Les Brèves

    Omer Pulse à l’espace George Sand !

    CABARET JAZZ

    Pour réchauffer les cœurs en ce début d’année, rien ne vaut un cabaret jazz bien ensoleillé. Samedi 12 janvier, place au swing avec Omer Yehouessi et son quintet à l’Espace George Sand de Chécy.

    Gaëla Messerli

    Soutenus par l’association O’Jazz, Omer Yehouessi et son quintet ne sont pas des inconnus dans l’Orléanais. Les habitants de l’Orléanais ont en effet déjà pu entendre cette formation lors des Samedis du jazz au Théâtre d’Orléans. Une musique énergique et vibrante née chez Omer Yehouessi grâce à la découverte de Duke Ellington et Thelonious Monk. « J’ai pris goût au jazz et à l’énergie du Bebop avec eux, avant j’écoutais du Bob Marley et du Jimi Hendrix », explique le musicien d’origine béninoise, « il y avait en eux aussi un message, une revendication pour les musiciens noirs. » Autre rencontre importante pour le bassiste et compositeur Omer Yehouessi, celle du saxophoniste Alain Vallarsa. « Un grand frère pour moi » estime celui qui a composé certains morceaux avec le regretté saxophoniste. Omer Yehouessi est souvent aussi perçu comme son héritier musical.

    Un album sorti en novembre

    Le jazzman est un autodidacte mais il s’est formé au gré des rencontres à Saint-Jean-de-la-Ruelle d’abord mais aussi un an en musicologie à La Sorbonne. De quoi donner naissance à un jazz rythmé et notamment à Ori, son album sorti en novembre, l’année dernière. Le nom de cet opus et premier titre de l’album caractérise en yoruba le côté positif de l’homme qu’il y a en chacun de nous. Une belle promesse, pleine d’ondes positives comme ce jazz qui donne envie de taper du pied ! Un rendez-vous à saisir dans l’Orléanais car 2019 s’annonce être une année de voyages pour Omer Yehouessi et son quintet. La formation est en effet invitée à se produire à Atlanta aux États-Unis dans un festival ainsi qu’au Bénin. Une preuve que le talent s’exporte hors des frontières de l’Orléanais ! 

    Les Brèves