Les Brèves

    Do you know Festival de Loire ?

    Rayonnement et retombées

    Le Festival de Loire est bien connu des Orléanais. Mais un événement de ce type est aussi conçu pour faire rayonner la ville bien au-delà de ses frontières. Répond-il à cet objectif ? b.v


    Au printemps dernier, les élus orléanais ont présenté la neuvième édition du Festival de Loire dans le prestigieux cadre de l’ambassade de Grande-Bretagne, à Paris. Une manière de ramener des médias nationaux et internationaux à la cause de l’événement. Et à en croire Martine Grivot, quelques-uns auraient mordu à l’hameçon. « Il y avait même une télévision chilienne qui était présente », indique l’adjointe au tourisme. Selon elle, lors de la dernière édition du Festival de Loire, 40 % des retombées presse étaient régionales. Il y en aurait eu 680 en tout : TF1 et l’AFP auraient parlé deux fois de l'événement, NT1 une fois, et d’autres médias nationaux (Historia, Rustica…) auraient aussi relayé la tenue du Festival. « En 2017, nous avions cinq journalistes nationaux sur site : RTL, TF1, l’AFP, Le Parisien et Radio-Vinci », complète Martine Grivot. Pour 2019, les services indiquaient, à dix jours de l’événement, 119 retombées presse. Cependant, si l’on tape Festival de Loire sur Google, l’occurrence renvoit presque exclusivement à des articles de supports médiatiques locaux. Même chose si l’on répète l’exercice sur la plateforme de vidéo en ligne YouTube.

    Un événement qui reste local

    Difficile de savoir, sur les 750 000 visiteurs annoncés lors de la dernière édition, la provenance de ceux-ci. D’après un professionnel orléanais du tourisme, la plupart d’entre eux « sont des locaux. Le reste représente une part résiduelle ». Selon lui, malgré les campagnes d’affichage qui ont été menées tout le long de la Loire jusqu’à Nantes, et même à Paris, il est dommage que la clientèle de la capitale ne soit pas plus appâtée par l’événement : « il faudrait l’ouvrir sur un autre axe : par exemple, que tous les commerçants du centre-ville affichent des réductions de 20 %. Ça pourrait créer un levier de déplacement encore plus important pour faire venir les Parisiens. » Pour ce professionnel, il est compliqué d’appâter des visiteurs hors Loiret sur une longue durée lors du Festival de Loire : « il faut être honnête : c’est un bel événement, mais faire le tour des quais, ça dure au maximum une journée. Le Festival de Loire, c’est avant tout des gens du coin qui viennent chercher des produits du coin. »

    À quelques jours de l’événement, certains hôteliers constatent pourtant des retombées palpables. Même hors centre-ville, au Mercure des Portes de Sologne, la directrice, Christine Fournot, observait un impact sur ses réservations : « cela a surtout pris le samedi soir, et le week-end est pratiquement complet. » 

    Les Brèves

    • 2,180 M€

      C’est le budget du Festival de Loire. Si l’on soustrait les 400 000 € de recettes annoncées, 1,8 M€ restent à la charge de la collectivité.