Les Brèves

    Initiative CVDL : 2 438 emplois créés dans la région

    Accompagnement des entreprises

    C’est un bilan positif et en hausse. Daniel Durand, le président d’Initiative Centre-Val de Loire, explique la pertinence de cette structure associative dans sa capacité à accompagner et à compléter les tours de table par un prêt. Mais l’équilibre de la structure est plus fragile que jamais depuis les évolutions de la loi NOTRe. Philippe Hadef

    Créée en 1985 par deux parlementaires, l’un de gauche, l’autre de droite, Initiative France a essaimé après une expérience parisienne positive. Et c’est seulement en 1990 que, sous l’impulsion d’un enseignant baignant dans un environnement familial bercé par l’entrepreneuriat, cette idée prit corps en région. D’abord à Chinon, puis dans d’autres secteurs plutôt ruraux ou périurbains, avant de toucher les deux villes phares que sont Orléans et Tours. Aujourd’hui, cette association d’une vingtaine de salariés et de plusieurs centaines de bénévoles – dont de nombreux chefs d’entreprise mais pas seulement – qui s’intéressent à toutes les formes d’entreprises, y compris dans le domaine agricole ou des professions libérales, obtient des résultats très probants : « le taux de réussite des créations d’entreprises que nous soutenons est de 90 %, alors que la moyenne est de 71 % », indique Daniel Durand, qui a une explication à ce chiffre : « ce n’est pas tant le prêt à taux zéro que l’accompagnement organisé qui permet d’aboutir à ce résultat. »

    Le soutien à la création d’entreprise n’est pas le seul levier de l’emploi sur lequel agit Initiative Centre-Val de Loire. L’association intervient aussi dans le cadre de reprises ou pour accompagner la croissance d’une entreprise. Particularité néanmoins qui écarte de facto les auto-entrepreneurs de cette entité : ne sont éligibles à cette aide financière que les entreprises qui sollicitent des prêts bancaires, quels que soient leurs montants. « Les banques nous font en effet confiance et estiment peut-être que notre regard sur ces dossiers vaut leur propre expertise », estime Daniel Durand.

    2 067 projets suivis en Région

    En 2016, ce sont ainsi des aides à hauteur de 8 M€ qui ont été accordées (pour des enveloppes moyennes oscillant entre 5 et 15 000 €). Des prêts d’honneur qui ont fait levier auprès des banques, lesquelles ont accordé 60 M€ de prêts à ces postulants validés par le comité d’agrément. Toujours concernant la région Centre-Val de Loire, cette enveloppe de 8 millions a été consommée au fil de 2 067 projets (52 % de création de sociétés, 37 % de reprise et 10 % pour la croissance d’entreprise). Ce sont au total 2 438 emplois qui ont été créés ou sauvés avec, dans le cas des créations, plus de la moitié portée par des personnes en recherche d’emploi. Parmi ces nouveaux entrepreneurs, la plateforme régionale note d’ailleurs qu’il s’agit pour 37 % de femmes et pour 28 % de personnes âgées de plus de 45 ans. Des catégories qui sont parmi les plus fragilisées sur le marché de l’emploi. « Ces personnes au chômage, faute d’activité leur correspondant, créent leur propre emploi, explique Daniel Durand, Pour autant, cela va au-delà, car la moyenne d’emplois créés par une nouvelle entreprise est de 2,8… »

    Si 2016 a ainsi permis de voir émerger des chiffres record – avec une augmentation de + 8 % d’emplois créés ou sauvegardés par rapport à l’année précédente –, il semble que l’année électorale qui, soi-disant, freine l’économie, n’arrive pas à réduire le nombre de demandes d’accompagnement. « Cela va encore en s’accélérant, commente Daniel Durand. En revanche, on sent bien dans les services administratifs de l’État une forme d’attente qui commence à me lasser, je dois l’avouer. Mais heureusement, nous sommes assez bien structurés pour pouvoir compenser ces effets conjoncturels ».

    Les Brèves

    • Initiative Loiret dans le rouge

      Les plateformes régionales ou départementales subissent les effets indésirables de l’évolution des compétences entre les différentes collectivités. Pour Initiative Centre-Val de Loire comme pour ses représentants départementaux qui avaient en charge l’accompagnement des personnes en recherche d’emploi dans les dossiers Nacre (accompagnement à la création ou reprise d’entreprise), cette mission était aussi synonyme de finances pour la structure. « Nous étions jusque-là rémunérés par l’État pour assumer cette mission de service public, confirme le président régional. Mais aujourd’hui, c’est la région qui en récupère la gestion en même temps que la compétence économique. Tout n’est pas prêt, et nous ne savons pas comment les choses vont se dérouler, s’il y aura un appel d’offres ou un appel à projets… C’est important car cela correspond, en fonction des départements, à entre 10 et 15 % de nos recettes de fonctionnement. » Sur le plan loirétain, enfin, Daniel Durand pointe « les relations parfois complexes avec les chambres consulaires », ainsi que les ressources fiscales de ces dernières réduites par les décisions gouvernementales, lesquelles ont suscité des coupes drastiques dans le soutien de la CCI à Initiative Loiret. La mise à disposition de locaux a par exemple été interrompue, ainsi que la prise en charge du poste de directrice générale de la plateforme associative.