Les Brèves

  • Gratos, le maître !

    Le maître de cérémonie du Cannes 1939 à Orléans sera donc le comédien et acteur orléanais Alex Lutz. Pour son concours, celui-ci « participera gracieusement » à l’événement. « Pour lui, ce moment est un acte citoyen, soulignent les organisateurs. C’est d’ailleurs lui qui est venu à nous – et non l’inverse – via la mairie d’Orléans. »

LES MÉCÈNES ORLÉANAIS SONT ATTENDUS

Cannes 1939 à Orléans

Le festival Cannes 1939 à Orléans tournera avec un budget de 600 000 €. La moitié sera apportée par des financements publics. Mais les organisateurs cherchent aujourd’hui à mobiliser mécènes et entreprises pour être à la hauteur de leurs ambitions. B.V

C’est le message que les organisateurs de Cannes 1939 à Orléans distillent en ce moment aux médias locaux. En gros : « entreprises et mécènes d’Orléans, on a besoin de vous ! » Car, assurent-ils, ce festival ne sera pas une « projection de ciné-club ». Sous-entendu : si vous voulez que les Orléanais en prennent plein les mirettes, il va falloir mettre des sous. « Aujourd’hui, on a un peu de mal à mobiliser le mécénat privé, expliquent ainsi François Caspar et Anthony Gautier. Or, il y a urgence. Il faut que ça se fasse maintenant ! Les Vitrines d’Orléans, par exemple, sont très mobilisées. Nous avons envie de lancer un message aux entreprises : faites-nous confiance, prenez des risques ! »

Pour amadouer mécènes et/ou entreprises du cru, les organisateurs appuient sur la fibre orléanaise de l’équipe aux manettes. « On est tous Orléanais, assène François Caspar. Moi-même, j’ai été formé à l’ESAD d’Orléans ! » Et pour convaincre les bonnes volontés de mettre la main au portefeuille, les arguments sont du genre massue : « une défiscalisation à 60 % » pour le mécénat ; une démonstration théorique rappelant « qu’un euro investi dans la culture occasionne entre sept et huit de retombées » ; et puis une note macro-économique en bas de page : « l’industrie de la culture, c’est deux fois l’industrie automobile en France. »

De 500 à 100 000 €

Cannes 1939 à Orléans a ainsi bâti une gamme de prestations et de services correspondant aux sommes potentiellement investies. Disons, pour résumer, qu’elles se divisent en trois grandes catégories : il y a d’abord un pack « amis » pour 500 € et un pack « partenaires » pour 4 000 €. Avec 100 000 €, vous devenez un « grand mécène », et vous avez notamment le droit d’avoir votre nom sur l’affiche du festival.

François Caspar espère vraiment drainer très vite des vocations orléanaises. « Si les entreprises locales ne sautent pas sur un événement comme Cannes 1939, je ne sais pas ce qu’il faut faire…, prévient-il. Sans compter que, si comme nous l’espérons, des acteurs et réalisateurs importants viennent alors que ce festival tournerait à l’économie, ce serait très mauvais pour la réputation d’Orléans. » Le directeur lance par exemple un appel du pied : « j’aurais du mal à comprendre que la Cosmetic Valley puisse passer à côté d’un événement comme celui-là… ». Pour le moment, les organisateurs précisent avoir eu « des réponses », mais pas encore « d’engagements formels » de la part de mécènes et/ou de partenaires intéressés.

En savoir plus

www.festivalcannes1939.com

Les Brèves