Les Brèves

  • Humaniser le numérique

    Le 23 janvier prochain aura lieu en région, à Orléans, une journée consacrée au numérique pour tous et à ses usages dans le cadre d’une action spéciale baptisée Human Tech Days. Il sera notamment question de savoir comment adapter les services sur Internet aux usagers, notamment ceux en situation de handicap ou d'illettrisme, mais aussi d'illectronisme. Ce dernier point est en effet l’un des freins rencontrés par nombre d'usagers dans leurs démarches.

  • 10,5 %

    Le taux de personnes souffrant d’illettrisme en région Centre-Val de Loire

Illettrisme et illectronisme, deux fléaux très présents

Région Centre-Val de Loire

Vendredi 8 novembre se tenait à Orléans un colloque régional autour de l’illettrisme et « l’illectronisme » en présence des acteurs régionaux qui luttent contre cette réalité à laquelle n’échappe pas notre territoire.

gaëla messerli

Les chiffres sont alarmants. Au niveau national, 7 % de la population métropolitaine serait en situation d'illettrisme, soit 2,5 millions de personnes. 11 % des moins de 25 ans auraient également une difficulté de compréhension d'un texte simple, rappelle Jean-Paul Carlat, le président de l'Union Régionale des Centres de Ressources Illettrisme et Alphabétisme (CRIA) du Centre-Val de Loire, qui accompagnent chaque année près de 1 000 personnes dans chacun des six centres locaux. « Notre société a du mal à réduire cette réalité », estime François Bonneau, président de la Région. Celui qui était proviseur dans une autre vie affirme d’ailleurs qu’il est « plus difficile de travailler en Zep + en milieu rural que dans les quartiers prioritaires de la ville en milieu urbain, car il y a moins d'offres culturelles. »

En région, l’Indre et le Cher mauvais élèves

En effet, si l'on regarde les Journées d’Appel de Préparation à la Défense, où se présentent des jeunes de nationalité française de 17 ans, « le taux régional d’illettrisme est de 10,5 %, mais il y a parfois des chiffres plus élevés dans certains territoires, notamment dans le Cher (14 %) ou l'Indre (13,6 %) », indique Pierre Pouëssel, préfet de région. Il s'agit cependant d'indicateurs qui ne comptent pas les personnes de nationalité étrangère, rappelle-t-on du côté des Centres de Ressources Illettrisme et Analphabétisme. En outre, pour Mathieu Juchet, directeur du CRIA Loiret, « la carte de l'illettrisme est souvent superposable à celle de la pauvreté. »

Cependant, l’une des vraies difficultés pour les professionnels et les associations, outre le problème du tabou qui entoure encore ce genre de situations, c'est que la moitié des personnes en situation d'illettrisme… travaillent. Nathalie Bellier, de l'agence Partnaire, confirme d’ailleurs « perdre certaines candidatures à cause des tests passant par l'écrit. C'est dommage, car les personnes pourraient parfois être très compétentes pour certains postes. » « Lorsque les temps sont compliqués au niveau économique, ce sont les plus fragiles qui sont touchés », poursuit de son côté Isabelle Gaudron, vice-présidente de la Région en charge de la formation. C'est pour cette raison qu'aujourd'hui, les CRIA se tournent vers les entreprises, mais aussi vers les syndicats, pour tenter de trouver des solutions. « Nous travaillons par exemple en lien avec l'agence d’intérim Partnaire et avec l'UDEL-MEDEF pour sensibiliser davantage le tissu entrepreneurial », explique Jean-Paul Carlat.

« notre société a du mal à réduire cette réalité »
François Bonneau, président de la Région Centre-Val de Loire

La fracture numérique

Après l'illettrisme, un autre fléu s’insinue dans les réalités sociales contemporaines : avec l'ère de la digitalisation et de la dématérialisation de la plupart des démarches, 13 millions de personnes sont en situation « d'illectronisme » en France. La région Centre-Val de Loire n'y échappe pas, notamment en raison des nombreuses zones blanches, mais pas seulement. « L'illectronisme, c'est l'illettrisme de demain », résume ainsi Geneviève Baraban, conseillère départementale du Loir-et-Cher, chargée de mission pour la lutte contre l'illettrisme et l'illectronisme dans un département qui a créé un Observatoire autour de ces problématiques. Pour les professionnels des CRIA, Internet est tout à la fois un défi, mais aussi un outil avec des programmes d'e-learning et la création d’applications adaptées afin de faire baisser cette tendance.

Prévention et accompagnement

Plus globalement, pour lutter contre ces deux problèmes de fond, l’État et la Région se sont engagés dans la lutte contre l'illettrisme à travers un plan régional pour l'acquisition et le développement des compétences entre 2016 et 2021. Il porte sur la prévention, notamment au niveau de la petite enfance, « avec les partenaires » comme l’Éducation nationale. Pour la Région, qui s'est positionnée depuis longtemps sur le volet de la formation, il s'agit surtout d'intervenir à travers l'accompagnement et la formation de publics en situation d'illettrisme, à travers notamment les visas libres savoirs. Un nouveau Visa + a vu le jour récemment pour les demandeurs d'emploi (remise à niveau, acquisition de compétences de base pour les personnes en situation d'illettrisme, etc...). 350 000 personnes ont déjà pu bénéficier de Visas et 290 000 ont été formées avec le Visa pro numérique (ex-visa Internet).

Pour Isabelle Gaudron, les centres sociaux, les CCAS et les associations sont souvent le premier relais, mais à l'approche des élections municipales, la vice-présidente de la Région Centre-Val de Loire rappelle que c'est le moment de sensibiliser les élus locaux et de les impliquer. « Il faut les prendre aux tripes ! », conclut-elle dans une formule bien sentie.

Les Brèves

  • Un observatoire en région

    Au sein de l'Observatoire de l'Économie et des Territoires et de la Direction de l'Insertion et de l'Action Sociale Territoriale du Loir-et-Cher, un observatoire de l'illettrisme a été créé. Ce département pilote dans le domaine a signé notamment un contrat-territoire lecture publique afin d'accompagner et de former les usagers aux nouvelles pratiques culturelles et numériques, en particulier les publics fragiles.