Les Brèves

  • Des travaux chaque année

    D'importants travaux de dévégétalisation du bras dit de la "petite Loire", dans la traversée orléanaise, ont été réalisés par l’État entre septembre 2012 et novembre 2014, incluant des fouilles archéologiques du secteur en 2013. Ces travaux avaient pour vocation d'améliorer les écoulements en cas de crue de la Loire en intégrant une dimension paysagère et environnementale, indique-t-on du côté de la Préfecture. Depuis, la DDT intervient chaque année dans ce secteur afin d'éviter la colonisation, par la forêt alluviale, des zones sableuses dévégétalisées. La DDT a également récemment réalisé des travaux d'enlèvement d'arbres morts couchés, qui encombraient les duits orléanais. 

Se balader, cela vous duits ?

Un été nature à Orléans

Digues permettant à l’origine la navigabilité du Fleuve royal durant toute l’année, les duits sont aussi un lieu permettant d’observer la faune et la flore ligériennes. Suivez le guide !

g.m

Tout le monde – ou presque – connaît la fête des duits (voir plus bas), qui offre en août l’occasion de découvrir les duits d’Orléans. Mais il est également possible, lorsque la Loire est basse, d’accéder à la digue, à partir de la rive sud, en prenant la direction de Saint-Jean-le-Blanc. Un premier duit – le duit d’Orléans – remonterait à la seconde moitié du XVIe siècle et fut prolongé en 1830. Le duit Saint-Charles – qui s’étend du quai du Châtelet à l’île Charlemagne – apparaît également à cette époque. Lors de travaux de dévégétalisation en 2012, les archéologues de l’Inrap ont repéré entre le duit Saint-Charles et le pont Georges V des vestiges datés du Néolithique, des structures de ponts gaulois, romains et médiévaux… Mais au-delà de l’aspect historique du lieu, ce chemin empierré au milieu de la Loire constitue une promenade agréable pour observer la ville, mais aussi la biodiversité.

Attention aux sternes !

Même si l’on est en ville, les duits sont un espace de biodiversité. « On évite de marcher sur les plages de sable et on respecte les panneaux posés par notre association et qui délimitent les colonies », rappelle Marie-des-Neiges de Bellefroid, chargée d’études à Loiret Nature Environnement. En effet, à cette période de l’année, il reste de « jeunes sternes naines et des petits gravelots, il faut faire attention. » La sterne pierregarin vient également y pêcher. Les propriétaires de chiens les garderont aussi en laisse, de manière à préserver la quiétude des duits. Car le lieu est également le domaine des hérons et martins-pêcheurs. « Il est possible aussi d’observer le passage de migrateurs. » Les plus chanceux auront aussi le privilège d’admirer le balbuzard venu pêcher, même si « c’est assez rare. » Côté mammifères, castors et loutres vivent ici assez discrètement (ces espèces sont plus observables à la tombée de la nuit, tout comme les chauves-souris). À ne pas confondre avec le ragondin, plus petit et distinguable par sa queue. Au niveau végétal, la forêt alluviale abrite de beaux spécimens anciens de peupliers noirs et, les duits étant dans une zone aquatique, il n’est pas rare de rencontrer quelques libellules. Ils permettent surtout un vrai regard sur la nature, tout en restant au cœur d’Orléans.

Les Brèves

    Les Brèves

      Embarquement immédiat !

      la Fête des duits, en août

      Du 14 au 19 août, c’est le retour de La Fête des duits à Orléans. Embarquement quai de Prague via le gué, pour découvrir ce safari artistique plein de poésie. Thème du cru 2019 : l’altérité.

      g.m

      Pas besoin d’aller à l’autre bout du monde pendant les vacances : il suffit d’aller à la Fête des duits pour être dépaysé. Chaque année, Arnaud Méthivier, alias Nano, concocte un programme dont il a le secret, plein de fantaisie et d’émotions. Difficile en effet de résumer l’événement, car il constitue toujours au final une expérience unique et personnelle pour le visiteur. En effet, la particularité de cette fête se déroulant dans l’espace sauvage des duits est que les artistes interviennent selon les moments qu’ils choisissent…

      Impossible, donc, de vivre la même expérience que votre voisin selon le jour ou l’horaire choisi. Acrobatie, sculpture, contrebasse, mimes… Arnaud Méthivier offre un espace de création aux artistes du spectacle vivant et des arts plastiques notamment « locaux ».

      À l’aube et pendant la nuit

      Moyennant 3 € par personne, il sera possible d’accéder librement de 10 h 30 à 19 h 30 au duit, mais pour ceux qui auront envie de vivre une expérience dans une autre ambiance, sur réservation, il sera possible de vivre l’éveil des duits, le dimanche 18 août à 6 h, aux lampions, avec des surprises artistiques (12 €).

      Une nuit des duits est également proposée sur le même principe à 21 h, sur réservation, du 14 au 18 août. Et sur la rive, côté paillotte, le point de vue s’animera pendant toute cette période de propositions artistiques diverses et impromptues, offrant l’un des plus beaux panoramas sur la ville d’Orléans.

      Plus d'infos

      www.fetedesduits.fr et réservations sur contact@fetedesduits.fr ou 07 82 46 75 58.

      Les Brèves