Rafael Nadal.

Benjamin Vasset

L’affaire avait été éventée depuis quelques jours, mais c’est avec une vraie satisfaction que Didier Gérard, le directeur de l’Open d’Orléans, a confirmé la venue dans son tournoi d’une vraie pépite du tennis mondial. Joues roses, cheveux blonds et bras gauche de feu, le Canadien Denis Shapovalov va bel et bien fouler le ciment du Palais des Sports pour la 13e édition de l’Open d’Orléans. Une aubaine bienvenue, plus que la conséquence d’une cour assidue de Didier Gérard, qui a indiqué « n’être pour rien » dans la décision du jeune (18 ans) prodige de jouer le premier tournoi Challenger du monde. Le directeur du tournoi a cependant expliqué que la présence de nombreux entraîneurs français au Canada avait certainement fait connaître (en bien) l’Open d’Orléans de ce côté-là de l’Atlantique.

Orléanais, profitez-en : il est peu probable que vous ayez l’occasion de revoir Shapovalov dans un tournoi Challenger avant des lustres. Bientôt, le garçon devrait effectivement faire des bonds au classement – il est pour l’instant 69e à l’ATP – et restreindre son programme aux tournois les plus prestigieux du globe. Cet été, il a ainsi battu chez lui, lors du Master 1000 de Montréal, ni plus ni moins que Rafael Nadal en personne. Quand on est capable d’une telle performance à cet âge, c’est qu’on possède forcément un talent hors normes. Espérons cependant que son été flamboyant ne le fasse pas sauter la case Orléans au dernier moment…

Hommage à « PHM »

Rafael Nadal, justement : Paul-Henri Mathieu aura été l’un des rares à malmener la légende ibérique sur sa terre chérie de Roland-Garros. C’était en 2006, pour un match dantesque de plus de cinq heures, que l’Espagnol avait fini par remporter au bout de l’effort. Mais « PHM », héroïque, avait alors fait battre le cœur du très chic public du French Open... À la fin de l’année, le Strasbourgeois mettra un terme à sa carrière, et Didier Gérard lui a légitimement attribué une des deux wild-cards en sa possession. Les Orléanais seront donc attendus, là aussi, pour rendre un dernier hommage à ce combattant formidable qu’est Paul-Henri Mathieu, dont la carrière aurait pu, avec un peu de réussite, être encore plus belle qu’elle ne le fut.

Stéphane Robert sera là

En plus de « PHM », le public orléanais aura cette année de quoi exalter sa fibre cocardière à Orléans, puisque seront présents deux anciens vainqueurs français du tournoi, Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert (soit notre paire de double en Coupe Davis…), ainsi que Julien Benneteau, Kenny de Schepper ou Mathias Bourgue. En 2016, celui-ci s’était fait remarquer à Roland-Garros en poussant Andy Murray jusqu’au cinquième set.

Enfin, Didier Gérard a annoncé que le régional de l’étape, en l’occurrence Stéphane Robert, serait présent à Orléans quoi qu’il arrive. Soit parce que l’organisation lui attribuera la seconde wild-card pour entrer dans le tableau final, soit parce qu’elle le versera dans le tableau de qualifications. Didier Gérard pencherait pour la première solution, mais Robert aimerait, lui, jouer des matchs en qualifications pour gagner de la confiance. Mais en tout état de cause, ce sera la fin d’une période d’incompréhension mutuelle entre le Montargois et le tournoi.

Plus  d'infos

Du 25 septembre au 1er octobre.

Qualifications le week-end précédent au Complexe de la Forêt (Saran)

Billetterie en ligne sur www.opendorleans.com

Tarifs adulte journée : de 11 à 23 €. 

