Les Brèves

    Une deuxième chance pour les fumeurs

    RECYCLAGE DES MÉGOTS

    On estime que plus de 850 000 tonnes de mégots de cigarettes sont jetées chaque année dans la nature en France. Pour combattre ce fléau, une filière de recyclage se met petit à petit en place. julie polizzi


    Les mégots de cigarettes sont trop souvent jetés sur les trottoirs ou sur les routes par des piétons ou des automobilistes ne se souciant ni de l'environnement, ni des risques d'incendie (voir plus haut). Or, dans la nature, ces petits résidus bourrés de produits toxiques mettent plus de douze ans à se dégrader ! Hors Loiret, de nouvelles initiatives entendent limiter les dégâts en responsabilisant les fumeurs.

    En France, une entreprise est notamment spécialisée dans le recyclage de ces déchets. Basée en Lozère mais tout droit venue des États-Unis, la société TerraCycle a fait le pari de donner une seconde vie à tous les détritus considérés comme non recyclables, tels que les mégots, mais aussi les dosettes de café ou encore les stylos.

    Dans le cas des résidus de cigarettes, le centre de tri sépare la matière organique du filtre. Tandis que le papier, voire les restes de tabac et les cendres, deviennent du compost non-alimentaire, le filtre en acétate de cellulose est nettoyé, broyé puis transformé en plaques de plastique pour créer de nouveaux objets. Bémol : faute d'être rentable pour l'entreprise, le recyclage des mégots s'effectue pour l'instant dans son usine en Grande-Bretagne.

    Le plus court chemin vers la poubelle

    Il faut dire que les initiatives de collecte sont encore trop peu nombreuses en France. À Lyon, la start-up Cy-Clope propose par exemple aux commerces et collectivités un container dédié baptisé cyclopeur, qu'elle s'occupe de vider chaque semaine. Même idée à Biarritz avec l'association Tree6clope, qui récupère les restes de cigarettes dans les restaurants et bars du Pays basque, tandis que la toute jeune association Recyclop œuvre à Marseille. Mais les choses bougent et la demande augmente. Sous l'impulsion de sa clientèle, la société bretonne Éco Action Plus, spécialisée dans la collecte de déchets de bureau, a elle aussi décidé de s'attaquer au recyclage des mégots. Elle a d'ailleurs développé un process breveté et a ouvert sa propre unité de traitement à Brest en 2017 pour valoriser ces détritus en les transformant en cendriers. C’était la première usine de ce type en France. 

    Les Brèves