Le clin d'oeil

Les Brèves

    « On voulait notre Central Park ! »

    Éco-quartier des Groues 

    Les premiers coups de pioche aux Groues, c’est pour 2021. C’est tout du moins ce qu’a promis Muriel Chéradame, adjointe orléanaise à l’urbanisme, lundi matin, au micro de France Bleu Orléans. Le soir, l’élue avait rendez-vous avec des riverains pour une réunion publique qu’on pressentait animée. Elle le fut, puisque le point d’étape du projet a donné lieu à une nouvelle passe d’armes : certains habitants ne démordent pas du fait qu’il n’y avait pas besoin de logements dans ce quartier et qu’un grand parc devait sortir de terre. « On voulait notre Central Park ! », a-t-on ainsi entendu dans l’assistance. De son côté, Muriel Chéradame a défendu le « choix politique » de la Métropole de faire du logement aux Groues. « C’est mieux que ces gens habitent à Orléans plutôt qu’à Artenay, fassent 30 km en voiture pour venir travailler et polluer ! », a dit en substance l’élue.

    Critiques de fonds, critique de forme

    L’association Pôle Nord et un collectif d’habitants du quartier des Murlins ont été les plus incisifs. Sur le fonds, ils ont de nouveau évoqué des problématiques en termes de circulation et ont rappelé leur hostilité à l’implantation du futur QPS (Quartier de Préparation à la Sortie) dans le quartier. Sur la forme, enfin, ils ont regretté le « manque de concertation ». Ce à quoi Pascal Laval, adjoint au maire de Saint-Jean-de-la-Ruelle, a répliqué que, « quoi qu’on pût en dire, elle se faisait ». L’élu a pris l’exemple des comités d’acteurs, lesquels, composés pour partie de riverains et de citoyens, doivent permettre une « co-construction du projet. » Les Groues, futur quartier passif, doivent accueillir 900 logements et 10 ha d’espaces verts. Le dossier de création de la ZAC sera déposé second semestre 2019. 

    Les Brèves

      LE CHIFFRE DE LA SEMAINE

      Les Brèves

      • 2 027

        C’est le nombre d’interventions réalisées par les pompiers du Loiret pour des accidents depuis le début de l’année (et jusqu’au 30 septembre). C’est 58 sorties de moins que l’an passé à cette période. Pourtant, une trentaine de personnes ont déjà perdu la vie sur les routes loirétaines. Un délégué interministériel est même venu à Orléans pour évoquer la situation et édicter de nouveaux principes en termes de prévention (voir p.5). 

      En direct

      Les Brèves

      • C’est pas fini…

        RD 2020

        Les travaux se poursuivent jusqu’en décembre prochain sur la RD 2020, entre le Pont Joffre et la trémie. Afin de fluidifier la circulation, des itinéraires de contournement sont conseillés. La métropole conseille de privilégier les ponts de l’Europe et Thinat, ou encore de rejoindre le pont Joffre (en venant du sud vers le nord) via l’avenue de Saint-Mesmin et l’avenue de Trévise. Depuis le 9 octobre, une deuxième phase de travaux est aussi en cours du côté du Lab’O. Les rues Vieilles levées, Guignegault mais aussi Dante Aligheri et la bretelle d’insertion à la RD 2020, au niveau du rond-point du Champ de Mars, sont fermées, sauf pour les riverains et l’accès au Lab’O. 

      • Un homme égorgé

        Orléans

        Frédéric Bruneau, 50 ans, un habitant du quartier des Carmes, a été retrouvé égorgé mercredi dernier aux alentours de 18 h, sous le porche de la rue des Cloches-Saint-Paul. Un SDF ayant son campement sous la halle a été interpellé le soir-même, mais a été mis hors de cause. Un nouveau suspect a ensuite été interpellé en état d’ébriété, avec un couteau pliable, place du Châtelet, le week-end dernier. Il a fini par avouer partiellement le meurtre de Frédéric Bruneau, qui aurait été perpétré pour des motifs futiles sur fond d’alcoolisation. 

      • C’est Abou Ramos !

