Les Brèves

    les gilets jaunes n’ont pas pu « sauver » Jeanne d’Arc

    ils ont manifesté à Orléans samedi dernier

    Samedi dernier, le Collectif « Convergence Gilets jaunes » s’était donné pour mission de se rendre devant la cathédrale Sainte-Croix pour un hommage interlope à Jeanne d’Arc. Mais l’accès au centre-ville d’Orléans leur a été interdit par la Préfecture.

    marie-sophie gessat


    Sous un chaud soleil entrecoupé d’averses, une manifestation organisée par le Collectif « Convergence Gilets jaunes », s’est ébranlé samedi dernier, aux environs de 14 h, depuis la base de loisirs de l’île Charlemagne. Un cortège haut en couleur, avec à sa tête une jeune femme à cheval entourée de ses gardes croisés, des drapeaux de toutes sortes, avec fleurs de lys, motifs bretons, tête du drapeau corse et, bien sûr, armoiries des Gilets jaunes…

    Ce défilé d’environ 250 personnes, d'abord bon enfant, n’a pas pu cacher sa hargne à l'apprcoche des Tourelles. Probablement parce que la préfecture du Loiret et la Direction Départementale de la Sécurité Publique, pour éviter tout débordement, avaient établi un dispositif de sécurité interdisant que la manifestation n’emprunte les voies menant au centre-ville, et notamment celles arrivant à la cathédrale Sainte-Croix, alors que c’était précisément ce que les responsables du collectif avaient souhaité… « Nous devions arriver à la cathédrale pour théâtraliser notre bûcher de Jeanne d’Arc devant ce monument, déclarait ainsi l’un d’eux. Nous voulions faire brûler ce bûcher pendant quelques secondes et le stopper ensuite pour que tout le monde comprenne que nous voulions sauver Jeanne d’Arc, comme nous voulons prendre en main notre destin et faire changer l’histoire ! »

    « Comme Jeanne, on va finir par prendre les armes… »

    Las, ce vœu fut contrecarré, comme le barbecue prévu le soir au retour sur l’île Charlemagne. « On nous a confisqué notre matériel pour ce barbecue, et 8 à 10 personnes ont été arrêtées (voir encadré, ndlr), s’exclamait ainsi samedi dernier Amélie, responsable du parcours. Il va falloir improviser… On doit longer les bords de Loire, mais on sera bloqué au pont Royal ». Ce qui fut fait, en effet.

    Certains manifestants arrivaient aussi de Bourges, avec une motivation sans faille. « Nous faisons toutes les manifestations possibles, et c’est indiqué sur notre drapeau avec nos blessés, faisait remarquer Pascal. Voyez, il y en a un qui a reçu un tir de LBD dans le dos. Il marchait dernièrement avec une canne. La police est armée et pas nous. Et si ça continue, on va finir par prendre les armes comme Jeanne d’Arc… » 

    Les Brèves

    • Six manifestants jugés

      Lundi dernier, le Tribunal correctionnel d’Orléans jugeait en comparution immédiate six individus arrêtés en marge de cette manifestation des Gilets jaunes. Des cocktails Molotov, une matraque, un couteau et des lance-pierres ont notamment été saisis le vendredi au soir par les forces de l’ordre. Ils ont été condamnés à des peines de prison.