Les Brèves

  • Génération.s en soutien

    Jean-Philippe Grand nous l’avait annoncé il y a quelques semaines déjà : un rapprochement entre sa liste et le collectif Génération.s à Orléans a été acté publiquement. Le mouvement créé par Benoît Hamon compterait, dans la cité johannique, une quinzaine de membres actifs et une centaine de sympathisants. « On a parlé avec tout le monde, a admis Emmanuel Duplessis, l’animateur local de Génération.s sur la métropole. Nous avons été déçus qu’il n’y ait pas de convergence avec le PS et le PC, mais c’est comme ça. Il faut avancer. »

Les magiciens d’OSE

Élections municipales à Orléans

Avant de se faire tailler une croupière par "Orléans Ensemble", la liste « Orléans solidaire écologique » (OSE) avait présenté à la presse dix mesures qui permettraient, selon elle, de renouveler la démocratie locale. Les citoyens et citoyennes auraient plus de temps de participation et de moyens de contrôle sur les élus, promettent les soutiens de Jean-Philippe Grand.

benjamin vasset

C’est entouré de Valérie Corre, de deux représentants du collectif Génération.s et de deux autres membres dits de la société civile que Jean-Philippe Grand a présenté vendredi dernier dix mesures « pour renouveler la démocratie locale et donner du pouvoir à chaque habitant.e » – écriture inclusive dans le texte –. Un bloc de propositions qui est le premier d’une série que le candidat écologiste égrainera dorénavant au fil des semaines.

En attendant, Jean-Philippe Grand s’est engagé, s’il est élu, à donner plus de pouvoirs aux habitants. À travers, par exemple, des « jurys citoyens tirés au sort et représentatifs de la population, qui seront formés afin de s’exprimer de manière éclairée » sur les grands projets municipaux. Les actuels conseils consultatifs de quartier, dont la liste « Orléans solidaire écologique » pointe le « peu d’autonomie par rapport à la mairie centrale », seront également remplacés par des « conseils citoyens indépendants », tandis que les commissions municipales devraient être ouvertes aux citoyens et citoyennes. Ceux-ci seraient tirés au sort, en tenant compte de la représentativité de la population orléanaise. « OSE » promet également une « saisie facilitée » du conseil municipal, qui pourrait par ailleurs, en cas de victoire écologiste, être de nouveau filmé et retransmis en direct. Pour le coup, les séances devraient être reprogrammées en fin de journée au cas où Jean-Philippe Grand serait élu en mars prochain.

À propos de transition démocratique, d’autres points ont été évoqués, comme le maintien du principe du budget participatif. « Orléans solidaire écologique » promet toutefois une enveloppe doublée par rapport à celle allouée par la municipalité actuelle (600 000 € contre 300 000 €). La liste souhaiterait cependant une plus grande participation des citoyens à cette démarche. Comment ? Ce sont aux conseils citoyens (voir plus haut) que seront confiés l’élaboration des projets, et non plus « à chaque habitant dans son coin ». Jean-Philippe Grand veut aussi mieux « garantir les droits de l’opposition ». Incise notable : la commission d’appel d’offres, si « OSE » est élue, serait présidée par un ou une élue de l’opposition.

Toute ressemblance...

« Orléans solidaire écologique » se défend de marcher sur les plates-bandes d’autres listes, comme « Orléans Ensemble » (voir p.4), qui a fait de la participation citoyenne son cheval de bataille. « Il y a une porosité entre eux et nous. C’est plutôt dans la méthode qu’il existe des désaccords. » Valérie Corre, de son côté, a tenu à préciser que cette feuille de route n’avait pas vocation à renverser la table. « Nous ne sommes pas venus vous dire qu’il y avait zéro démocratie à Orléans, a expliqué l’ancienne députée PS. De bonnes choses ont déjà été faites. Mais on remarque qu’il y a une attente forte des habitants par rapport à ces éléments ». « OSE » n’a pas été la seule à le percevoir, puisque tous les autres candidats – ou presque – glisseront dans leurs programmes un mot – voire plus – sur ces thèmes de la « co-construction » et de la démocratie participative.

Les Brèves