        Loiret

        Entre le vote de la loi EGALIM et ses coups de menton à la majorité orléanaise actuelle, le député du Loiret Richard Ramos s’est rendu en Palestine le 4 octobre dernier, interpellé qu’il fut sur la « fermeture subite » de l’Institut Français de Naplouse par le Ministère des Affaires Étrangères. L’élu (Modem) explique avoir « décidé de se battre pour la réouverture » du lieu, « afin de répondre à l’enjeu géostratégique du rayonnement français dans cette région ô combien instable ». Quelle santé, ce député !

      • Deux maires en un

        Orléans

        Les éditions Corsaire peuvent se targuer de réunir les opposés politiques pour le Salon Livre au cœur, qui se tiendra les 20 et 21 octobre prochains, dans la serre du Jardin des plantes. En effet, parmi les auteurs présents sur le stand de l’éditeur, on retrouvera deux anciens maires d’Orléans, Serge Grouard et Jean-Pierre Sueur, dont il a publié les récents écrits ! 

      • Une tribune Bernard Ranoul

        Orléans

        Si le conseil municipal d’Orléans valide la proposition lors de sa prochaine séance, prévue lundi prochain, le stade de La Source devrait bientôt compter une tribune d’honneur Bernard Ranoul, du nom de l’ancien joueur de l’Arago et dirigeant de l’USO. Celui-ci avait permis, aux côtés de Marc Vagner, de professionnaliser le club. En tant qu’entraîneur, il fut aussi à l’origine de la création de l’équipe féminine du club, en 1970. 

      • À vos patins !

        Orléans

        La patinoire éphémère sera bel et bien de retour au marché de Noël. En effet, la présence de celle-ci est « assurée » par une délibération lors du prochain conseil municipal concernant la fixation d’un tarif à titre gratuit pour l’exploitant. Il est en effet prévu la possibilité pour les candidats de conserver ou de reverser tout ou une partie de leur recette afin de réduire le coût de l’animation pour la ville. 

      • Les faux-monnayeurs

        Orléans

        Dans le cadre de la Fête des sciences, un village des sciences est installé, ce week-end, de 10h à 18h, à l’université d’Orléans. Au programme, on pourra notamment frapper la monnaie et découvrir sa fabrication antique et médiévale. Il sera également possible de se plonger dans l’univers de la fabrication des médicaments et cosmétiques, grâce à un jeu de couleurs contenu dans la verrerie du laboratoire.

        www.centre-sciences.org

      • Rendez-vous avec l’Histoire

        Loir-et-Cher

        Blois accueille jusqu’au 14 octobre ses Rendez-vous de l’Histoire. Le thème retenu pour cette édition est La Puissance des images. Parmi les intervenants attendus, on retrouvera le professeur d’histoire contemporaine de l’Université d’Orléans, Pierre Allorant qui sera présent à Blois le 13 octobre pour présenter son dernier ouvrage. On retrouvera aussi Daniel Cohen pour un grand entretien, le dimanche à la Halle aux Grains, ou encore l’écrivain Daniel Picouly, qui présentera son livre Quatre-vingt-dix secondes, le 14 octobre. 

      TOPS & FLOPS

      Les Brèves

      • TOPS

        Zéro glyphosate !

        En France et à Orléans, l’ONF a annoncé la suppression du glyphosate « par anticipation sur l’évolution prévisible des réglementations » dans les traitements effectués en forêts publiques. Ces traitements étaient déjà rares, car ils ne représentaient que 0,02 % des surfaces. Les stocks seront détruits, conformément aux procédures d’élimination des déchets dangereux.


        Pause patrimoine

        Pas le temps de découvrir le patrimoine orléanais dans votre emploi du temps surchargé ? Le service « Ville d’art et d’histoire » d’Orléans a concocté des visites une fois par mois, le jeudi entre 12 h 30 et 13 h 15 (sur inscription auprès de l’Office de tourisme). De quoi égayer votre pause déjeuner, non ?


        Polyphonie corse

        On n’arrête plus l’USO : vendredi dernier, les Orléanais ont enchaîné face au Gazelec Ajaccio une quatrième victoire consécutive (0-2), qui les stabilise au 9e rang de la L2. Presque dommage que la trêve internationale vienne interrompre cette belle série… Reprise des hostilités, dans dix jours, face à Valenciennes, à La Source. 

