Les Brèves

    Orléans se souvient

    Centenaire 1918/2018

    Un siècle s’est écoulé depuis la fin de la Première Guerre mondiale. Afin de ne pas oublier ces heures sombres de l’Histoire, Orléans commémore ce souvenir par de nombreuses manifestations. gaëla messerli


    Concerts, expos, conférences ou encore ateliers de création de bleuets (voir ci-dessous) : Orléans célèbre dignement le centenaire de la fin de la Grande Guerre. 500 élèves sont d’ailleurs attendus pour les commémorations. « C’est important de transmettre ce souvenir aux nouvelles générations par le biais de l’école, mais aussi par des interventions », commente Gérard Pichon, de l’association du Souvenir français, qui participe à la transmission de la mémoire et à la préservation des monuments à la gloire de ceux qui sont morts pour la France. « Cette année, c’est le Centenaire, mais il ne faut pas oublier aussi la démobilisation, qui a mis du temps. Certaines familles n’ont retrouvé le corps de leurs soldats qu’en 1922. »

    Des expos et des conférences

    Parmi les rendez-vous proposés en dehors de la cérémonie du 11-Novembre, on pourra découvrir une évocation littéraire et musicale de la Grande Guerre par l’ensemble Variation lors d’un concert-lecture, le 30 novembre à 20 h 30, à la Salle de l’Institut (gratuit dans la limite des places). Le Refus d’obéissance, de Jean Giono, sera présenté avec la musique de Claude-Henry Joubert. Les textes de Barbusse, Apollinaire et Péguy B.A.P 1914 seront associés à la musique de Marcel Dortort. Le centre Charles-Péguy accueille également une exposition traitant de l’après 1918, au travers de témoignages d’anonymes, mais aussi d’écrivains et de photographies. Un bilan illustré de ce premier conflit du XXe siècle sera ainsi présenté jusqu’au 5 janvier.

    « célébrer dignement le centenaire de l’armistice »

    Rendez-vous, sinon, le 11 novembre, pour la traditionnelle cérémonie. Le cortège prendra son départ à 10 h 30, rue Robert de Courtenay. Une demi-heure plus tard, début de la la cérémonie au Monument de la Victoire, sur l’esplanade du Souvenir français, boulevard Alexandre-Martin. 

     Plus d'infos : Programme complet sur www.orleans-metropole.fr

    Les Brèves

    • À SAVOIR / CENTENAIRE

      Saint-Jean-de-Braye

      Que sont devenus les Poilus ?

      Jusqu’au 18 novembre, Saint-Jean-de-Braye propose, tous les jours de 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h (salle des fêtes) une exposition sur la commune à l’époque de la Guerre 14-18. Comment vivaient les habitants, que sont devenus les Poilus abraysiens à leur retour ? Cette exposition est le fruit du travail de recherche du Groupe d’Histoire Locale du comité des sages. Elle est également l’occasion de découvrir des collections d’objets d’époque prêtées par des particuliers. Le Conservatoire des approvisionnements en produits de santé des armées et l’ACAPSA ont délivré plus d’une vingtaine d’objets permettant de se rendre compte des moyens parfois rudimentaires du personnel médical dans les tranchées et les hôpitaux. À noter aussi un spectacle, Le Chemin des âmes, adapté du roman de Joseph Boyden, le 9 novembre, à 20 h 30, mais aussi des conférences comme celle de l’historien Georges Joumas, le 10 novembre, à 17 h 30 (médiathèque, sur réservation, au 02 38 52 40 80).


      Chécy

      Aviation et godillots

      À Chécy, plusieurs expositions, du 8 au 18 novembre, retraceront le rôle de l’aviation pendant la Guerre, l’assistance aux blessés avec le sanatorium Les Sablons ou encore la vie des soldats caciens dans les tranchées. Dans le hall de l’espace George-Sand, du 8 au 30 novembre, une exposition en BD racontera avec humour le quotidien de deux soldats. Des spectacles, un atelier d’écriture et une soirée cabaret seront aussi au programme.

      Plus d’infos sur www.checy.fr. 

    Les Brèves

      Création artistique : Des bleuets pour les Poilus !

      Dans la métropole d’Orléans

      Depuis septembre, les habitants d’Orléans œuvrent pour réaliser des bleuets à partir de bouteilles en plastique. Avec une dizaine d'ateliers mobilisant à chaque fois une cinquantaine de personnes, plus de 2 500 bleuets avaient déjà été déposés en mairie d’Orléans, le 24 octobre dernier. Une initiative créative, dont le public s'est emparé, est née « d'un désir de partager la mémoire de la Grande Guerre au-delà du traditionnel hommage, indique Sylvie Bauchet, responsable du protocole et de la mémoire à la Ville d'Orléans. Le bleuet est une fleur emblématique des champs de bataille. Nous avons lancé un appel aux artistes, et Marie Wolf y a répondu. »

      Particularité de la création de la plasticienne : celle-ci est parfaitement écologique, car elle permet le réemploi des fonds de bouteilles d'eau en plastique et nécessite peu de matériel (un peu de peinture, une perle...). Elle permet, aussi, une véritable personnalisation. « Aucun bleuet n'est identique », confirme Marie Wolf, qui se chargera de les assembler pour créer une œuvre commune présentée au monument de la Victoire, le 11 novembre. « À chaque bleuet, on associe son prénom à celui d'un Poilu », précise l’artiste. Une manière de transmettre l'Histoire aux jeunes générations qui fait des émules, même en dehors de l’agglomération. Pour l'heure, mention particulière à Micheline, qui a déjà réalisé 300 bleuets ! 

      Les Brèves

      • Réalisez VOUS-MÊME votre bleuet !

        Il est possible de réaliser votre bleuet à la maison grâce à un tutoriel spécialement créé par l’artiste plasticienne Marie Wolf sur Internet. Celui-ci rencontre un vrai succès, puisqu’il a déjà été regardé plus de 1 700 fois !