Les Brèves

    L'Astrolabe fête ses 20 ans !

    Musiques actuelles 

    La salle des musiques actuelles orléanaises souffle ses 20 bougies cette année ! L'occasion de dresser un petit bilan et aborder son avenir avec Matthieu Duffaud, le programmateur et Fredéric Robbe, son directeur. g.m. 


    Muse, Nada Surf, Stromae, Jain... ils sont tous passés dans la salle des musiques actuelles avant « d'exploser. » En effet, depuis 20 ans, directeur et programmateur cultivent une programmation mêlant artistes émergents mais aussi de niche. « Fred et moi avons été embauchés au départ par la Ville. Il y avait une programmation de dix dates et la coordination de la programmation des autres associations jusqu'à fin 2003. À partir de 2004, c'est devenu une gestion de délégation de service public par l'Antirouille » raconte Matthieu Duffaud. La programmation a évolué au fil du temps. « Il y a les concerts mais aussi des projets comme la Tournée bistrophonique qui s’est transformée en le festival Hop Pop Hop, le festival Hey Gamins... » Au total, 40 à 60 concerts sont programmés aujourd'hui par an. Le lieu accueille aussi des résidences d'artistes. « Cela concerne des artistes locaux, régionaux mais aussi de dimension nationale. Cela peut-être trois à cinq jours avant de partir en tournée mais aussi des essais de lumière, l'intervention d'un coach scénique... On a la chance d'avoir une scène dynamique et avons beaucoup de sollicitations. » La réputation en tout cas du lieu attire un public régional « mais aussi de toutes la France pour certains artistes qui donnent peu de concerts en France. C’est aussi plus facile parfois pour des Parisiens de trouver une place que dans des salles de Paris, vite au complet. »

    20 ans de souvenirs

    Difficile pour le programmateur de l'Astrolabe de faire une sélection de ses meilleurs souvenirs. « Il y a eu le grand bal donné par les Fabulous Trobadors, un groupe toulousain ou encore le concert de Danyèl Waro où l'on a vu arriver 500 personnes originaires de la Réunion. Au niveau projets collectifs, il y a eu celui de Nosfell & EZ3kiel, une belle création avec les Eurockéennes de Belfort. »

    Quant à ses derniers coups de cœur, le programmateur qui n'hésite pas à faire front commun pour faire venir des artistes de l'étranger avec les programmateurs d’autres festivals, c'est au festival GéNéRiQ à Dijon qu'il a pu les découvrir avec « Bodega que l'on verra en concert en avril » ainsi que « Black Midi. Je vais tout faire pour les faire venir ! »

    Une cité de la musique

    Créée en 1999, la salle de musiques actuelles orléanaises a quelques limites. « Il y a une très bonne acoustique mais c'est une salle un peu étroite au troisième étage, qui a été pensée au moins cinq ans avant sa création.... » L'Antirouille et Frédéric Robbe, le directeur de l'Astrolabe font partie actuellement avec le conservatoire du comité technique consulté pour la réalisation d'une future cité de la musique et des arts vivants, envisagée en face du pont de l'Europe. « Il s'agit d'une phase d'analyse de besoins » estime Frédéric Robbe au sujet de cet équipement qui devrait voir le jour d'ici 2024. Côté Astrolabe, on souhaiterait une jauge de 1 000 personnes avec 100 à 200 places assises. Pour l'heure, la délégation de service public de l'Antirouille s'achève en 2020 et devrait être remplacée par une convention pluriannuelle d'objectifs 2020-2024 réunissant la Ville, la Région, l’État et « peut-être le Département. » De quoi imaginer d'ici là les usages de demain en matière de musique et concevoir l'Astrolabe 2 ! 

    Les Brèves

    • Bubble Boum complète !

      Trop tard pour les retardataires qui voulaient participer, le 16 mars, à la boum des 20 ans de l'Astro car celle-ci affiche complet.