Les Brèves

    Emploi local et attractivité touristique !

    Métiers d’art

    Jusqu’au 7 avril se déroulent les Journées Européennes des métiers d’art. L’occasion de faire un point sur ce secteur représenté par 200 entreprises artisanales dans notre département. 

    Derrière les mots « métiers d’art », il y a une nomenclature officielle répertoriant 281 activités au Journal officiel de 2016 mais pour la chambre de métiers et de l’artisanat du Loiret, « il faut que l’on retrouve le savoir-faire à la française » commente Stéphane Cadeau, le directeur-adjoint de la chambre de métiers et de l'artisanat du Loiret. Il y a une différence ainsi entre le menuisier qui fait de la pose d’huisseries classiques et celui qui réalise des meubles ouvragés. Au total, 200 entreprises artisanales du département rentrent dans ce critère. « On est dans la lignée d’un savoir-faire ancestral, même si les outils et les matériaux évoluent, il y a toujours la valeur ajoutée par la main de l’homme. »

    Pour le directeur-adjoint de la CMA, le Loiret est « riche » d’artisans d'art car « la région en compte 700. C’est lié aussi à l’Histoire car notre région est celle des châteaux des rois de France, cela a initié une dynamique ! » Tout naturellement, l’ameublement et la restauration sont les domaines les plus représentés dans le département.

    Création et restauration

    « Nous avons une représentation à peu près équivalente des métiers de la création que de la restauration dans ce domaine. De même, nous sommes proches de la parité dans ce genre de métiers. Nous rencontrons plus de femmes aussi que dans le reste des secteurs de l’artisanat. » Mais pour le représentant des artisans loirétains, les métiers d’art sont aussi un vivier d’emploi local « comme l’ensemble de l’artisanat » mais ils jouent également un rôle dans le développement économique du territoire. « Ils font venir des touristes de l’étranger. Ce savoir-faire à la française est recherché par les Allemands, les Hollandais qui viennent visiter la France. » De quoi expliquer aussi que les créations réalisées par ces artisans s’exportent en dehors de nos frontières. « Il s’agit principalement de l’ameublement et de la décoration pour des raisons également de coût de transport. »

    Reconversion et vocation

    Susciter des vocations, c’est tout l’enjeu aussi des Journées européennes des métiers d’art au-delà de faire connaître le travail des artisans locaux. « Nous avons de plus en plus de jeunes qui s’y intéressent » observe Stéphane Cadeau qui constate aussi parmi les nouvelles vocations, des reconversions. « Ce sont des métiers qui ont du sens, avec des produits durables. » De quoi faire vivre l’artisanat d’art de demain.

    Plusd'infos

    www.cma45.fr

    Les Brèves

      Les Brèves

        « C’est un métier passion ! »

        Témoignage

        Florence Carly, restauratrice de tableau 

        Installée depuis l’été dernier à Saint-Hilaire-Saint-Mesmin, Florence Carly est restauratrice d’œuvres d’art depuis 10 ans, diplômée d’État (DNSEP mention conservation-restauration d’œuvres peintes de l’école supérieure d’art d’Avignon) et habilitée par les Monuments Historiques. C’est d’ailleurs les Monuments Historiques qui la chargent de la plupart des restaurations qu’elle effectue dans son atelier. « Jusqu’à présent, je travaillais de cette manière, par bouche-à-oreille. Cela commence cependant un peu à s’ouvrir aux particuliers » explique celle qui a quitté Vierzon pour suivre son époux dans le Loiret. Un métier qui lui va comme un gant car Florence Carly aime depuis longtemps l’Histoire et les arts plastiques. « Lors de ma maîtrise d’art plastique, on me disait déjà que j’étais trop dans l’Histoire de l’art. »

        Des restaurations en région

        Actuellement, celle qui apprécie les défis en matière de restauration travaille sur des tableaux de l’église d’Aschères-le-Marché. « Il y en a un daté de 1770 et les deux autres sont du XIXe siècle. J’ai découvert la date sur le premier en enlevant l’entoilage ! C’est pour cela que j’aime travailler sur les œuvres des Monuments Historiques, on peut faire ce genre de découverte. C’est plus rare sur des œuvres qui viennent des musées car elles ont souvent été déjà restaurées par le passé. » Cette restauratrice de 38 ans n’est cependant pas fermée à l’idée de travailler pour les musées, notamment celui d’Orléans. Pour l’heure, après sa restauration loirétaine, ce sont des œuvres venant d’Indre-et-Loire qui l’attendent. Pour ce qui est de conseiller ceux qui souhaitent se lancer à leur tour dans ce beau métier, Florence Carly prévient : « C’est un métier passion, où l’on passe beaucoup de temps, notamment à instruire les compte-rendus des œuvres. C’est un travail minutieux, de patience… La profession est féminine à 80 % et l’on compte beaucoup de couples qui exercent ce métier. » En effet, pour manipuler les toiles de grands formats, ce n’est pas toujours simple mais la restauratrice fait appel à son entourage ou aux voisins lorsque la manœuvre est complexe. Le public pourra découvrir son travail et la rencontrer lors des Journées européennes des métiers d’art à la serre du Jardin des plantes (lire la page suivante).

