Les Brèves

    Mélange or not mélange

    L’actualité de ces derniers jours, dans le Loiret et en France, nous incite à une petite réflexion sur la façon dont les médias construisent un récit après la révélation de faits divers sordides. Notre département s’est ainsi ému, à juste titre, du double meurtre perpétré à Pannes et à Chalette-sur-Loing, où un retraité et une infirmière ont été sauvagement assassinés. Au-delà de la consternation et du deuil bien légitimes faisant suite à ce carnage, le petit rouleau compresseur médiatique, se demandant bien comment il pouvait trouver une morale à cette histoire, a sorti du four une tarte à la crème fort indigeste sur les conditions de travail des infirmières libérales. Si celles-ci méritent certainement une oreille attentive, il reste difficile d’affirmer, à ce stade de l’enquête, que Karine Foucher a été tuée parce qu’elle était infirmière. À moins qu’on ait mal compris, elle a été abattue parce qu’elle se trouvait malheureusement au mauvais endroit au mauvais moment. Pourtant, certains ont trouvé tentant de farcir cette dramatique affaire d’une tonalité sociale à côté de la plaque. Même si le fond de l’air s’est rafraîchi en France depuis quelques jours, le pays n’a pas tout à fait besoin d’effets de manche comme celui-ci pour avoir le cervelet qui chauffe. Mélange.

    À l’autre bout de l’Hexagone, à Bayonne, un homme a ouvert le feu dans une mosquée, faisant deux blessés graves. Dans d’autres circonstances, ce « fait divers » aurait été affublé du qualificatif d’« attentat », et cela n’aurait pas été volé. Tirer sur des êtres humains pour des motifs politiques, religieux ou raciaux, pour ne pas dire racistes, dans le but de les éliminer, on appelle ça comment ? Mais dans ce cas-là, non : not mélange.

    Il faudrait savoir, pourtant : soit l’on déroule l’intégralité du fil de la bobine quitte à n’en plus trouver le bout, soit l’on cloisonne tout jusqu’à enfermer à double tour les esprits dans leurs prisons mentales. À défaut de justice, on peut toujours prêcher la justesse. 

    Les Brèves