Les Brèves

    Quatre héros à l’honneur

    Club Rotary Orléans Beauce Sologne

    Ils sont Loirétains et étudiants, tous issus de la même famille. Lors de leurs vacances, ils sont venus au secours d’une petite fille de 6 ans et de sa mère les sauvant d’une noyade certaine. Le Club Rotary Orléans Beauce Sologne leur a décerné, la semaine dernière, le Prix du civisme 2018, accompagné d’un chèque de 800 €.

    philippe hadef 

    Kévin (18 ans,) Brandon (19 ans, de Sury-aux-Bois), Tony (22 ans, de Jargeau) et Kévin (17 ans, de Nevoy) étaient, jeudi dernier, les invités d’honneur du Club Rotary Orléans Beauce Sologne. Accompagnés par leur famille, ils ont vécu un moment particulier. « On ne s’attendait pas à cela, à toute cette chaleur, cet accueil, toutes ces paroles qui nous ont réellement touchés », expliquait Kévin après coup.

    Le jeune homme nous a d’ailleurs remis dans le bain de cette journée très particulière du 9 août dernier, sur une plage des Côtes-d'Armor. « On commençait par faire une partie de foot avec mes cousins et mon frère, raconte-t-il. Quelques minutes plus tard, quand on a voulu se mettre à l’eau, on a vu une petite fille s’agiter dans la mer et une dame nager vers elle. On a d’abord pensé qu’elles s’amusaient. Mais ma tante a vu le père s’agiter sur la plage… Même si l’on n’entendait mal, on a compris que la situation était plus critique qu’on l’avait imaginée… » Alors, sans réfléchir plus avant, il se jette à l’eau, très vite rejoint par son frère et ses cousins. « Les vagues étaient énormes, se rappelle Kévin. C’était vraiment difficile d’aller vers elles. On a essayé de les rassurer en leur disant qu’on venait les chercher. »

    « On a pu sauver deux vies… »

    C’est d’abord la petite fille de 6 ans qui rejoint les bras du garçon avant de passer de l’un à l’autre, jusqu’à être ramenée sur les rochers. « C’était vraiment très dur, les vagues nous projetaient contre les rochers et les cailloux », poursuit le jeune homme. Quant à la mère, il faudra la soutenir jusqu’au bout, et même l’inciter à ne pas rester dans l’eau : « elle était épuisée et ne pouvait même plus aller jusqu’à la plage… » S’assurant finalement que la famille était saine et sauve et qu’elle n’avait pas besoin de soins, chacun est ensuite reparti de son côté pour s’occuper des nombreuses petites plaies occasionnées par ce sauvetage.

    « ce jour-là, les vagues étaient énormes »

    Kévin se souvient aussi de la soirée que sauveteurs et sauvés passèrent ensuite tous ensemble : « cette famille était installée dans le même camping que nous. Dans ma tête, j’étais pris entre la normalité du geste, la spontanéité d’avoir sauté à l’eau et le côté incroyable d’avoir pu sauver deux vies… » Cette spontanéité, les quatre garçons l’ont gardée lors de la cérémonie organisée par le Rotary. « Je ne connaissais pas du tout cette association. On était un peu angoissé, et on a même pensé à écrire quelques lignes. Mais finalement, ce fut bien plus décontracté et plaisant que ce qu’on avait imaginé ! » Courageux, humbles et modestes : ces quatre garçons dans le vent n’auraient-ils que des qualités ?

    Les Brèves