Les Brèves

  • Le multi-accueil fermé ?

    Lors de l'inauguration du Centre parental, les personnels travaillant au centre (13 personnes) en ont profité pour signaler le problème de la fermeture depuis quelques semaines du multi-accueil situé juste à côté. Une fermeture qui oblige les personnels à garder les enfants dans le centre quand les mamans ont un rendez-vous. Une décision prise face à la recrudescence d'enfants confiés par les juges et devant passer par la Maison de l'Enfance, ces derniers temps, indique Alexandrine Leclerc : « on a été obligé de pousser les murs avec l'arrivée de plusieurs fratries et on a décidé d'utiliser l'espace du lieu d'accueil. Ce manque de place nous a posé la question de rendre cette configuration pérenne, les enfants des mamans du centre pouvant être accueillis par le biais des places réservées en crèche à l'extérieur. Nous en avons six et pouvons en offrir quelques-unes de plus au niveau d'Orléans. Saint-Jean-de-la-Ruelle aurait aussi quelques possibilités... Cela place aussi les familles dans une démarche d'autonomie, de sortir du centre pour aller vers la crèche, ce qui est une bonne chose. »

Philia : les papas aussi !

Un centre parental reformaté à Orléans

Un centre maternel géré par le Département, existant depuis 1949 à Orléans, vient d'être rebaptisé « Centre parental Philia ». Grande nouveauté : ce bâtiment va surtout pouvoir accueillir les couples, désormais.

gaëla messerli

L’accueil en centre parental est une mesure de prévention et de protection de l’enfance à destination de parents de jeunes enfants en difficulté psychologique, sociale et éducative dans la prise en charge de leur enfant de moins de trois ans, ou lorsque le lien d’attachement doit être tissé ou consolidé. Il s’inscrit dans un accompagnement du ou des parents soucieux de préserver ou d’améliorer le lien à son enfant. Il a été mis en place par les services de l'Aide Sociale à l'Enfance (ASE).

Jusqu'à présent, c'étaient seulement les mères – ou futures mères – avec leurs enfants qui étaient accueillis dans le centre parental situé dans le quartier Madeleine, à la lisière de Saint-Jean-de-la-Ruelle. Aujourd'hui, autre temps, autres mœurs : les pères vont également pouvoir y être hébergés grâce à deux hébergements pour couples, en plus des treize hébergements dédiés aux mères seules avec enfants. Les travaux de reconfiguration devraient, en tout cas, être achevés cet automne.

Des femmes de 18 à 42 ans

Les femmes hébergées et les familles en général n'arrivent pas par hasard dans ce centre, installé à deux pas de la Maison de l'Enfance. « Ces personnes sont adressées par la PMI, les travailleurs sociaux, mais aussi par la maternité ou les associations après une évaluation », indique Gisèle Morera, la responsable du centre. Ici, point de mineures, mais des femmes actuellement âgées de 18 à 28 ans, même si l’établissement « a déjà reçu une maman de 42 ans qui avait des enfants placés et un passif avec l'Aide Sociale à l'Enfance, poursuit Gisèle Morera. Mais cette femme a pu avoir évolué avec cette nouvelle maternité. »

La durée de séjour dans le centre est de six mois minimum, mais peut être renouvelée jusqu'à douze mois, la moyenne tournant plutôt autour de dix-onze mois. « Cela permet d'évaluer s'il faut construire le lien familial ou au contraire le dissoudre », explique-t-on au centre Philia. Les femmes y arrivent enceintes ou avec des enfants. « Nous avons eu jusqu'à six enfants accueillis avec leur maman… »

Des ateliers « bain »

Au rez-de-chaussée, un espace est dédié à l’accueil familial, avec un coin cuisine et une salle de bains. « C’est une pièce qui peut être réservée pour accueillir le père ou les grands-parents, indique Nadia Renaud, monitrice-éducatrice. Cela doit être mentionné dans le contrat d’accueil. Ce n’est pas le petit copain rencontré depuis une semaine, car le but est de construire le lien familial. » Le lieu sert aussi à des ateliers à destination des familles du centre parental, mais aussi en accueil de jour, afin de les aider à se préparer à l’arrivée du bébé. C’est là que Marie-Christine, auxiliaire de puériculture, propose un atelier dédié au bain : « l’idée est partie du constat que ce soin suscitait beaucoup d’angoisses pour les futures mamans. Nous l’avons mis en place avec un poupon depuis 2015 et, au fil des années, nous l’avons proposé aussi aux pères. Cela marche très bien : cela va de comment porter l’enfant de manière sécurisante en passant par l’hygiène et comment créer une relation avec son bébé. »

« le but est ici de construire le lien familial »

La laverie sert quant à elle à aborder les techniques d’entretien domestique « au naturel », de la lessive en passant par le nettoyage du frigo. Une pièce est également dédiée à l’étage à la prévention des accidents domestiques, avec une mise en situation réelle des jeunes parents. Manches de casseroles qui dépassent ou cacahuètes sur la table basse… Tout est fait pour faire prendre conscience des risques encourus par un jeune enfant dans sa propre habitation. Enfin, trois espaces dédiés aux jeux sont situés au rez-de-chaussée et permettent de voir évoluer l’enfant, mais aussi de « discuter avec les professionnels. » C’est aussi dans ces lieux que les mamans peuvent faire garder leurs enfants lorsqu’elles ont un rendez-vous. À l’occasion de l’inauguration du centre, mardi 11 juin, même si le lieu est une sorte de « cocon », Alexandrine Leclerc, vice-présidente du Département en charge de l'enfance, a rappelé l’importance de la préparation des familles « à la sortie du centre et à la vie en autonomie. »

Les Brèves

  • Un nom qui a du sens

    Même si le choix du nom du Centre parental a été discuté avec les équipes, c'est Alexandrine Leclerc, la vice-présidente du Département en charge de l'enfance, qui a tranché en « partant sur autre chose » plutôt que de créer « des déceptions ». L'élue, professeure de français, de latin et de grec, a cherché dans ses dictionnaires et opté pour « Philia », un mot grec désignant le lien entre deux personnes proches.