Les Brèves

    Une ferme urbaine sur les toits d’Interives !

    La Métropole affine sa stratégie végétale

    Alors que la métropole orléanaise s’apprête à représenter la France à l’exposition internationale de l’horticulture en Chine, en 2021, les élus veulent mettre en avant le végétal comme un marqueur de l’identité territoriale. Une innovation étonnante est notamment en préparation… gaëla messerli


    Historiquement, Orléans et les communes qui l’entourent sont riches d’un passé horticole et viticole très prégnant. Une caractéristique que les élus métropolitains souhaitent utiliser, aujourd’hui, au service de l’attractivité du territoire orléanais. « Nous voulons revivifier cette caractéristique de notre ADN », insiste Olivier Carré, maire d’Orléans et président d’Orléans Métropole. Pour Laurent Baude, vice-président d’Orléans Métropole en charge de l’agriculture urbaine et péri-urbaine, « le végétal doit être emblématique. On reproche souvent à Orléans de manquer d’identité, mais le végétal est un marqueur ! »

    De quoi, donc, dessiner une stratégie en rendant plus visibles les pépites locales, comme la collection du conservatoire du chrysanthème à Miramion (Saint-Jean-de-Braye), la collection agréée d’iris du Domaine de Morchêne (Saint-Cyr-en-Val), ainsi que les productions locales au rayonnement national, voire européen, comme la clématite ou la pivoine. À ce titre, un ouvrage doit paraître en avril 2019 et devrait certainement déboucher sur la création d’un parcours dans la métropole.

    « Cultiver notre esprit jardinier ! »

    Une deuxième charte agricole est également annoncée d’ici la fin de l’année, avec un développement autour de l’alimentaire. Mais là ne s’arrête pas la Métropole, qui s’allie à l’innovation avec la construction, l’an prochain, d’un incubateur et de serres expérimentales, situés entre le CNRS et l’université à La Source. « Le but de cette expérimentation est de permettre aux horticulteurs locaux d’être plus prospectifs et, en attirant des start-up, de développer de nouvelles filières, explique Olivier Carré. L’arrivée d’AgroParisTech va aussi permettre de développer la formation d’ingénieurs agronomes dans le domaine de la pharmacie et la cosmétique. »

    Le président de la Métropole lorgne déjà sur le toit d’Interives pour imaginer la future ferme urbaine de l’agglomération, mais n’oublie pas pour autant la nécessité de végétaliser la ville en associant les citoyens. « Il faut cultiver l’esprit jardinier ! », conclut-il. 

    Les Brèves

    • Quatre fleurs pour Orléans !

      Olivier Carré et Aude de Quatrebarbes, adjointe au maire à la gestion du domaine public, n’étaient pas peu fiers, le 26 octobre dernier, d’annoncer qu’Orléans venait de décrocher, la veille, le label « 4 fleurs » au concours des Villes et Villages fleuris. Un label exigeant, car seulement 257 communes en France peuvent afficher cette performance. Pas le temps, cependant, de s’endormir sur ses lauriers pour les espaces verts, puisque le label n’est valable que trois ans !