Les Brèves

    Une visite à Matignon, mais…

    Christophe Chaillou a rencontré Édouard Philippe 

    Christophe Chaillou a déjeuné avec Édouard Philippe le 12 juillet dernier, en compagnie d’autres élus. Mais cela n’augure en rien, assure le maire de Saint-Jean-de-la-Ruelle, d’un rapprochement avec La République en Marche…

    b.v

    Lundi dernier, les services de Saint-Jean-de-la-Ruelle ont diffusé aux rédactions locales la rencontre qu’avait faite, le 12 juillet dernier, le maire de la commune avec le Premier ministre, Édouard Philippe. Il était joint à ce message un selfie pris entre les deux hommes (voir ci-contre), et un communiqué selon lequel un « échange fructueux, ouvert et sans langue de bois » avait eu lieu avec le locataire de Matignon. « Christophe Chaillou est fier d’avoir porté la parole des Stéoruellan.e.s », pouvait-on notamment lire dans cette prose.

    « Édouard Philippe reçoit régulièrement des associations d’élus et leurs représentants pour parler de leur actualité, nous a ensuite décortiqué Christophe Chaillou. Personnellement, je connais bien Olivier Dussopt, le ministre de la Fonction Publique (anciennement député-maire socialiste d’Annonay, ndlr), qui a présidé l’Association des Petites Villes de France, et dont je fais toujours partie du bureau. » Et voilà comment le maire de Saint-Jean-de-la-Ruelle a pu partager la table du Premier ministre en compagnie d’une dizaine d’autres élus « de sensibilité PS / centre gauche », comme les maires de Saint-Rémy-de-Provence, Libourne ou Château-Thierry. « Ce déjeuner a été direct et franc, et j’ai eu un bon temps de parole, maintient Christophe Chaillou. J’ai attiré l’attention sur la nécessité de l’État d’être présent sur les questions de police : à Orléans par exemple, on a qu’une seule BAC pour tout le territoire ! Nous avons aussi évoqué les problématiques de service public, de santé et de laïcité. »

    Candidat en 2020 ?

    Cependant, ne dites surtout pas à Christophe Chaillou qu’il s’est rendu à Matignon pour s’attirer les bonnes grâces de la majorité en vue de 2020… « À aucun moment, nous n’avons parlé d’élection, se défend-il. De tout façon, je rappelle que je suis toujours au PS ! » À Saint-Jean-de-la-Ruelle, un candidat marcheur s’est déclaré tôt, cet hiver : il s’agit d’Éric Lepêcheur. Mais depuis cette prise de parole, celui qui est aussi le suppléant de Caroline Janvier (députée de la 2e circonscription du Loiret) se fait plutôt discret. De quoi inquiéter quand même Christophe Chaillou qui est, rappelons-le, maire de Saint-Jean-de-la-Ruelle depuis 1998 ? Quand nous l’avons joint au téléphone, il ne semblait pas tout à fait être atteint de fébrilité excessive, même s’il a refusé de nous confirmer sa décision – toutefois probable –, de briguer un nouveau mandat de maire. « Nous verrons à la rentrée, nous a-t-il dit. Je dirais juste que nos concitoyens n’ont pas l’air désespéré de la situation de leur commune, alors… Tout est ouvert. »

    Les Brèves

    • En bref

      Orléans : Serge Grouard de nouveau LR !

      La semaine dernière, plusieurs sources concordantes nous ont rapporté le fait que Serge Grouard aurait repris sa carte aux Républicains. Contacté, Olivier Geffroy, le président des Républicains du Loiret, nous « a invité à demander » directement à l’intéressé ce qu’il en était, sans infirmer cependant ce bruit qui courait, à droite, à gauche, comme au centre. Serge Grouard, actuellement à l'étranger, a fini par nous confirmer cette information.

      Métropole : Maire, président…Choisissez !

      En marge de l’interview qu’il a accordée à La Tribune HebdO (lire pages suivantes), Olivier Carré a confirmé à La République du Centre que s’il était élu maire d’Orléans en mars 2020, il serait candidat pour être également président de la métropole. Une sortie sur laquelle a rebondi Jean-Philippe Grand, candidat déclaré à la mairie : « Olivier Carré justifie de vouloir être maire et président de la métropole car le territoire stagne ou recule quand ce n’est pas le cas, a-t-il écrit sur son compte Facebook. C’est considérer que les 15 années du couple Grouard / Lemaignen ont été contre-productives. Les intéressés apprécieront. »