Les Brèves

    Pourquoi offre-t-on des chocolats à la Saint-Valentin ?

    Fête des amoureux

    Fondants, croquants, gourmands… Les chocolats sont devenus des incontournables de la Saint-Valentin et leur fabuleux pouvoir de séduction n'est pas près de se démoder.


    Si toutes les occasions sont bonnes pour savourer quelques délicieux chocolats, la Saint-Valentin est un instant privilégié pour s'adonner à ce péché mignon. Si, selon la tradition, le 14 février célèbre le jour où les oiseaux commencent à batifoler par paires, il est avant tout le jour où l'amour et la passion se fêtent avec quelques plaisirs gourmands. En tête, sans grand étonnement, notre indétrônable favori : le chocolat. Une aubaine pour les commerçants qui constatent une explosion de leur chiffre de vente pendant le mois des amoureux, et se jettent sur l'occasion pour proposer des éditions spéciales destinées aux Valentins et Valentines. Mais d'où nous vient cette passion du chocolat ? Pour vous, nous avons retracé les origines de notre addiction à la petite douceur…

    Mélange sensuel : mots doux et chocolat

    Dès le Moyen Âge, les amoureux anglais s'envoyaient des mots doux le 14 février et s'appelaient l'un et l'autre mon ou ma Valentin(e). Mais c'est au XIXe siècle que les cartes de vœux devinrent vraiment populaires et que les chocolats firent leur entrée sur le marché des amours tumultueuses.

    Lorsque l'on vous dit « chocolat chaud », vous visualisez certainement une soirée d'hiver au coin du feu ou des bambins au saut du lit. Eh bien, vous vous méprenez ! Médecins ou hommes d'Église, nombreux ont été les puritains qui voyaient d'un mauvais œil le breuvage « échauffant les passions ». Lorsque les Espagnols ramenèrent sur le vieux continent la boisson cacaotée, la mixture était déjà chargée d'une symbolique sulfureuse et offrir des chocolats était un geste de séduction, empreint d'une grande sensualité. Il devint donc courant pour les hommes de l'époque de déclarer leur affection avec un présent chocolaté. Après tout, quelle meilleure arme de séduction pour un Don Juan ? Sexualisé et connoté, le chocolat devint l'ennemi des bonnes mœurs. Des livres de bonne conduite à destination des jeunes filles stipulaient même qu'une femme respectable ne devait en aucun cas accepter les chocolats offerts par un homme, à moins que celui-ci ne soit son fiancé.

    « Dites-le avec du chocolat »

    Puisque la croyance populaire cultivait l'idée d'un plaisir coupable à l'égard de la délicieuse gourmandise, celle-ci n'aurait pas pu accéder au rang d'incontournable du 14 février sans un petit coup de pouce marketing.

    En 1868, la célèbre marque britannique Cadbury lance la première boîte de chocolats spéciale Saint-Valentin… en forme de cœur ! Cette opération n'est pas anodine : entre les fêtes de Noël et de Pâques, la Saint-Valentin représentait une réelle opportunité pour les chocolatiers confrontés à une période creuse. Il suffit ensuite aux publicitaires de se réapproprier les pouvoirs légendaires et le statut controversé du chocolat. De péché, il devint aphrodisiaque. Mais la légende contemporaine ne fait en réalité que réactiver un mythe ancestral : selon les Aztèques, le chocolat avait pour but d'améliorer les performances sexuelles en renforçant la passion amoureuse ! En réalité, ne serait-ce pas tout simplement l'effet de la dopamine que notre cerveau produit lorsque nous prenons du plaisir ? Sentir le chocolat fondre sous la langue stimule en effet cette petite molécule qui nous rend heureux… et accro !


    Les Brèves