Les Brèves

  • 52 925

    C'est le nombre de projets de recrutement non saisonniers enregistrés dans l'enquête de besoins en main-d'œuvre en région Centre-Val de Loire pour 2019.

Les entreprises veulent recruter !

Région Centre-Val de Loire

L’heure semble à l’embellie du côté de l’emploi en région, si l’on en croit l’enquête concernant les besoins en main-d’œuvre pour 2019 dans le Centre-Val de Loire réalisée par Pôle Emploi. En voici quelques tendances lourdes. G.M.  


79?248 projets de recrutement ont été recensés pour 2019 et 23,2 % des établissements régionaux annoncent avoir l’intention d’embaucher du personnel au cours de l’année. « Le nombre de projets de recrutement estimés est inédit », a insisté Virginie Coppens-Ménager, la directrice régionale de Pôle Emploi Centre-Val de Loire, lors de la présentation des résultats de l’enquête. Cela représente 11 177 projets d’embauche de plus que l’année passée ! Le nombre recensé en 2018 était pourtant déjà historique… »

Les services recrutent

Sans surprise, le secteur des services aux particuliers (35 %) et celui aux entreprises (24 %) arrive en tête des recruteurs potentiels pour 2019. Suivent ensuite le commerce (13 %), l’industrie (12 %), l’agriculture (9 %) et la construction (7 %). Parmi ces secteurs, les projets sont particulièrement en hausse par rapport à l’année précédente (+ 28,1 % d’intentions de recrutement dans l’industrie par rapport à 2018 ou encore + 23 % au niveau du service aux entreprises). Des intentions d’embauche qui émanent majoritairement d’entreprises de moins de 50 salariés (2 sur 3). « 36 % des intentions d’embauche viennent d’établissements de moins de 9 salariés. »

« il s’agit majoritairement d’emplois durables »
Virginie Coppens-Ménager, directrice régionale de Pôle Emploi Centre-Val de Loire 

Bonne nouvelle également concernant le type de contrat envisagé pour ces futures embauches : « il s’agit majoritairement d’emplois durables ». 58 % des contrats prévus sont en effet des CDI, et 10 % sont des contrats de plus de 6 mois. La proportion de ces emplois considérés comme durables est en hausse par rapport à l’année passée de près de 10 %. Des embauches motivées non plus seulement par le surcroît d’activité, mais aussi par des remplacements suite à des départs de salariés ou le développement d'une nouvelle activité. Un bon signe pour l'économie régionale ? En tout cas, pour Virginie Coppens-Ménager, c'est « un phénomène à suivre. » À noter que 80 % des entreprises qui ont répondu à l'enquête en 2017 ont déposé au moins une déclaration d'embauche à la suite et 75 % en 2018.

Loiret et Indre-et-Loire en tête

L'étude menée depuis 18 ans par Pôle Emploi n'affiche pas de changement concernant les bassins les plus recruteurs. « L'Indre-et-Loire et le Loiret embauchent le plus. Les bassins de Tours et Orléans représentent un tiers des projets de recrutement. » L'étude recense ainsi 14 529 projets de recrutement sur le bassin d'emploi d'Orléans et 14 268 au niveau de Tours.

Au hit-parade des métiers présentant le plus grand nombre d'intentions d'embauche pour 2019 – hors emplois saisonniers –, le métier d'agent d'entretien de locaux arrive en tête (3 184 projets de recrutement). Place ensuite à celui d’aide à domicile (1 785), puis ceux d’aides, d’apprentis, ou d’employés polyvalents de cuisine (1 742). Si l'on compte aussi l'emploi saisonnier, région agricole oblige, il faut également ajouter les postes de viticulteurs, arboriculteurs, cueilleurs (2 954 projets) à ces métiers recherchés. 

Les Brèves

  • Trouver le « mouton à cinq pattes »

    Avoir l'intention d'embaucher ne veut pas dire réussir à recruter ! En effet, plusieurs secteurs affichent des difficultés à recruter. C'est le cas particulièrement de la construction (lire p.7), des services aux entreprises et aux particuliers, mais aussi dans l'industrie, l'agriculture et le commerce. Mécaniciens et électroniciens de véhicules, plombiers-chauffagistes et conducteurs routiers sont ainsi considérés comme étant les métiers les plus en tension au niveau du recrutement en région Centre-Val de Loire.

    La notion même de difficulté à recruter varie également d'un bassin d'emploi à l'autre. Il semble ainsi plus complexe pour les employeurs du secteur de Châteaudun ou de Nogent-le-Rotrou de trouver des candidats correspondant à leur recherche qu'à Amboise ou Loches. Parmi les principales raisons de ces difficultés identifiées par les employeurs : l'inadéquation du profil (manque d'expérience, de diplôme, de motivation), la pénurie de candidats, la nature du poste (distance, horaires, pénibilité, salaire), mais aussi le déficit d'image. « Les employeurs cherchent souvent des moutons à cinq pattes, mais nous n'en avons plus… Nous pouvons, au niveau de Pôle Emploi, identifier les compétences et mettre en place des formations pour aller plus près de ce que souhaite l'employeur », commente Virginie Coppens-Ménager.