Les Brèves

    À toute vitesse vers les podiums !

    USO short-track

    Il est encore temps de rejoindre les rangs de l’USO short-track ! Le club orléanais de patinage de vitesse recrute tout au long de la saison pour une pratique en loisir, mais aussi (et surtout) pour la compétition. Le club commence à avoir un beau petit palmarès, et il ne compte pas s’arrêter là ! mathias perez


    Le short-track naît en 1905... Manquant de longues pistes en extérieur, les patineurs de vitesse américains commencent à s’entraîner en intérieur sur des pistes plus courtes. Les problématiques qui se posent alors sont bien différentes : les virages sont plus serrés, les lignes droites plus courtes, et les techniques pour gagner une course ne sont donc pas les mêmes. Ces spécificités mènent tout naturellement à la création d’un sport à part entière : le short-track, le patinage de vitesse sur piste courte. À Orléans, la discipline voit le jour en 1983, au sein de l’USO short-track, qui compte aujourd’hui une cinquantaine de membres. « On accueille des patineurs de tout niveau et de tout âge, à partir de 4 ans, raconte Pierre Desgardin, le président du club orléanais. Dès que l’enfant a un bon équilibre et qu’il sait se tenir sur la glace, il peut pratiquer le short-track. » Cela dit, l’équilibre n’est pas le seul atout à avoir pour évoluer dans la discipline. « Il faut avoir de bonnes cuisses, de la puissance dans les jambes et une bonne ceinture abdominale, précise Mickaël Dubois, l’un des quatre entraîneurs. Les patineurs sont gainés en permanence car ils sont quasiment tout le temps en position squat. » L’agilité est également importante, ainsi qu’un bon cardio. Le short-track est un sprint d’environ une minute, pendant laquelle les patineurs doivent être à fond !

    Rapide et technique

    « L’explosivité est aussi fondamentale pour faire un bon départ, continue l’entraîneur. Quand on part en tête, on peut bloquer les autres et ça aide beaucoup pour gagner. » Le patinage de vitesse est en effet une véritable course, et les sportifs se qualifient grâce à leur place d’arrivée, et non grâce à leur temps. « On peut atteindre 50 km/h, explique Mickaël. C’est plus rapide et bien plus technique que le roller, par exemple. » Et comme dans tous les sports de glisse, il vaut mieux ne pas avoir peur des chutes. « Elles sont relativement fréquentes, reconnaît l’entraîneur, mais elles sont sans gravité. On apprend d’ailleurs aux patineurs à tomber sans se faire mal, et à se réceptionner dans les matelas qui couvrent les virages. Et contrairement au roller, on ne s’égratigne pas sur le bitume ! »

    La cotisation annuelle est d’environ 200 €, et elle comprend aussi bien l’adhésion au club, que la licence et la location des patins. Pour ce prix-là, on peut s’entraîner jusqu’à 6 heures par semaine sur la patinoire d’Orléans, mais l’entraînement hors glace est également très important. « On travaille beaucoup le gainage et le cardio, affirme Mickaël. On va également courir sur les bords de Loire pour l’endurance, et on fait des sorties roller l’été. C’est primordial si on veut atteindre un bon niveau. »

    Un fort potentiel !

    L’USO short-track est en effet particulièrement tourné vers la compétition, et il vise les podiums ! « On reste un sport de course, confirme Pierre Desgardin, le président. Nous sommes forcément attirés par la compétition. Il y a une ambiance très conviviale dans le club, mais la compétition, c’est ce qui accroche vraiment nos pratiquants ! » Le club orléanais a d’ailleurs obtenu son premier podium européen en novembre 2018 à Bormio, en Italie. Bérénice Comby (12 ans) a en effet obtenu deux médailles sur le 1 000 mètres (bronze) et le 500 mètres (or). Elle a également battu un record de France sur le 1 000 mètres (1 min 42), et s’est classée troisième au général. Corentin détient, quant à lui, le record de France junior sur le 1 500 mètres. « Au championnat de France junior, on a remporté 6 médailles sur les 18 possibles, sourit l’entraîneur. Et on compte bien faire mieux au prochain. Franchement, on a vraiment un gros potentiel dans le club ! » Aujourd’hui, il ne manque plus que deux choses à l’USO short-track : des sponsors et un local à la patinoire d’Orléans. L’appel est lancé…

    Plus d'infos: Entraînements à la patinoire d’Orléans, le mardi de 17 h 30 à 19 h, le jeudi de 19 h à 20 h 30, le vendredi de 20 h 15 à 21 h 15 et le dimanche de 19 h à 20 h 30. Renseignements : www.usoshorttrack.wifeo.com et www.facebook.com/usovitesse.


    Les Brèves

    • Plus rapide que le vent !

      Parmi les adhérents de l’USO short-track, on trouve notamment Julien Ferrer. Cet Orléanais de 42 ans s’est inscrit dans le club afin de s’entraîner pour son défi intitulé Eole Search. Son but : dépasser les 120 km/h sur la banquise du lac Baïkal en Russie, et devenir l’homme le plus rapide du monde avec une aile de kite tractée par la force du vent et d’une planche munie de lames. La performance aura lieu en mars 2020, mais une première reconnaissance est prévue le mois prochain.