Les Brèves

    Cyrille Carrière À la croisée des terrains

    Le directeur du centre de formation de l'USO football a signé un contrat de trois ans avec le club pour mettre en place l'outil de formation des futurs joueurs professionnels. Frère d'un ancien international de football, Cyrille Carrière a connu aussi bien le milieu professionnel qu'amateur avant de devenir formateur. De quoi bien ancrer les crampons des jeunes recrues dans la réalité.


    L'homme est d'un abord avenant et nous emmène faire le tour du propriétaire du futur centre qui devrait être homologué au mois de mai. Ce passionné de football connaît un peu toutes les facettes du ballon rond. Il est le fils d'un géomètre qui « mesurait les terrains et a entraîné aussi les U19 à Auch. Ma mère était secrétaire médicale et participait à l'administratif. » De quoi inculquer le sens du travail, de l'équipe et de la famille. « J'ai eu du mal à avoir mon bac S. À l'époque, vouloir vivre du football n'était pas très bien vu. Je me souviens d'une maman qui avait dit à son enfant de ne pas traîner avec les frères Carrière ! »

    Footballeur professionnel à 29 ans

    Après trois ans d’études en STAPS, Cyrille Carrière qui n'a pas réussi son concours devient maître auxiliaire. Le footballeur est un « un bon joueur en amateur » Mais grâce au travail et à des relations, il devient joueur professionnel à 29 ans « ce qui est rare dans ce sport. » Preuve aussi que le travail paye et qu'il existe une intelligence du jeu. « Mon frère faisait 1,73 m, une difficulté athlétique qu'il a compensée par son jeu. Moi, j'étais grand, j'allais vite. J'ai appris plus tard à modifier mon jeu. » Cyrille Carrière sera footballeur professionnel pendant quatre ans. Celui qui voulait au départ devenir professeur d'EPS croisera la route de Bernard Blaquart ou Jean-Marc Furlan qui orienteront sa destinée vers la formation des jeunes. « Ce sont des personnes d'une grande humilité. » Pour ce qui est des raisons de son arrivée à Orléans, c'est le projet du club qui a motivé l'homme qui a dirigé pendant 7 ans, le centre de formation du club de football de Tours.

    Repérer les futurs professionnels

    Respect, humilité, mental... C'est un peu les qualités recherchées, au-delà du sport, chez ceux qui deviendront « des pros. L'avis de l'enseignant, du surveillant... cela compte car au final, les joueurs devront se battre pour ceux qui sont dans les tribunes ! » Pour le directeur du centre de formation, ici il n'y a ni contrat ni prime à la signature, seulement une prise en charge de l'internat et de la scolarité pour les jeunes qui viennent de loin. « Moi, je jouais au foot et payais tout. C'est normal ! » commente celui qui a financé ses études en étant pigiste pour le journal Sud Ouest.

    « je sais ce que c'est d'être footballeur au chômage. »

    Cyrille Carrière insiste aussi pour que les jeunes préparent un diplôme. « Ceux qui se comportent mal au lycée ne restent pas. » Pour l'entraîneur de la réserve, le modèle à suivre, c'est Thomas Renault ou Karim Ziani, des joueurs qui sont « toujours sympas. » Même s'il a connu le milieu professionnel français et international par son frère, Cyrille Carrière prépare les jeunes footballeurs à la réalité du monde du ballon rond. « Je sais ce que c'est d'être footballeur au chômage ! »

    En matière de détection, ce père de trois enfants estime avoir « une grosse responsabilité vis-à-vis des jeunes et de leurs parents. » Ce qui explique un recrutement plus tardif que dans certains centres et une sélection régionale. « La cellule familiale, c'est très important. Lorsque j'étais à Tours, on a eu un jeune brillant de 16 ans du Bordelais qui a arrêté à 17 ans à cause de problèmes de santé de ses parents. Ce n'est pas non plus de la détection sauvage, on prévient les coachs, les présidents de clubs » explique le footballeur qui travaille avec Mickaël Ferreira, bien connu dans le Loiret. « J'ai été très bien accueilli. Saint-Cyr-en-Val a prêté son terrain, là on prend des jeunes de Saint-Jean-de-la-Ruelle... C'est plus facile qu'à Tours ou peut-être que l'on s'y prend mieux avec l'expérience. » Le directeur du centre de formation entraîne aussi la réserve et apprécie les liens tissés avec l'équipe première. « Didier Ollé-Nicolle sélectionne des jeunes et a fait rentrer dernièrement Abdoulkader Thiam. Il vient voir nos matchs et on discute aussi avec son adjoint. » Une continuité pour celui qui prépare ses troupes à évoluer toujours plus haut. Pour ce qui est de l'avenir, Cyrille Carrière se verrait bien rester à Orléans « au moins aussi longtemps qu'à Tours. » 

    Les Brèves

    • CV

      18/05/1972 : Naissance à Foix.

      2011 : Arrivée au Tours FC.

      Juillet 2018 : Arrivée à l'USO Football.