Les Brèves

    On a lu ce que je voulais vous dire…

    Critique 


    Le livre d’entretien que Serge Grouard a sorti fin octobre avec le journaliste Anthony Gautier a fait les choux gras des médias nationaux. Y a notamment été reprise en boucle l’anecdote selon laquelle l’ancien maire d’Orléans aurait écrit le livre que François Fillon a publié pendant la campagne des primaires sur le totalitarisme islamique. Si ce passage est croustillant, il n’occulte pas une partie peut-être plus intéressante pour les Orléanais, à savoir le bilan que fait Serge Grouard de son long mandat à la tête de la ville. Et soyons clairs : sur près de 150 pages, soit la moitié du bouquin, il le juge plutôt digne de louanges. Peu d’autocritique dans la démonstration de l’ancien édile, et le sentiment du devoir accompli. Il se permet même parfois de remettre l’église au milieu du village, notamment sur le dossier de l’alignement des immeubles de la rue des Carmes, dont il s’adjuge in fine la réussite.

    À creuser

    Pour le reste, la manière avec laquelle Serge Grouard s’est intégré au tissu politique et à ses réseaux locaux, lui qui n’était pas Orléanais, n’est pas loin d’être la plus intéressante du livre. On reste en revanche assez dubitatif sur quelques passages vraiment rasoirs, comme celui où il évoque son attrait pour la moto. À l’inverse, on aurait aimé en savoir plus sur le Serge Grouard intime, ses joies, ses blessures, ses colères. Peut-être le témoignage de certains de ses proches aurait ici été utile pour mieux comprendre la personnalité d’un homme qui aura assurément marqué Orléans et séduit les Orléanais. Avec Ce que je voulais vous dire, Serge Grouard ne lève pas entièrement le voile. Ce que j’aurais voulu vous dire, c’est prévu pour quand ? 

    Les Brèves