Les Brèves

  • Retraités et actifs dans la rue

    Ce mardi, entre 1 300 et 2 200 personnes selon les sources ont manifesté leur mécontentement à Orléans. Les retraités étaient nombreux, comme Denis Berthelot, de la CGT Retraités, qui demandait la revalorisation des retraites. « On a travaillé toute notre vie ! », s'exclamait-il. Daniel Kernel, 92 ans, se désolait : « comme je ne peux plus rien me payer, je suis juste bon à rester dans un fauteuil... » D'autres étaient venus manifester « pour les jeunes », comme Josiane, qui vote LR et voit s'envoler 1 200 € par an avec la hausse de la CSG. « Nous aidons financièrement notre fille qui est au chômage, expliquait-elle. On ne veut pas séparer les retraités des actifs. Parce que Macron divise pour mieux régner.»

Les retraités du Loiret en colère !

Face à la hausse de la CSG…

L'augmentation de 1,7 point de la CSG ne passe vraiment pas chez les retraités. Dans le Loiret, les syndicats appellent, presque à l’unanimité, à une mobilisation le 18 octobre. Les Jeunes… Macronistes leur répondent.

gaëla messerli

La hausse de la CSG pour les retraités, c’est très concret. « J’ai 1 000 € de retraite versés par la Sécurité sociale. La CSG, cela représente 25 € en moins par mois, et donc 300 € en moins par an, démontre Daniel Calzada, responsable de l’Union syndicale des retraités CGT du Loiret. J’ai cotisé pendant 42 ans. C’est un scandale ! On prend les retraités pour des vaches à lait. »

Daniel Calzada voit du reste, dans la réforme des retraites, « une casse du système de solidarité. L’alternative, c’était l’ISF. Cela permettait de redonner du pouvoir d’achat aux retraités comme aux salariés. Les retraités ne sont pas des nantis, on voit aujourd’hui des personnes âgées venir faire les poubelles en fin de marché. Il y a un véritable appauvrissement de la société. » Preuve de cette colère des retraités, l’Union syndicale des retraités CGT du Loiret n’a eu aucun mal à recueillir plus de 2 000 signatures pour une pétition anti-CSG en allant sur les marchés.

Des syndicats à l’unisson

À l’exception de la CFDT et UNSA, les syndicats de retraités manifesteront ainsi à l’unisson, le 18 octobre prochain. « La CSG, c’est la goutte d’eau de trop, résume Pierre Montigny, référent d’Unir 45, syndicat représentant les retraités des différentes branches de la CGC. Les retraites n’ont pas évolué depuis plus de cinq ans, et l’indexation de celles-ci n’est plus sur le salaire, comme le prévoyait le code de la Sécurité sociale. Elle a été indexée sur le coût de la vie et maintenant, avec Emmanuel Macron, c’est le coût de la vie -1 % ! C’est inédit comme façon de faire, et c’est une manière de toucher à la Sécurité sociale. On tape d’abord sur les fonctionnaires, et après sur les retraités ! La retraite moyenne est inférieure à 1 300 € par mois. Quand on sait qu’une maison de retraite coûte 2 000 €… »

« on prend les retraités pour des vaches à lait ! »
L’Union syndicale des retraités CGT 45

Pierre Montigny pointe aussi la suppression de la demi-part pour les veuves. Et continue : « une deuxième journée de solidarité envers les personnes âgées est en réflexion, mais qu’en est-il, déjà, de la première ? Les retraités supportent de lourdes charges : aujourd’hui, ils soutiennent financièrement leurs ascendants, mais aussi leurs enfants et leurs petits-enfants ! »

« Le Gouvernement prend les bonnes mesures »

Que répond la majorité gouvernementale à ce coup de gueule des retraités ? Les Jeunes… Macronistes loirétains, que nous avons sollicités, déclarent « être conscients qu’un effort est demandé aux retraités ». « Mais cela ne concerne qu’une partie d’entre eux, et la taxe d’habitation va également baisser, rétorque Élouan Sivilier, leur référent départemental dans le Loiret. N’oublions pas, non plus, que cette mesure a été annoncée très tôt dans la campagne présidentielle, car Emmanuel Macron s’est présenté comme le président du travail, avec l’objectif de donner du pouvoir d’achat aux travailleurs. On comprend la grogne, mais il n’y pas d’effet de surprise. Cela fait un an et demi qu’on le savait. » Quant à une paupérisation des personnes âgées, Élouan Sivilier balaye l’argument : « des mesures ont été prises. Le minimum vieillesse a été augmenté de 30 € par mois et devrait augmenter de nouveau de 100 € par mois en janvier prochain. Le Gouvernement prend les bonnes mesures. » 

Les Brèves

  • Hôpital d’Orléans : Mieux accueillir les aînés

    Le CHRO se mobilise durant tout le mois d’octobre en faveur de l’opération +de Vie 2018, organisée depuis 1997 par la Fondation Hôpitaux de Paris – Hôpitaux de France, afin d’améliorer le quotidien des personnes âgées à l’hôpital et dans les services gériatriques. Depuis 2001, plus de 190 000 € ont été versés dans le Loiret afin de soutenir de nombreux projets. Grâce à ces fonds, le CHRO a acquis un minibus aménagé, lequel a permis aux personnes âgées et handicapées de bénéficier de sorties, « d’aménager le hall d'accueil d’un service en un espace convivial » et de réaliser une fresque murale.


    Saint-Privé : S’initier au Qi Gong

    Dans le cadre d’Octobre Bleu, le CCAS de Saint-Pryvé propose le 12 octobre, à 16 h, à la salle Roger-Toulouse, une séance d’initiation d’une heure au Qi Gong. Cette gymnastique douce utilise des mouvements lents associés à des exercices respiratoires et de concentration. Quatre séances sont proposées par la suite (les 20 et 27 novembre, le 4 et le 11 décembre). Activité gratuite sur inscription, auprès du CCAS, au 02 38 51 09 10.