      • FLOPS

        Permis de repasser

        Le 5 octobre, le peloton de gendarmes motorisé de Pannes, dans le Loiret, a intercepté un véhicule roulant à 126 km/h sur une route départementale. Le conducteur, âgé de 18 ans, était en conduite accompagnée, sans ses papiers. Revenant d’une soirée étudiante avec quatre copains fatigués, il devait passer son permis… 15 jours plus tard !


        Option Marie-Pervenche

        Face au stationnement anarchiques aux abords des écoles, la maire de Fleury-les-Aubrais tape du poing en mandatant la police municipale pour verbaliser ces stationnements dangereux (135 € la contravention). Par voie de communiqué, la maire, Marie-Agnès Linguet, souligne que les « enfants sont parfois obligés de circuler sur la chaussée ! »


        Biclou VS terres agricoles

        Le club de BMX de La Chapelle-Saint-Mesmin manque de place sur son terrain frontalier à la réserve naturelle. Seul hic, le terrain répondant aux critères du club déclenche la grogne de Chapellois qui souhaitent voir préserver ces terres agricoles. Ce collectif propose d’ailleurs, le 13 octobre, une promenade accompagnée d’un marché paysan…

      Les Brèves

        Pour être « Open », soyons Data

        Orléans, métropole numérique 

        Présenté la semaine dernière, l’Open Data orléanais a vocation à offrir aux citoyens, de façon transparente, un accès aux informations – non-sensibles – de la métropole. Celles-ci sont désormais accessibles sans autre difficulté que de se connecter à une plateforme. Cette transparence s’applique également aux entreprises qui ont une délégation ou une mission de service public (eau, électricité...).

        Jérôme Richard, conseiller spécial au Numérique pour Orléans Métropole, l’affirme : « l’Open Data, c’est l’acte fondateur d’une métropole intelligente. Celle-ci pourra, grâce à l’ensemble de ces informations (circulation, transports en commun, budgets, cadastre, économie, environnement...), permettre l’émergence de nouveaux services par le biais d’entreprises extérieures qui, comme tout citoyen, auront accès à l’ensemble des éléments détenus par la collectivité ».

        Un « tableau de bord »

        La démarche est certes imposée (à toutes les collectivités de plus de 4 500 habitants) aujourd’hui par la loi, mais Orléans Métropole semble vouloir aller plus loin en agrégeant des données d’autres collectivités. Une manne d’informations qu’il faut « moissonner » au quotidien pour enrichir systématiquement la plateforme. « Pour cela, il faut sensibiliser tous les personnels, les responsables de service, précise Jérôme Richard. Ces informations auront aussi pour ambition de servir de tableau de bord en interne aux différentes directions pour suivre jour après jour l’évolution, par exemple, des dépenses et des recettes ».

        Les Brèves

          ILS ONT DIT

          Les Brèves

          • Serge Grouard, ancien maire d’Orléans, dans La Rép’ :

            « Je ne partage en rien la ligne de Laurent Wauquiez. Je condamne sa méthode, sa démagogie (…). On s’occupe du dérisoire, alors qu’il faut aller à l’essentiel. »

          • Baptiste Chapuis, ancien conseiller municipal (PS) d’Orléans, sur France Bleu Orléans :

            « Il y a une place très forte entre La République en Marche et La France Insoumise (…). Être socialiste, c’est européen (…). Les prochaines élections municipales ? Je sens que je peux être utile. »

          Les Brèves

            Le barreau en colère

            On y était

            Une cinquantaine d’avocats d’Orléans se sont rassemblés mardi autour du bâtonnier Christophe Rouichi. Une mobilisation contre une « justice sans avocat ni juge » élaborée selon eux par le projet de réforme. « Il y a une augmentation du contentieux, mais le même nombre de magistrats. Avec la spécialisation prévue des tribunaux, on transfèrera les 200 dossiers du Tribunal des Affaires de sécurité sociale de Bourges à Orléans, où il y a déjà deux ans de délai dans le traitement. Et la réforme risque de vider le tribunal de Montargis ! » Autre crainte des avocats : « les policiers pourront effectuer des perquisitions sans l’autorisation d’un juge. » Ils doutent aussi que l’arrivée de tribunaux criminels « remplacent les Cours d’assises. »

            Les Brèves