Les Brèves

    Roger Toulouse, le contemporain novateur

    Exposition

    À l’occasion du 100e anniversaire de sa naissance, l’artiste orléanais Roger Toulouse (1914-1994) est mis à l’honneur. Une multitude de peintures, de dessins et de sculptures aux influences différentes raconte une histoire particulière du XXe siècle.

    claire seznec

    Orléans a vu naître de nombreux artistes, dont Roger Toulouse en 1918. Ce dernier commence la peinture très tôt en suivant les cours de l’École des Beaux-Arts. La peinture à l’huile lui permet d’extérioriser son inquiétude devant un monde en perpétuelle et rapide mutation. Son premier tableau connu s’intitule L’Église de Semoy, à la composition solide, aux influences de Cézanne, sans mièvrerie. À cette époque, Roger Toulouse se cherche, farfouille dans le cubisme, le surréalisme, le fauvisme. Ses toiles se teintent de bleu, de rouge ; au fil du temps, les couleurs se multiplient et chatoient de plus en plus, les formes deviennent géométriques. « Je crois atteindre le rivage où l’on pourrait peindre avec moins de détresse », confie-t-il en 1942, alors qu’il entre dans cette nouvelle phase artistique.

    Puis viennent les thématiques plus spirituelles, les œuvres s’assombrissent, tirant sur le rouge sang, le gris, le bleu presque noir. Quelques années plus tard, le jaune et les éléments triangulaires apparaissent : « mes compositions étaient étayées par le triangle comme une cathédrale était étayée… Le triangle donnait une force et un appui à la composition centrale », décrit-il au début des années 1960. Son œuvre se tourne aussi vers la question de l’impact de l’Homme sur la nature, comme La Tour nucléaire, réalisée en 1969, et celle du futur : on pense ici à L’Engin volant, de 1964, qui représente une sorte de soucoupe volante toute en triangles.

    Les deux dernières périodes artistiques de Roger Toulouse tranchent totalement : le figuratif, agrémenté d’éléments architecturaux comme figés, invite à réfléchir au progrès et au sens de l’existence. À la fin de sa vie, le blanc domine dans ses tableaux, les formes y sont d’une grande diversité mais le fond, lui, demeure : qu’en sera-t-il de l’avenir de l’Homme contemporain ?

    Les Brèves

    • À la Galerie du Théâtre

      Jusqu’au 18 mars, près de 80 peintures, une cinquantaine de dessins et une dizaine de sculptures de l’Orléanais Roger Toulouse (1918-1994) sont dévoilées dans la Galerie du Théâtre d’Orléans. Organisée conjointement par l’association de Amis de Roger Toulouse et la Ville d’Orléans, l’exposition « Roger Toulouse : une création novatrice inscrite dans son siècle » retrace les grandes périodes de la vie de l’artiste.

      Plus d'infos

      Entrée libre.

    AGENDA

    Les Brèves

    • Le Syndrome Ian

      Jeudi

      Danse

      À la tête d’un grand centre chorégraphique national à Montpellier, Christian Rizzo s’attache aux danses anonymes. Les neuf danseurs du Syndrome Ian dissèquent ces gestuelles et les projettent dans la puissance insondable du plateau. On est emporté très loin du banal quotidien…

      Orléans – Théâtre – À 20 h 30.

    • Luna Error / Grand Petit Animal

      VENDREDI

      Concert

      Dans le cadre des Soirées Tricot, le Théâtre d’Orléans nous propose deux formations musicales fortes et originales : Luna Error, ensemble composé de six membres, et le Grand Petit Animal, qui pose son regard sur un conflit entamé il y a un siècle à travers les mots d’un soldat poète.

      Orléans – Théâtre – À 20 h 30.

    • Clérambard

      VENDREDI

      Théâtre

      Le Comte de Clérambard, étouffé par les dettes, oblige sa famille à manger du chat et à tricoter des pull-overs qu’il vend pour sauver les murs de son château. Sadique dans toute sa splendeur, il exerce sa tyrannie sur sa famille et les animaux jusqu’au jour où il rencontre Saint-François d’Assise (du moins le croit-il). Bouleversé par cette apparition, il change totalement d’attitude…

      Fleury-les-Aubrais - La Passerelle – À 20 h 30.

    • Le Pays de Nulle Part

      JUSQU’À SAMEDI

      Exposition

      Peter Pan est un personnage mal connu et parfois affadi pas les adaptations. Kristof Le Garff, conteur et marionnettiste et Ludovic Meunier, scénographe, invitent les visiteurs de cette exposition onirique et poétique à une exploration ludique des lieux enchantés du pays de Nulle Part, tel qu’il est décrit dans le roman de James M. Barrie.

      Fleury-les-Aubrais – Bibliothèque Les Jacobins.

    • Ubu Roi

      VENDREDI ET SAMEDI

      Théâtre

      Ubu raconte les aventures absurdes et déjantées du Père Ubu et de sa femme dans leur quête pour acquérir le plus de richesse possible. Pour cela, ils devront s’emparer du trône de Pologne avec l’aide du Capitaine Bordure, amadouer le peuple, soumettre les magistrats et les financiers et vaincre l’armée de Russie !

      Orléans - Théâtre Gérard-Philipe - À 20 h.

    • TTT

      TOUTE LA SEMAINE

      Expo/Installation

      L’exigence du travail visuel de Christian Rizzo, chorégraphe et directeur de l'ICI-CCN de Montpellier, l’a amené à développer ces dernières années un nouveau rapport à l’image virtuelle. De son tropisme pour Taïwan est né TTT (Tourcoing-Taipei-Tokyo), qui fait partie des nombreux projets qu’il tisse avec la communauté artistique taiwanaise.

      Orléans – CCNO – Exposition visible jusqu’au 24 mars.

    • La semaine prochaine...

      10 mars

      Festival : Leny/Saitham

      Toujours complices, la Scène nationale d'Orléans et Ô Jazz proposent une nouvelle saison de concerts gratuits dédiés aux musiciens jazz du Centre-Val de Loire. Le 10 mars, c’est le duo piano-batterie Jéricho et Ynel Saitham, découvert lors du premier tremplin orléanais Jazz or Jazz, qui enflammera la scène du Théâtre. Ces deux improvisateurs délivreront une musique aux accords chauds et sulfureux !

      Orléans – Théâtre - À 15 h.


      À partir du 12 mars

      Festival : Festiv’elles

      Ce festival intercommunal fait écho à la Journée internationale des Droits des Femmes du 8 mars. Pour l’édition 2018, huit villes se sont regroupées sur le thème de l’engagement féminin. Au programme : spectacles, films, salons, expositions et conférences. Plus d’informations dans notre prochain numéro.

      Jusqu’au 24 mars.


      14 mars

      Danse : Another look at memory

      De Thomas Lebrun, on connaît les fantaisies proches du cabaret et les grandes pièces de très haute composition. Sa nouvelle création fait arrêt sur trois interprètes, pas plus. Sur une musique de Philip Glass, l’écriture chorégraphique touche à une vérité de l’interprétation en danse : l’état privilégié de n’être qu’un corps qui raconte, puisant à l’intime d’une mémoire incarnée.

      Orléans - Théâtre - À 20 h 30.