Les Brèves

    Tsonga sera là

    Open d’Orléans

    Les Orléanais verront bel et bien Jo-Wilfried Tsonga à l’œuvre au Palais des Sports, entre le 24 et le 30 septembre prochain.

    B.V

    Il était « en colère », Didier Gérard. Agacé de voir qu’en début de semaine dernière, la venue de Jo-Wilfried Tsonga avait été largement éventée à la suite d’une fuite survenue au niveau de l’ATP. Du coup, le directeur de l’Open d’Orléans a servi une bonne farce à la presse locale, lorsqu’il a dévoilé le nom de la tête d’affiche de son tournoi. « Il s’agit donc de… Roberto Bautista-Agut ! » Regards médusés dans l’assistance, bientôt suivis de cinq secondes de blanc. Puis fin de ce poisson d’avril de septembre avec la « révélation » tant attendue : oui, Jo-Wilfried Tsonga, le meilleur tennisman français de ces dix dernières années, se produirait bel et bien à Orléans à la fin du mois.

    Faut-il employer l’indicatif… ou le conditionnel ? À moins d’une blessure de dernière minute, une défection est, selon Didier Gérard, impossible. D’ailleurs, l’Open d’Orléans lui versera une « garantie », c’est-à-dire une contrepartie financière, pour qu’il foule le court du Palais des Sports. Ce type de procédé est courant dans le milieu du tennis, même si les directeurs de tournoi ne sont pas toujours totalement transparents sur le sujet. Ainsi, Didier Gérard n’a pas communiqué la somme réunie par la Ville d’Orléans, le groupe Partnaire, le CA Centre-Loire et Gérondeau – soit les principaux soutiens du tournoi – pour faire venir LA star dans le Loiret.

    Tsonga… et après ?

    Dès que « Jo » posera les pieds au Palais pour son premier match, ces partenaires croiseront les doigts pour qu’il passe au moins quelques tours et/ou ne rencontre pas, dès son entrée en lice, Nicolas Mahut, lui aussi présent à Orléans. Car à part ces deux Mousquetaires, le tournoi n’accueillera pas de noms connus. L’Espagnol Jaume Munar est certes présenté comme un protégé de Rafael Nadal ; mais ses performances n’ont pas encore franchi les frontières de son pays. Quant aux Vatutin, Otte, Lestienne, Vanni ou autres Perez, tous Orléanais fin septembre, il faut être un dingue du circuit Challenger pour avoir déjà entendu parler de leurs performances. Hors Tsonga, l’intérêt viendra quand même de la présence de trois espoirs tricolores, en l’occurrence Quentin Halys, Corentin Moutet et Ugo Humbert. Et si la France se qualifie pour la finale de la Coupe Davis, Julien Benneteau pourrait demander une wild-card. Ça fait mince ? Didier Gérard s’en fout : il n’échangerait pas la venue de cinq autres Top 100 contre celle de Tsonga. 

    Les Brèves

    • Grosjean, présence réduite

      Occupé par l’ouverture d’un camp d’entraînement en Floride, où il réside, l’ambassadeur quasi-historique du tournoi, Sébastien Grosjean, ne sera présent que le lundi 24 septembre au Palais des Sports. L’autre ambassadeur de l’Open, Nicolas Escudé, sera quant à lui sur le pont toute la semaine.