        Plusd'infos

        https://accro-art.fr

        Les Brèves

          Les Brèves

            Des talents à découvrir !

            Journées européennes des métiers d'art

            Dans le cadre des Journées européennes des métiers d'art, des expositions et des ouvertures d'ateliers sont organisées dans le Loiret. Suivez-le guide !

            35 artisans d'art au Jardin des plantes

            La serre du jardin des plantes va servir d'écrin à une exposition rassemblant, le temps du week-end, 35 artisans d'art venant de tout le département. Une exposition qui sera ponctuée de démonstrations et permettra de découvrir l'excellence locale et pourquoi pas susciter des vocations. On pourra ainsi découvrir le travail d'une modiste, celui d'un peintre de décors mais aussi le travail de corsetières. Plus insolite, il y aura un tourneur-repousseur sur métaux et même un coutelier.

            Samedi 6 et dimanche 7 avril de 11 h à 19 h, place du Jardin des Plantes à Orléans. www.cma45.fr Gratuit.


            Des ateliers ouverts

            Les journées européennes des métiers d'art sont aussi l'occasion de pénétrer dans les ateliers. Il sera possible ainsi de se rendre chez Agnès Diamantoglou afin de découvrir le travail de tapissier d'ameublement à La Ferté-Saint-Aubin.

            Rue des Carmes, l’atelier Ilu, a été imaginé par quatre créatrices locales : Marie Samson et Sandrine Ghestem (céramistes), Séverine Loret et Émilie Latouche (couturières). Ce lieu a pour objectif de mettre en avant l’artisanat, le 100 % fait-main en montrant leurs créations mais aussi en invitant d’autres créateurs. L’atelier sera ouvert du mardi 2 au dimanche 7 avril avec des artisans qui présenteront leur travail aux visiteurs. Trois autres ateliers sont également ouverts à Orléans pour l'occasion.

            Samedi 6 et dimanche 7 avril de 10 h à 19 h, Agnès Diamantoglou, La Vigne, 330 route des Trays à La Ferté-Saint-Aubin.

            L’atelier Ilu, du mardi 2 au dimanche 7 avril de 10 h à 19 h, 76 rue des Carmes à Orléans.

            L’atelier TAC, fabrication de mobilier, 97 rue de la Gare à Orléans, samedi 6 et dimanche 7 avril de 10 h à 13 h et de 14 h à 19 h.

            L’atelier Hélène Metezeau, avenue du Parc Floral à Orléans, samedi 6 et dimanche 7 avril de 10 h à 18 h.

            Cécile Robert-Sermage, céramiste, 11 rue des Chèvres Noires à Orléans. Vendredi 5 de 14 h à 19 h, samedi 6 de 8 h à 19 h et dimanche 7 avril de 11 h à 19 h.


            En avant la musique

            La Maison des métiers d'art propose une exposition dédiée aux instruments de musique et au savoir-faire des artisans indiens avec le centre du patrimoine de la facture instrumentale à Ferrières-en-Gâtinais. Sitar, sarod ou encore tablas, percussions digitales typiques... livreront leurs secrets de fabrication. Une occasion de découvrir le métier de facteur et restaurateur d'instrument indien ainsi que l'histoire de cette musique qui invite au voyage. À noter, samedi 6 avril de 14 h 30 à 17 h 30 des visites guidées de l’exposition seront réalisées par la directrice du Centre du Patrimoine de la Facture Intrumentale.

            Samedi 6 de 10 h à 13 h et de 14 h à 18 h, dimanche 7 avril de 14 h à 18 h, 18 Grande Rue à Ferrières-en-Gâtinais. www.ferrieresengatinais.fr/maison-des-metiers-dart


            Bijoux, vitrail et sculpture

            Évelyne Arnaud-Alexandre (créatrice de bijoux contemporains), Nathalie Boitelet (graveuse sur verre et pierre), Jean-Pierre Durand (tailleur sur pierre), Laurence Goupil (vitrailliste), Marc Vubassone (sculpteur sur métal) et Igor Wolinski (verrier) accueilleront le public pour lui expliquer leur processus de fabrication, du matériau utilisant en passant par les outils. Au programme notamment : démonstration de forge, coulée de bronze, taille de pierre, montage de vitrail et de découpe en gravure...

            Vendredi 5 de 14 h à 19 h, samedi 6 de 10 h à 13 h et de 14 h à 19 h et dimanche 7 avril de 10h à 13 h et de 14 h à 18 h 10, 58 rue de Lavau à Baule.

            Les Brèves