Les Brèves

    Comment éviter de se faire avoir ?

    Démarchage abusif et cambriolage 

    Depuis la fin des vacances d’été, le démarchage abusif est un fléau que dénoncent de plus en plus les collectivités. Un phénomène qui, comme les cambriolages, touche toute la population, mais plus particulièrement les seniors. G.M


    Plus d’une trentaine d’habitants était réunis jeudi dernier à Saint-Pryvé Saint-Mesmin afin d’entendre les conseils du brigadier-chef Guillaume Brunel, de la Police nationale, référent sûreté pour le Loiret, et de Joël Boussac, le chef de service de la Police municipale. Des personnes se présentant comme électriciens, agents des eaux ou policiers peuvent en effet venir frapper à vos portes. « Il faut s’assurer de la personne qui démarche avant de la faire entrer, prévient Guillaume Brunel. Rien n’empêche de téléphoner avant d’ouvrir : pour la police, il suffit d’appeler le 17. »

    Attention également aux fausses cartes professionnelles façon Maigret : aujourd’hui, la carte des policiers est de la taille d’une carte bancaire, avec un filigrane, comme les cartes d’identité… Autre (faux) document souvent présenté : un papier avec un en-tête de la mairie. « Il ne faut pas hésiter à vérifier, même le lendemain si c’est le soir », assure-t-on en mairie de Saint-Pryvé. De même, le chef de service Joël Boussac appelle à la vigilance face à ce qui est parfois proposé aux riverains : « la semaine dernière, explique-t-il, on a eu des marchands de légumes qui vendaient à domicile des pommes de terre à 5 € le kilo… »

    Prévenir les intrusions

    Pour Guillaume Brunel, afin de se prémunir des cambriolages, il y a des points techniques auxquels il faut prêter attention. La présence des alarmes comme des chiens est efficace. À vérifier aussi : la solidité des fenêtres et portes. « Un simple vitrage ne résiste pas à l’effraction », affirme le brigadier-chef. Autre investissement à prévoir : changer ses serrures lorsque l’on perd ses clefs et qu’il s’agit d’un nouveau logement. « Et il ne faut pas hésiter à s’enfermer chez soi à double tour ! », ajoute Guillaume Brunel. De même, on ne laisse pas le sac à main et les papiers importants dans l’entrée. Méfiance aussi sur les portes en verre donnant sur le jardin avec la clef dessus, car « il suffit alors pour un cambrioleur de briser la vitre et de tourner la clef ! » On oublie aussi la clef sous le paillasson ou le pot de fleur. Les outils de jardin doivent également être rangés.

    En cas d’absence, les policiers conseillent de prévenir un voisin. Attention également aux réseaux sociaux et aux indications parfois laissées sur une possible absence. Il ne faut pas hésiter, non plus, à se rendre au poste de police pour s’inscrire au dispositif Tranquillité Vacances, valable toute l’année. 

    Les Brèves

    • Que faire en cas de « visite » ?

      En cas de cambriolage, si les individus sont encore présents, la police demande d’éviter leur contact et de la prévenir immédiatement si possible (toujours le 17), en lui fournissant des renseignements (plaque d’immatriculation, habillement...). Mais il faudra attendre la venue de la patrouille avant de ranger afin de permettre aux gardiens de la paix de faire un relevé. « À Orléans, on a eu le cas d’une identification grâce à l’ADN, car le voleur mettait son oreille contre les portes... », indiquent les forces de l’ordre.

      Après un cambriolage, il faut également faire opposition tout de suite à ses moyens de paiement et contacter votre assurance. D’ailleurs, pour simplifier les démarches en cas de vol, il est conseillé de lister ses objets de valeur, de les photographier et de noter les numéros de séries. Cela servira à l’assurance, comme à la police.