Les Brèves

    Quand la campagne s’invite…

    L’impact écologique du Festival de Loire

    Transport des bateaux, pompage de l’eau pour remplir le Canal d’Orléans, Duck Race… Des voix s’élèvent et reprochent au Festival de Loire de ne pas être tout à fait « vert ». Comme si la campagne aux municipales était déjà lancée... b.v


    Certains esprits chafouins s’agaceront certainement que les écolos ne leur lâchent pas le grappin. Mais c’est un fait : aujourd’hui, dans un contexte d’urgence climatique, la plupart des événements de grande ampleur, comme le Festival de Loire, sont passés au crible de l’empreinte écologique. Bien consciente qu’elle serait observée sur ce point, la mairie d’Orléans met en avant, dans sa communication, des « actions concrètes en faveur de l’environnement » : tri sélectif, 35 000 gobelets consignés, récupération des huiles de cuisson usées, interdiction des pailles en plastique, etc. Et pour venir au Festival, elle dit favoriser les transports en commun avec la mise en place d’un pass TAO deux jours pour l’utilisation des bus et du tram.

    Pas assez pour Jean-Philippe Grand, actuel conseiller municipal EELV et candidat à la mairie en mars 2020. « Depuis le début du Festival de Loire, j’ai toujours été étonné qu’on fasse venir les bateaux sur des camions, exprime-t-il. Tout cela coûte en plus de l’argent. Je vais faire une proposition pour faire construire une flotte de bateaux en local. » Sur ce point, Martine Grivot, adjointe au tourisme, répond qu’une subvention, dont le montant n’a pas été précisé, sera versée à « une association qui lutte pour l’environnement », en l’occurrence Loiret Nature Environnement. Une « compensation carbone » qui ne satisfait pas totalement Jean-Philippe Grand, lequel a déjà rué dans les brancards sur un autre sujet, celui du pompage de l’eau de Loire décidé pour emplir le Canal d’Orléans. « Cela n’a aucun intérêt, c’est anti-pédagogique, et c’est mettre des rustines sur une jambe de bois, affirme l’élu EELV. Et cela coûte de l’énergie. On est à côté des enjeux environnementaux. » Face à la polémique naissante, la mairie a dégainé par communiqué, rappelant que le débit d’eau pompé ne représentait « seulement que 0,05 % de celui en Loire », qu’il serait effectué « dans les eaux superficielles de la Loire, non dans les nappes phréatiques », et que « l’eau pompée pour remplir le canal retournerait, à la suite de la manifestation, dans la Loire. »

    Trop, c’est trop ?

    Certains s’étonnent également de voir des bateaux traditionnels armés d’un gros moteur naviguer sur la Loire. « Pendant une heure par jour, on essaye de demander à tous les bateaux de ne pas l’utiliser », répond Martine Grivot. L’emploi de feux d’artifice est également de plus en plus décrié par des associations, comme récemment le collectif Je Nettoie ma Loire, qui s’inquiète de leur impact sur la faune locale. « On pourrait, c’est vrai, faire appel à des fabricants qui utilisent des matériaux biodégradables, appuie Jean-Philippe Grand. Mais surtout, il faudrait se poser la question de la multiplication de ces feux d’artifice au cours de l’année. »

    Devant ces réticences, Martine Grivot se dit « surprise » : « il y a certes des personnes et des assos qui sont soucieuses de l’environnement, mais je sens bien qu’on est à six mois des élections, et que tout est prétexte à critiquer la ville… » Visé, Jean-Philippe Grand répond : « nous sommes face à une équipe qui privilégie l’économique à l’écologique. Tant que cette municipalité fera des choix anti-écologiques, nous les dénoncerons. » 

    Les Brèves

    • Et la Duck Race…

      30 000 canards en plastique seront jetés à l’eau le dimanche 22 septembre pour une course au profit d’associations. Ces derniers mois, on a reproché à ces volatiles de polluer l’environnement. « C’est la 3e édition, et personne n’en avait rien dit avant, tonne Martine Grivot. Or, tous les canards sont contrôlés ! » Jean-Philippe Grand dit lui comprendre le « symbole » qu’en font les anti-canards, mais veut rester mesuré, rappelant sa position « d’écologiste pragmatique ».