Les Brèves

    Quoi de neuf aux fêtes johanniques ?

    Du 29 avril au 8 mai prochain

    Les fêtes de Jeanne d’Arc reviennent à Orléans dans une dizaine de jours. Le programme de ce temps fort de l’année, dévoilé la semaine dernière, apporte quelques petites évolutions à la marge, mais rien de révolutionnaire.

    B.V

    Après tant d’années et de siècles, on ne présente plus les fêtes johanniques. Tout le monde, ou presque, connaît ses rites et ses moments clés : la cérémonie de Remise de l’épée le 29 avril, la Chevauchée du 1er mai ou encore le grand cortège de clôture. Que les puristes se rassurent : tous ces temps forts seront de nouveau au programme. Mais en les saupoudrant de quelques menus ajouts : le 8 mai, « deuxième défilé militaire de France après celui du 14 juillet », rappelle Jean-Pierre Gabelle, conseiller municipal délégué aux fêtes johanniques, des troupes américaines défileront dans les rues : il s’agira d’un détachement de l’armée US basé en Allemagne. Une sorte de préambule, aussi, aux 75 ans de la Libération d’Orléans par les Américains, que l’on fêtera en août prochain.

    Du reste, à propos de ce cortège du 8 mai, la Ville instaure une nouveauté : une application intitulée « défiléjeanne2019 », disponible sur App Store ou Androïd, qui permettra « de retrouver en temps réel toutes les informations utiles sur les associations défilantes ». On verra, le 8 mai, si le public sera rivé sur son smartphone et l’on pourra ainsi jauger de l’utilité d’une telle innovation.

    Au-delà de ce gadget digital, les fêtes accueilleront un nouveau spectacle Son et Lumière de 17 minutes projeté sur les murs de la cathédrale au soir du 7 mai. Il s’appellera « Jeanne, la force de l’âme » et a été conçu comme une « déambulation poétique et surprenante à travers les principales valeurs portées par la Pucelle d’Orléans. » « Un spectacle de qualité qui rompra avec les trois années précédentes », promet Jean-Pierre Gabelle. Une grosse semaine plus tôt, l’association Orléans-Jeanne d’Arc aura présenté un autre spectacle, Les Voix Ecossaises de Jeanne (29 avril) dans les murs de la cathédrale. Autre petite évolution durant ces fêtes : le marché médiéval du Campo Santo, apprécié des Orléanais, ouvrira ses échoppes pendant quatre jours et demi (au lieu de quatre habituellement), avec une ouverture le samedi 4 mai, à 19 h.

    Pour le reste, aucun changement profond au menu de ces fêtes, qui coûtent la bagatelle de 700 000 €, mais dont le budget a été raboté depuis quelques années. « En 2012, on avait dû friser le million d’euros », rappelle Jean-Pierre Gabelle. Si mairie et associations répètent comme un mantra souhaiter voir les « Orléanais s’approprier ces fêtes », l’élu aux commandes indique même qu’il aimerait qu’un « groupe de réflexion se penche sur leur évolution », osant même avouer du bout des lèvres -ce qui fait sursauter Bénédicte Baranger, la présidente de l’association Orléans-Jeanne d’Arc- que « le mot « ringard » revenait parfois dans la perception des gens sur ces fêtes ». « Mais on ne peut pas tout balayer », a aussitôt nuancé Jean-Pierre Gabelle.

    Au fait, si l’on a pas (encore) parlé de l’invité d’honneur des ces fêtes de 2019, c’est parce qu’il n’est pas encore connu et que ce dossier est la chasse gardée du maire. Bref, on devrait connaître son identité aux alentours du 29 avril. Comme d’habitude.

    Les Brèves

    • Une « cité johannique » ?

      C’est le « rêve » de Bénédicte Baranger pour l’avenir : un lieu qui regrouperait « tout ce qui tourne autour de Jeanne d’Arc à Orléans », et serait aussi représentatif de la culture johannique d’Orléans que l’est l’historial Jeanne d’Arc de Rouen. « Pour le moment, cette cité johannique n’est pas dans les tuyaux », a cependant ajouté Jean-Pierre Gabelle.