Les Brèves

  • Une présidente très demandée…

    Christel Royer, après plus de douze ans comme présidente de l’USO Judo, passera la main en mars prochain. « C’était le bon moment », assure celle qui siège aussi au Comité directeur de la Fédération française de Judo. Personnalité du monde sportif orléanais, elle a été sollicitée par des candidats aux municipales à Orléans. Elle n’a pas encore décidé des suites à donner à ces différents appels du pied venus, dit-elle, de plusieurs personnalités de camps opposés.

Le judo revient dans le game

Les Seigneurs des Jeux, le 19 janvier prochain

 Après un joli succès en 2013, l’USO Judo organisera bientôt la deuxième édition des Seigneurs des Jeux, au Zénith d’Orléans. Un événement de premier ordre, qui sera servi, en janvier prochain, par l’inénarrable Nelson Monfort… b.v


L’USO Judo va clore l’an prochain une décennie faste, dont le point d’orgue aura été les deux médailles de bronze obtenues aux JO de Londres par Automne Pavia et Ugo Legrand. L’été prochain, à Tokyo, Audrey Tcheuméo et Hélène Receveaux tenteront de rééditer l’exploit… si elles se qualifient. Mais en attendant, les deux têtes d’affiche du club loirétain se retrouveront pour un grand show qui se tiendra dans trois mois environ au Zénith d’Orléans. Le but sera non seulement de faire le spectacle, mais aussi de donner au club une visibilité qui lui manque parfois en local. « La semaine dernière, on a obtenu deux médailles de bronze au Grand Slam de Rio, mais qui en a parlé ? », se demande ainsi Christel Royer, la présidente. Aussi, pour montrer aux partenaires qu’ils ont raison de soutenir l’USO Judo, l’organisation d’événements comme Les Seigneurs des Jeux est essentielle pour un club qui n’a pas 107 occasions de se produire dans l’année auprès d’un public nombreux.

Des chances de médailles à Tokyo ?

Histoire de faire un peu monter la sauce autour de lui, l’USO Judo replante donc le décor pour une deuxième édition des Seigneurs, un événement qui avait bien marché il y a six ans, au retour de Londres. Le 19 janvier prochain, Audrey Tcheuméo et Hélène Receveaux seront évidemment là pour combattre, de même que Sandrine Martinet, championne paralympique en 2016, assurément l’une des meilleures chances de médaille pour Orléans l’été prochain. Des anciennes gloires du judo loirétain seront de la partie, comme Marc Alexandre, le seul champion olympique de l’USO Judo (en 1988, à Séoul), ou Stéphane Traineau. Et d’autres athlètes locaux du moment (peut-être Cécilia Berder en escrime, par exemple), viendront évoquer les valeurs du code moral du judo. Plusieurs animations de grande ampleur sont également prévues, dans l’idée de « ranimer la flamme olympique à Orléans ». 20 % des recettes de l’événement seront en outre versées aux Restos du Cœur. « Nous voulons, en quelque sorte, être les Enfoirés du judo orléanais », résume Christel Royer.

Pour l’occasion, cette fête sera animée par l’imitatrice Sandrine Alexis, ancienne voix des Guignols de l’Info, qui sera accompagnée du populaire Nelson Monfort. Entre deux interventions, l’intervieweur polyglotte viendra prêter sa faconde à l’événement. La jauge du Zénith sera, ce jour-là, comprise entre 3 000 et 3 500 places. Celles-ci sont déjà en ligne aux prix de 8 € (groupes) et 10 €. Le budget des Seigneurs des Jeux deuxième version est estimé à 60 000 €. 

Plus d'infos : Dimanche 19 janvier 2020, à 18 h

Réservations sur usoljj.com

Les Brèves

    Les Brèves

      Les Septors sonT DANS LE DUR

      Saran Loiret Handball

      Avec deux victoires sur les cinq premiers matchs de championnat (dont la dernière en date à Sélestat, vendredi dernier), les Septors de Saran connaissent un début de saison compliqué. Fabien Courtial, l’entraîneur, détaille pourtant les raisons d'y croire. charly colin 


      Quel bilan tirez-vous de ce début de saison ?*

      C’est sûr qu’on ne s’attendait pas à un début de saison comme celui-ci. La première défaite contre Pontault-Combault pouvait se comprendre, car il s’agit d’une grosse équipe. Ensuite, on gagne le deuxième match contre Dijon. À ce moment-là, on se dit qu’on est lancé, qu’on a une possibilité d’enchaîner sur une bonne dynamique, mais on perd les matchs qui suivent contre les deux promus, c’est calamiteux. On est conscient de ne pas être à la hauteur de notre niveau et personne ne peut le nier. Mais il faut se servir de ce début de saison catastrophique pour tout donner sur les prochains matchs, tant sur le plan physique que mental. On va tout faire pour rebondir.

      Quels sont les problèmes majeurs ? Y a-t-il une réelle perte de confiance dans l’équipe ?

      La confiance est généralement liée au tableau d’affichage. Souvent, le score se resserre à cause de certaines petites erreurs. Ensuite, la confiance commence à chuter et les erreurs se font plus grandes. J’attends davantage de mes joueurs dans l’agressivité et l’investissement mental. On doit mettre plus d’engagement et être plus combatif à certains moments clés du match. On perd en vitesse avec le gabarit et le poids de notre équipe, mais on doit gagner en densité, augmenter notre capacité à gagner des duels et à marquer des buts de derrière, car on en a les moyens. Il y a également un manquement sur le respect des consignes. Si le coach demande quelque chose et que ça ne marche pas, on pourra dire qu’il est responsable, mais avant ça, il faut appliquer les consignes. Très peu de choses ont été réalisées sur ce qu’on attendait avec Chema (Rodriguez, entraîneur adjoint, ndlr).

      « il faut déjà appliquer les consignes… »

      Qu’allez-vous mettre en place pour inverser la tendance ?

      Avec Chema, on a déjà durci le ton de notre discours pour faire réagir l’équipe. On va continuer dans cette perspective à l’avenir, et être davantage intransigeant. Il s’agit aussi de mettre une forme de pression sur certains joueurs qui sont en confiance quant à leur place dans l’équipe. Dans notre vision des choses, les joueurs doivent avoir une certaine autonomie dans leur travail au quotidien. On a imposé certaines directives, comme le fait de prendre des notes lors des analyses vidéo. Le but pour eux est de connaître les points sur lesquels ils doivent travailler. 

      *Interview réalisée la semaine dernière, avant le match des Septors contre Sélestat.

      Les Brèves

      • CONFIRMER à domicile

        Le prochain match des Septors aura lieu à domicile, à la Halle Jacques-Mazzuca de Saran, le vendredi 18 octobre, contre Grand Nancy Métropole. Habituée de Proligue et quatrième du classement l’année dernière, cette équipe sera un sérieux adversaire pour les hommes de Fabien Courtial. Le travail mis en place ces dernières semaines va-t-il enfin payer ? Réponse à 20 h 30, ce vendredi.