Les Brèves

    Sibeth Ndiaye resserre les rangs

    Une ministre à Orléans

    Secrétaire d’État auprès du Premier ministre et porte-parole du Gouvernement, Sibeth Ndiaye était à Orléans vendredi pour une visite au cours de laquelle elle a échangé avec les militants LaREM du Loiret. b.v


    Le 11 octobre dernier, Sibeth Ndiaye avait un après-midi chargé. Dans l’après-midi, elle a en effet fait le tour des popotes à Orléans avec, pour commencer, une visite à la Maison de Santé Pluridisciplinaire Liliane Coupez, à l’Argonne, puis aux associations « Les Amis de Pierre » et « L’Arche des Souvenirs ». L’idée était, pour la secrétaire d’État, d’évoquer les thèmes de la santé et la dépendance auprès des professionnels concernés. Et de promouvoir le Projet de Loi de Finances de la Sécurité Sociale pour 2020, qui prévoit une « indemnisation du congé des proches aidants » (salariés, travailleurs indépendants et agents publics en bénéficieront, ndlr).

    Puis Sibeth Ndiaye a rencontré des militants ou sympathisants de La République en Marche au deuxième étage du Studio 16, place du Martroi. Une petite centaine de personnes se trouvaient sur place, parmi lesquelles Jihan Chelly et Stéphanie Rist, évidemment, mais aussi Béatrice Odunlami ou Jean-Michel Vinçot, actuellement dans la majorité municipale orléanaise.

    « On passe à l’âge adulte »

    Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’échange fut conduit dans un état d’esprit très start-up nation, la secrétaire d’État tutoyant ses interlocuteurs de tout âge, même les plus anciens. Mais enfin, Sibeth Ndiaye, rompu à l’exercice, a répondu au public sur des questions très diverses en matière de santé, de sécurité ou de terrorisme. Elle a aussi parlé retraites, expliquant que le Gouvernement voulait bâtir un « système qui tienne aussi longtemps que celui mis en place depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale ». Au niveau purement politique, elle a également fait un point sur l’acte II du quinquennat : « on n’a rien perdu de notre combativité et de notre détermination, a-t-elle souligné. On réformera jusqu’à la dernière minute. Mais on a aussi retenu l’épisode des Gilets jaunes : pour certains de nos compatriotes, on est allé trop vite, les transformations économiques et numériques sont trop violentes. La taxe carbone était une super idée, mais elle était compliquée à mettre en place avec des gens qui n’ont que la voiture pour se déplacer. »

    Enfin, Sibeth Ndiaye a répondu aux questions des sympathisants sur la trajectoire politique de La République en Marche. « On est en train de passer à l’âge adulte, et ça prend un peu de temps », a déclaré l’ancienne chargée des relations presse d’Emmanuel Macron, qui a exhorté les comités locaux, y compris ceux du Loiret, à être autant un relais de la politique gouvernementale qu'une base pour faire remonter des infos du terrain vers le sommet. « Notre mouvement est d’abord citoyen », a rappelé Sibeth Ndiaye, avant de sacrifier à la tradition des selfies et de se présenter devant la presse pour n’y rien dire… ou presque (voir encadré). 

    Les Brèves

    • Rien sur Carré

      Face aux médias locaux, Sibeth Ndiaye en a dit le moins possible sur la candidature d’Olivier Carré – soutenu par LaREM – à Orléans. Pour résumer, elle a expliqué qu’elle ne connaissait que partiellement le dossier et l’homme, qu’elle a pourtant brièvement rencontré vendredi dernier. Quand on lui a fait remarquer que le processus d’investiture n’avait guère semblé transparent, elle a rétorqué qu’il y avait « beaucoup de choses de l’ordre du fantasme ».