Les Brèves

  • Dustin, Horacio, Jürgen et les autres…

    Hormis Denis Shapovalov et les joueurs français, le plateau de l’Open d’Orléans sera composé d’autres noms qui diront sans doute quelque chose aux amateurs de tennis. Si l’Open d’Orléans démarrait aujourd’hui, la tête de série n°1 serait ainsi Horacio Zeballos, un Argentin de 32 ans, récent 1/8e de finaliste à Roland-Garros. On trouvera aussi dans le tableau l’Autrichien Jürgen Melzer, le Polonais Jerzy Janowicz, les Russes Andrey Kuznetsov ou Mikhaïl Kukushkin, l’Italien Simone Bolelli… Sans oublier l’Allemand Dustin Brown, au tennis spectaculaire, mais pas toujours efficace, c’est un euphémisme !

  • 150 000 $

    C’est le prize money total de l’Open d’Orléans. Le vainqueur remportera 18 290 $, le finaliste 10 770 $. Et un 1/16e de finaliste… 1 320 $ !

Les Brèves

  • 41

    C’est le nombre d’obstacles placés sur les parcours de la No Limit Race.

Sans limites, mais plein d’obstacles !

No Limit Race

La No Limit Race revient ce dimanche à la base de loisirs de l’île de Charlemagne, avec quatre parcours de 2, 4, 7 et 12 km. Une quarantaine d’obstacles seront placés dans les pattes des participants. Ça va suer !

Qui c’est qui va ramper sous des barbelés, tirer des pneus, grimper à la corde et se rouler gaiement dans la boue ? Ce sont les participants de la troisième édition de la No Limit Race, attendue avec autant d’impatience qu’un passage de témoins par un relayeur de 4*100 m… Désormais bien implantée dans le paysage orléanais, cette course de frapadingues organisée par les Neveu père et fils va faire crapahuter plus de 4 500 sportifs ce dimanche. Le tout à travers quatre parcours (à partir de 8, 12, 16 et 18 ans) conçus, selon l’organisation, « pour chaque membre de la famille. »

Un air de Koh-Lanta

De façon pratique, les départs seront donnés toutes les quinze minutes, par vagues de 150 personnes. Et « pour les candidats avides de chronos et de performances, précisent les organisateurs, certaines vagues de la Médium Race (8h45 et 9h) et de l’Extrem Race (13h45 et 14h) seront chronométrées. » Celles et ceux qui attendront leur tour au sein du village départ, sur le terrain habituellement dévolu aux Fêtes johanniques, pourront tranquillement patienter sans s’ennuyer grâce aux nombreuses animations implantées sur le site. Un toboggan de 70 m de longueur ravira ainsi les petits, tout comme les structures gonflables et les trampolines. Afin de se préparer au mieux à la course – mais aussi pour bien récupérer… – un institut de massage proposera également des « massages sportifs » bien sentis.

Sur le plan de la sécurité, l’organisation stipule que tous les obstacles « seront contrôlés la veille de la manifestation et gardiennés toute la nuit pour qu’ils soient parfaitement prêts le jour J. » La Fédération Française de Sauvetage et de Secourisme du Loiret se montrera aussi prête à intervenir en cas d’urgence. Des ambulances et des médecins seront en outre déployés sur le site.

Sans transition, deux people du sport et/ou de la télé viendront dimanche « s’y filer ». Sandro Gonzalez, qui a participé à Koh-Lanta en 2017 et Thomas Ballet, quintuple champion de France d’escalade et lauréat de l’émission Ninja Warrior, se prendront ainsi au jeu pour voir de quel bois les Orléanais se chauffent. Température pressentie à 9h, dimanche : 10°C. La fête n’a plus qu’à commencer.

Plus d'infos

www.nolimit-race.com

Les Brèves

  • Un beau geste !

    L’important n’est pas de gagner, mais de participer, disait Pierre de Coubertin. L’important est aussi bien de s’amuser que de partager, pourrait-on aujourd’hui le paraphraser. Lors de la No Limit Race de dimanche, une collecte sera ainsi organisée au profit d’Action Contre la Faim. Il sera possible de déposer des dons dans les urnes qui seront déposées par les bénévoles d’ACF 45 aux différents points de contrôle. Sportifs, osez !