Les Brèves

    les coulisses d’une visite

    Florian Thauvin de retour à Ingré

    Arrivé lundi midi à Ingré, Florian Thauvin a rencontré plus de 1 500 écoliers, collégiens et licenciés du FCM Ingré, son club formateur. Récit d’une journée palpitante.

    B.V

    La venue de Florian Thauvin avait été annoncée officiellement le 4 septembre dernier par la mairie d’Ingré. Dès la fin du mois de juillet, cette dernière avait envoyé au récent champion du monde une invitation auquel celui-ci a fini par répondre, dans l’une des seules fenêtres que lui permettait son calendrier surchargé.

    Un bien joli coup pour la Ville d’Ingré et pour son maire, Christian Dumas, qui a géré personnellement une bonne partie de ce dossier. Florian Thauvin voulait axer sa visite sur la jeunesse : il a été sans doute exaucé bien au-delà de ce qu’il imaginait. 1 500 enfants auront ainsi pu approcher leur idole, lundi dernier. Plusieurs d’entre eux lui firent des câlins, d’autres furent moins avenants : à la sortie du gymnase de la Coudraye, lieu d’une cérémonie officielle où l’on entrait comme dans un moulin, certains se laissèrent pousser des ailes : « hé, Thauvin, dans deux ans, je te mets des petits ponts ! », se la racontait un ado en verve. Un peu plus tôt, dans l’assistance de la Coudraye, Christophe Chaillou, le maire de Saint-Jean-de-la-Ruelle, convié à la fête, nous expliquait avoir profité de l’après-midi pour remettre lui aussi une invitation officielle à Florian Thauvin, qui porta pendant deux ans les couleurs du FCO.

    Heureux, mais épuisé

    D'un gymnase à l'autre, de la Coudraye à Jean Zay, il n’y avait qu’une poignée d’hectomètres que Florian Thauvin emprunta dans une grosse berline noire, accompagné de ses proches. Il y avait là son frère Guillaume, toujours Orléanais, et ses parents, Charles et Brigitte, qui résident désormais en Vendée. On croisait aussi, dans les couloirs, un ancien footballeur réputé, en la personne de Cyril Rool, désormais agent de joueurs. Il nous confiait s’occuper, avec Jean-Pierre Bernès, des intérêts du joueur de l’OM.

    Dans une pièce mitoyenne, Florian Thauvin serrait inlassablement des paluches, claquait des bises, et signait un maillot dédicacé en l’honneur de son club formateur. Toujours souriant, vraiment, la star du jour s’étiolait doucement au fil de l’après-midi. Quand il pénétra dans la salle du gymnase où l’attendaient, impatients, les gamins du FCM, une folie furieuse s’empara des lieux, au point que Christian Dumas dut jouer les maîtres de classe et ramener le calme nécessaire au bon déroulement des opérations. Au bout de quelques minutes, comme suffoquant sous l’effet de ces multiples sollicitations, le visage du champion du monde sembla se crisper quelque peu. « Il était heureux, mais totalement cuit », nous apprit-on après coup.

    « ça me fait chaud au cœur d’être parmi vous »
    Florian Thauvin

    Suite à un ultime bain de foule pris sur le stade municipal, Florian Thauvin reprit l’avion à Saint-Denis-de-l'Hôtel, aux alentours de 19 h, pour rejoindre Marseille. La fin d’une visite commencée en milieu de journée par un déjeuner partagé, avec Christian Dumas, dans une pizzeria d’Ingré. Après la finale contre la Croatie, Didier Deschamps avait prévenu que la vie des 23 champions du monde allait changer du tout au tout. S’il ne s’en était pas rendu compte depuis lors, Florian Thauvin a découvert lundi la puissance de cette prévision dans la commune où tout a commencé pour lui, il y a 20 ans.

    Les Brèves