Les Brèves

    L’affaire Théo est révoltante

    Le courriel de la semaine

    Depuis plus d’une semaine, l’affaire Théo soulève de très nombreuses questions. Parmi elles, comment l’inspection générale de la police nationale peut-elle affirmer que la pénétration de la matraque dans l’anus du jeune homme est accidentelle ? Tout le monde se le demande. Car ce que cela veut dire, c’est qu’il n’y a eu ni viol ni pénétration sans consentement. Pourtant, le corps de Théo est marqué. Mais cette histoire met aussi en avant autre chose : toutes ces personnes, hommes ou femmes, qui n’osent pas aller dénoncer un viol (ou un attouchement sexuel d’ailleurs). D’après plusieurs témoignages que j’ai pu lire, des victimes affirment que la police n’a pas suivi leurs plaintes. Et certaines ne pensent même pas informer cette même police…

    Pourtant, on sait que cette atteinte au corps a des répercussions physiques et psychiques.

    Pourquoi les victimes n’osent-elles pas dénoncer des viols ? Pourquoi certaines forces de police ne prennent pas en compte les plaintes ou les mains courantes ? Les faits comme les questions qu’ils engendrent sont révoltants ! Jeannine, 48 ans

    Les Brèves

    • L’affaire Pénélope discrédite-t-elle François Fillon dans la course à la présidentielle ?

      Oui : 80 %

      Non : 19 %

      Sans opinion : 1 %