Les Brèves

  • L’hôtellerie... aussi !

    Si 14 élèves cuisiniers ont fait le déplacement cet été à Orléans, d’autres, en formation hôtellerie, leur ont emboîté le pas. Assurer la mise en place, servir les clients... Une activité qui semble simple, mais dont les codes sont multiples quand on envisage de travailler dans les grandes maisons. Quatre futurs serveurs étaient ainsi à l’ouvrage et ont dû faire la démonstration de leur maîtrise, notamment lors de l’ultime soirée des officiels rassemblés au sein de la salle à manger du CFA de la CMA du Loiret.

La Chine s’éveille... à la bistronomie loirétaine

Formation

Dans le cadre du jumelage d’Orléans avec Yangzhou, le volet touristique n’est pas le seul pilier important de ce rapprochement. La formation et les échanges scolaires sont également en plein cœur du projet. C’est ainsi que 14 jeunes cuisiniers chinois en formation ont passé un mois au CFA de l’hôtellerie et de la restauration pour se familiariser à la bistronomie.

philippe hadef

Côté cuisines, il y avait des sourires et de la concentration sur les visages des formateurs. Pour cette dernière journée de leur mois de formation à la cuisine française, axée notamment sur la bistronomie, le bâtiment du CFA de l’hôtellerie et de la restauration a vu se clore un chapitre particulièrement motivant, à quelques jours de la rentrée des apprentis et élèves français.

Quatre semaines, quatre thématiques

« Ces jeunes cuisiniers, âgés de 17 à 24 ans, sont issus d’une école de restauration gastronomique », explique l’un des responsables de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat du Loiret. Leur maîtrise technique a été remarquée, et surtout leur capacité à reproduire immédiatement un geste. Florent Doittée, l’un des formateurs du CFA de la CMA du Loiret, a vécu lui-même une expérience hors normes avec ces jeunes cuisiniers : « leur reproduction des gestes est très rapide avec, de surcroît, une technique bien maîtrisée. »

Pourtant, ils ont eu à faire à des produits nouveaux, des techniques de découpe nouvelles, et une façon de cuisiner parfois assez éloignée de leur expérience et de leur culture. « Nous avons travaillé chaque semaine une thématique différente, ajoute Florent Doittée. Entrées, plats, desserts, vins, fromages… » Les élèves ont fini par réaliser des « plats signatures », dans une démarche de bistronomie qui soit à la fois marquée par nos produits, mais aussi adaptée aux goûts asiatiques.

« les élèves vont ramener beaucoup de souvenirs et de vécus »
Gao Yubin, formateur chinois

Une belle expérience, y compris pour les formateurs chinois, tel Gao Yubin : « on a pu constater tout le travail préparatoire qui a été réalisé par la métropole et la CMA. J’ai pu, moi aussi, faire connaissance avec la gastronomie traditionnelle française et m’ouvrir aux vins et à certains desserts. Les élèves vont ramener beaucoup de souvenirs et de vécus. La seule chose que je pourrais regretter, c’est de ne pas avoir eu assez de moments d’échange entre formateurs. C’est un constat sur lequel nous pourrons peut-être travailler quand les élèves orléanais viendront en Chine. En tout cas, je le souhaite notamment, pour leur montrer des choses nouvelles pour eux, à l’image de ce que nous avons vécu ici. »

« Le défi de l’efficience totale »

Pour le président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat du Loiret, Gérard Gautier, c’est « le défi de l’efficience totale : transmettre, pour qu’ils transmettent à leur tour. » Ces échanges en lien avec la formation ne font que débuter. Outre le CFA de l’hôtellerie et de la restauration, d’autres étudiants chinois ont découvert le CFA de la métropole sur le tourisme.

Et compte tenu de la richesse de ces échanges, de la motivation qu’elle génère au sein des centres de formation et après un premier bilan qui permettra de faire le point sur les objectifs qui étaient programmés et ceux réellement réalisés, d’autres initiatives seront prises pour que ce croisement de cultures enrichisse professionnellement ceux qui ont décidé de s’inscrire dans cette démarche de formation d’apprentis.

Pour ce qui concerne la venue de ces quatorze apprentis cuisiniers et leur deux formateurs, le représentant de la métropole d’Orléans en charge de ce dossier n’avait qu’une phrase à livrer, et elle résume assez bien ce que chacun a vécu avec intensité : « vous êtes allés plus loin que ce que nous imaginions. » 

Les Brèves