Au cinéma cette semaine

Les Brèves

  • Première année

    De Thomas Lilti

    1h32

    Comédie dramatique

    Ancien médecin, Thomas Lilti avait frappé par la connaissance et la justesse de son propos lors de deux de ses précédents films, Hippocrate et Médecin de campagne, où il abordait, sous deux angles différents, les problématiques du soin à travers le quotidien d’internes et de médecins généralistes en zone rurale. C’était très réussi, déjà, et il est probable que son nouveau bébé le soit également : cette fois, Thomas Lilti évoque la première année de médecine, zone de passage obligée pour une flopée d’étudiants qui usent pour beaucoup leur… santé dans l’apprentissage d’une foule de données. Une réflexion qui s’annonce juste sur la formation des médecins, alors que cette problématique est encore revenue récemment dans l’actualité. 

  • Mademoiselle de Joncquières

    D’Emmanuel Mouret

    1h49

    Drame historique

    Cécile de France et Édouard Baer sont les deux têtes de gondole de ce film d’époque à l’intrigue vénéneuse, qui fait la part belle aux amours déçus et aux jeux de manipulation. Il raconte la relation trouble qu’entretiennent Madame de La Pommeraye et le marquis des Arcis, devenus amants après une cour assidue du second auprès de la première. Après plusieurs années de romance, leur passion se distend pourtant : entre alors en scène la délicieuse Mademoiselle de Joncquières, qui va littéralement transformer le marquis des Arcis et projeter l’histoire de ce triangle amoureux sur un matelas de roses truffées d’épines. Quand l’amour se confond à la vengeance, attention aux coups bas… 

  • J’ai perdu Albert

    De Didier Van Cauwelaert

    1h40

    Comédie

    Vous reprendrez bien une tasse de Stéphane Plaza ? L’agent immobilier révélé par le petit écran continue sa mue : après l’animation de shows télé et le théâtre, il fait ici ses débuts au cinéma en compagnie de Josiane Balasko et de la talentueuse Julie Ferrier. Cette comédie franco-belge, un brin loufoque, met en scène une « médium » reconnue, qui abrite depuis l’enfance l’esprit… d’Albert Einstein ! Un beau jour, celui-ci prend pourtant la poudre d’escampette pour se loger dans la grande carcasse de Zac, un dépressif chronique. Comment les choses vont-elles revenir dans l’ordre ? On verra cette semaine s’il agit d’une énième comédie franchouillarde ou de la révélation d’un vrai talent…