Les Brèves

  • CV

    10/07/1944 : Naissance à Paris.

    1995 : Création d’ABCD.

    2016 : Création de Loges production. 

Pierre Perrault : La chance aux chansons

Malgré ses 75 printemps, Pierre Perrault, l’ancien organisateur du Festival de Travers, défend toujours la chanson francophone avec conviction et s’est lancé dans une nouvelle aventure avec Loges production.

gaëla messerli

Qui ne connaît pas Pierre Perrault ? Derrière ses lunettes bleues, l’homme ne change pas malgré le temps qui passe. Si vous avez fréquenté, il y a quelques années, le Festival de Loire ou celui du jazz, vous l’avez certainement croisé à la buvette ou en train de discuter avec des artistes. L’homme est une figure dans le milieu culturel orléanais. Pas étonnant car il fait partie des fondateurs d’ABCD et a été le programmateur du Festival de Travers jusqu’en 2015. Mais le passionné de chansons à texte n’est pas un Orléanais de naissance. Né à Paris d’une mère comptable et d’un père technicien, l’homme est un autodidacte. « Mes parents étaient cultivés, ils m’ont transmis les bases. » Côté études, celles-ci seront très courtes. « On m’a mis dehors à la fin du premier trimestre de troisième, j’étais très mauvais et faisais rire les autres. » Ce sera donc une arrivée précoce dans la vie active pour Pierre Perrault qui enchaînera les postes de vendeur à « cadre à 24 ans. C’était l’époque on l’on pouvait revenir du travail le midi et avoir une proposition ailleurs mieux payée après le repas. »

Ce n’est pas une histoire de chanson qui a mené Pierre Perrault à s’installer à Orléans mais sa première épouse qui y avait été nommée professeure au lycée Voltaire. Pierre, quant à lui, fera carrière dans une entreprise de négoce de matériaux de construction jusqu’à sa retraite.

Plus de 20 ans d’ABCD

Son engagement associatif lui ne date pas de son arrivée à Orléans. « J’ai co-animé avant un ciné-club à Gennevilliers. Je tiens cela de mes parents qui se sont rencontrés au syndicat en 1937 ! » C’est donc au départ avec les parents d’élèves de la FCPE, à Jargeau, que Pierre Perrault, père de deux enfants, s’engage. En se séparant de son épouse, il quitte la commune et s’installe à Orléans. Cela va bientôt faire trente ans qu’il partage sa vie avec Sylvette ainsi que sa passion pour la chanson et la vie associative. « Je me suis occupé au départ d’une association de quartier mais c’était tellement politisé... » Ce sera ensuite ABCD qu’il crée « avec quelques copains » en 1995. À partir de « 2005, on a commencé à en faire un festival à l’échelle de la Métropole. » Clarika, Emily Loizeau, Bénabar ou encore Sanseverino… passeront par le festival orléanais.

Mais en 2015, Pierre Perrault est atteint d’un cancer et décide d’arrêter l’aventure.

« mes parents étaient cultivés, ils m'ont transmis les bases »

Celui qui baigne depuis l’enfance dans la chanson n’a cependant pas dit son dernier mot et accepte en 2016 un dernier pari. « J’allais mieux et Valérian Renault est venu me parler d’une structure qu’il souhaitait monter afin de ne plus être dans la démarche habituelle de producteurs. » Loges production était né.

Aux premières loges

Pierre Perrault a donc repris du service et revient tout juste d’Allemagne. En effet, Loges production chapote un spectacle autour de « comment la chanson rend compte de la Shoah, depuis la fin de la Guerre jusqu’à maintenant. C’est une proposition du Cercil qui a mis en lumière une cinquantaine de chansons. On en a choisi 15. » Un spectacle – rassemblant notamment Valérian Renault, Lila Tamazit, Fred Ferrand – qui a été joué au Théâtre d’Orléans mais aussi dans la ville jumelle allemande de la cité johannique. « Il va être bientôt présenté en Allemagne de l’Est à des lycéens. » Place aussi à un spectacle autour du répertoire de Jean Yanne qui doit être présenté en juillet lors du Festival des Moulins à paroles à Olivet mais aussi à un projet autour du répertoire de Colette Magny qu’on pourra découvrir le 28 mai au Théâtre d’Orléans, à 20 h 30… De la chanson, des textes ciselés, des auteurs-compositeurs de talent… et surtout l’amitié. C’est ce qui a convaincu Pierre Perrault de participer à cette « coopérative de spectacles ». Le retraité qui continue d’écumer les festivals aime sinon toujours chanter avec les copains artistes, à la fin des réunions mais pas seulement ! Il a d’ailleurs participé à un tour de chant autour de mai 68 à Saran, l’an dernier. Autant dire que le président de Loges production connaît bien la chanson ! ? 

Les Brèves