Les Brèves

    Vive la comédie !

    Théâtre

    Quel drôle de jour de mariage ! La compagnie Le Grand Souk joue Vivent les mariés !, une nouvelle pièce pour le moins originale, entre histoire totalement inventée et textes choisis du dramaturge Feydeau.

    « Le jour de son mariage, c’est un jour où on aime tout le monde, où tout le monde veut nous faire plaisir. On est le centre de la fête de l’amour le temps d’une journée. » Manouchka Récoché, de la compagnie orléanaise de théâtre Le Grand Souk, avait envie de parler, et même de créer une pièce, sur cette journée particulière. C’est chose faite avec Vivent les mariés !, dont la metteuse en scène et comédienne a écrit l’histoire, mais dont les textes sont de Georges Feydeau. Manouchka Récoché a mis 25 ans pour se lancer vers cet auteur qu’elle adore pourtant. Chez lui, elle a cherché le tumulte, le bouillonnement et le grain de folie. « J’ai lu toutes ses œuvres, et il y en a un paquet. À chaque fois, j’ai surligné ou découpé des morceaux de textes, se souvient-elle. Et un jour, ces morceaux ont formé comme un puzzle de phrases. » Ce méli-mélo a rapidement construit l’histoire de la pièce : un homme doit se marier avec une femme bien plus jeune que lui. Sauf que cette femme a déjà un amoureux…et que l’homme a une maîtresse à qui il a promis le mariage et que cette dernière débarque à la réception, vêtue d’une robe de mariée… Situations abracadabrantesques et folie de la démesure : c’est l’essence même de cette pièce.

    Des spectateurs-acteurs

    Les personnages, évidemment inspirés par l’œuvre de Feydeau, sont des archétypes qu’on peut retrouver dans de nombreux spectacles de l’auteur. « Ce qui me touche surtout chez Feydeau, c’est le rythme effréné de son écriture et l’urgence incessante des personnages, confie Manouchka Récoché. Dans Vivent les mariés !, cette urgence existe : on rit, on pleure, on est choqué… C’est comme dans la vie. » L’amour de l’artiste pour les auteurs et les mots se traduit par « énormément » de lecture de pièces de théâtre. « Chez Feydeau, on se demande pourquoi il écrit autant, après quoi il court en faisant tout ça, raconte Manouchka Récoché. De mon côté, je vis à mille à l’heure, je ne peux pas m’arrêter. »

    Vivre « à mille à l’heure », c’est aussi pour la comédienne intégrer les contraintes pour ne plus y penser, et s’en amuser. Dans la pièce, elle a un parti pris : que les sept comédiens (en la comptant) jouent comme lorsqu’ils étaient enfants. « Il faut croire en l’histoire, être à fond dedans. Et ça marche ! », s’exclame la metteuse en scène. Grâce aux apartés de la pièce, le jeu s’étend dans toute la salle de la représentation. Les spectateurs deviennent ainsi des acteurs et interagissent avec les comédiens sur scène. Lors de la première représentation, à Chécy, le succès fut retentissant. Si Manouchka Récoché réfléchit déjà à d’autres mises en scène d’autres pièces, Vivent les mariés ! restera pour elle un beau pic dans sa carrière. Une sorte d’aboutissement artistique qui va continuer, puisque plusieurs dates sont prévues dans la métropole orléanaise.

    + d’infos

    Le dimanche 19 mars, à 16 h, à la Maison des Arts et de la Musique (MAM) d’Orléans. Tarif unique : 12 €. Également le 25 mars à Meung-sur-Loire et le 31 mars à Saint-Jean-le-Blanc. Réservations au 06 80 03 04 40.

    Les Brèves