Les Brèves

  • C’est où ? C’est quand ?

    Au FRAC Centre-Val de Loire Jeudi 9 janvier - Dès 18h30, jusqu'à 21h Visite « connecting people » : en amont de la rencontre avec Morgane Ortin, les médiateurs vous invitent à échanger autour des œuvres en utilisant votre téléphone portable, dès 18h30.

L’Heure Joyeuse libère la parole amoureuse

Rencontre

Dans le cadre de la 2e édition de la Biennale d’Architecture du FRAC Centre-Val de Loire, l’auteur Morgane Ortin viendra présenter ce jeudi son livre intitulé Amours Solitaires, qui regroupe en deux tomes des centaines de messages d’amour anonymes.

ambre blanes

L’Heure Joyeuse est l’un des rendez-vous organisés dans l’enceinte du FRAC sous la forme d’un court afterwork : il peut s’agir d’un concert, d’une visite insolite dans une ambiance détendue ou d’une rencontre, comme c’est le cas pour cet événement à l’origine programmé en décembre, mais finalement reporté en raison de la grève nationale.

Amours Solitaires est d’abord un compte Instagram créé par Morgane Ortin, qui porte le projet de réhabiliter le plaisir de la correspondance amoureuse. L’auteur a commencé par poster des messages personnels, avant de recueillir puis de trier les centaines de messages quotidiens reçus par les internautes. Elle raconte : « je n’ai pas tout de suite mesuré l’impact humain du projet, car il était au départ simplement littéraire pour moi. Mais de nombreux abonnés m’ont écrit pour me dire que ce compte était thérapeutique pour eux, qu’il leur donnait la dose de courage nécessaire pour écrire à l’être aimé. Ils m’ont confié qu’ils n’avaient plus peur d’exprimer leurs sentiments. C’est ma plus belle récompense ! » La galerie virtuelle compte aujourd’hui environ 684 000 abonnés ; deux petites sœurs –Amours familières et Amours amicales – et les deux tomes édités sont promis au même succès que celui rencontré sur le réseau social.

Des messages amoureux circulent en effet chaque jour via les SMS, les applications de chat, les mails et les messageries instantanées, venant contredire la soi-disant mort de la lettre d’amour. Mais ils restent isolés dans l’intimité des téléphones. Puisqu’Amours Solitaires les sort du silence qui réside entre l’intimité des interlocuteurs et la dépersonnalisation de l’appareil technologique, le projet se pose dès lors comme un refus d’enterrer la lettre d’amour. Celle-ci n’est certes plus faite de papier et contient parfois des abréviations, mais l’intention de se déclarer demeure. À ce sujet, l’auteur confiait à Marie-Claire détester le dicton « Suis moi, je te fuis ». « Je pense qu’il ne faut pas hésiter. Jamais, expliquait-elle. Il n’y a rien de plus sexy que la spontanéité… »

Morgane Ortin fait enfin barrage contre la société de consommation, qui positionne généralement le téléphone comme un obstacle aux interactions humaines, en allant chercher dans les archives de l’objet diabolisé le lien humain, un thème qui s’avère par ailleurs cher au directeur du FRAC, Abdelkader Damani. Cette présentation-échange sera suivi d’un temps de rencontre et de partage avec l’auteur, qui pourra dédicacer les exemplaires de son livre au public.

Les Brèves