Les Brèves

    Trois grandes écoles à Orléans !

    Formation supérieure

    Trois grandes écoles ont signé un protocole d’entente avec Orléans Métropole et devraient ouvrir leurs portes dès l’automne pour l’ISC Paris et pour la rentrée 2020 pour l’ESTP Paris et AgroParisTech.

    g.m 

    Les grandes écoles débarquent à Orléans ! La première à arriver, rue Jeanne d’Arc, dans l’ancien collège Anatole Bailly, est l’Institut Supérieur de Commerce de Paris (ISC), un établissement d’enseignement supérieur privé d’intérêt général qui existe depuis 1963. « Nous avons déjà physiquement du personnel hébergé actuellement dans le Lab’O et les travaux sont en phase de finalisation, pour une prise de possession des lieux cet été, avec une rentrée prévue fin septembre-début octobre, explique Pierre Barreaud, directeur général de l’ISC Paris Campus Orléans. Nous allons avoir un développement progressif avec le Bachelor. Les Masters, MBA et la délocalisation d’une classe du programme grande école arriveront ensuite. Nous commençons pour cette rentrée avec une classe de 30 étudiants de B1 et 30 étudiants en alternance en B3. Nous souhaitons atteindre à terme les 700 étudiants. »

    Les recrutements ont commencé, avec déjà quelques sessions de concours (une prochaine session est prévue en juin). L’école orléanaise n’est pas encore ouverte, mais « on a déjà quelques étudiants parisiens qui ont envie de faire leur troisième année de Bachelor à Orléans. Il y a un tissu économique dynamique, notamment au niveau des plateformes logistiques ou encore dans le secteur de la banque et des services. Pour le concours, nous avons reçu plus de 200 dossiers, majoritairement d’Orléans Métropole et du Loiret, mais aussi de Tours. Il y a de belles candidatures. »

    30 % de cours en anglais !

    Aucun profil particulier n’est privilégié pour cette école affirme son directeur. Par contre, dès la sélection, le candidat comprendra vite qu’il vaut mieux parler anglais couramment, car 30 % des cours seront dispensés dans la langue de Shakespeare. Une sélection à la fois écrite et orale, qui comportera, outre cette épreuve de langue, une épreuve de logique et d’expression écrite ainsi qu’un oral où la motivation, la créativité et le projet professionnel seront testés. « On recherche un engagement, particulièrement pour le campus d’Orléans, car notre enseignement est aussi basé sur l’expérimental, à travers des entreprises étudiantes. Ici, il y a tout à créer, contrairement à Paris, où certaines entreprises étudiantes existent depuis 40 ans. » L’école étant privée, il faudra débourser 6 950 € par an pour un bachelier métropolitain. À noter qu’une partie de l’équipe de l’école sera présente lors des week-ends du Loire Art Show.

    « On discute déjà avec l’ESTP de Paris qui arrive dans un an, énonce Pierre Barreaud. Il pourrait y avoir des hybridations dans nos formations. » L’école spéciale des travaux publics de Paris (ESTP) cohabitera en effet avec l’ISC au sein de l’ex-collège à partir de la rentrée 2020. 36 élèves sont attendus pour commencer et, à l’horizon 2027, près de 300. De quoi augmenter le nombre d’étudiants en cœur de ville. Sur le campus de La Source, une grande école européenne formant des ingénieurs et managers dans le domaine du vivant est attendue aussi pour 2020, avec AgroParisTech. 30 étudiants devraient y être accueillis la première année et 110 étudiants à l’horizon 2024.

    Plusd'infos :
    www.iscparis.com
    www2.agroparistech.fr
    www.estp.fr/propos-de-lestp-paris

    Les Brèves