Les Brèves

    Fleuryssois ET TÊTE de liste !

    Les élections européennes dans la métropole orléanaise

    Le Fleuryssois Pierre Dieumegard est à la tête de la liste Europe Démocratie Espéranto, qui veut promouvoir l’usage de cette langue sur le continent. b.v


    La liste qu’il porte devrait avoir du mal à dépasser la barre des 0,5 % de votes, mais Pierre Dieumegard, ancien prof de SVT à la retraite, ne se départ pas de son enthousiasme : à quelques jours du scrutin du 26 mai, il continue de porter la bonne parole du mouvement Europe Démocratie Espéranto. Celui-ci a un combat bien identifié : « pour favoriser l’unité de l’Europe et celle des peuples, il faut une langue pour se parler ». Et cette langue transnationale, ce ne serait pas l’anglais, mais… l’espéranto, inventé en Russie à la fin du XIXe siècle. « Cette langue est facile et précise », assure Pierre Dieumegard en nous détaillant ses singularités : « il n’y a qu’un seul groupe de verbe et les toutes les personnes se conjuguent de la même manière ! Les mots se reconnaissent à leur terminaison : quand ils se finissent en « o », c’est un nom ; en « a » c’est un adjectif et en « e », c’est un adverbe », résume-t-il. Impossible, pourtant, de savoir exactement combien de personnes parlent cette langue en Europe. En France, elle n’est même pas proposée aux épreuves du bac. « Le ministère de l’Éducation nationale nous dit que ce n’est ni une langue ancienne, ni une langue étrangère, ni une langue régionale », regrette Pierre Dieumegard, dont le message sous-jacent qu’il porte au fond est celui-là : « comment faire pour construire un véritable peuple européen ? »

    Une campagne à 90 000 €

    Dimanche, ce sera la quatrième fois qu’Europe Démocratie Espéranto présentera des candidats aux élections européennes. Pourtant, dans la soirée, Pierre Dieumegard ne devrait pas être invité sur les plateaux télés pour débriefer sur le résultat des élections. Il comprend cette relative indifférence, mais la regrette aussi. « Les listes un peu « exotiques » ne peuvent pas s’exprimer dans les médias, dit-il. D’un autre côté, nous ne sommes pas tellement coopératifs. C’est dommage de n’avoir pas réussi à travailler ensemble. »

    Si l’on peut gloser sur l’utilité de présenter une liste qui, en 2014, n’a pas dépassé les 0,3 % de voix, on ne peut en revanche pas reprocher à Pierre Dieumegard et à ses compagnons de ne pas être convaincus par leur démarche. Cette élection va en effet leur coûter 90 000 €, dont 50 000 € pour la seule impression des bulletins de vote. Leur campagne est autofinancée, sans aucun prêt souscrit auprès des banques. Un investissement à blanc, puisqu’en France, il faut atteindre la barre des 3 % pour être remboursé de ses frais de campagne. Europe Démocratie Espéranto part de loin. 

    Les Brèves

    • Les autres candidats orléanais

      Maire adjoint à l’éducation à Orléans, Florent Montillot se présente en 7e position sur la liste de l’UDI. On note aussi la présence de Karin Fischer, professeur à l’Université, et en 49e position sur la liste de La France Insoumise. Enfin, Farida Megdoud, enseignante à La Source, est présente en 9e position sur la liste de Lutte Ouvrière.