Les Brèves

    Nicole Belloubet a vendu sa réforme

    La ministre de la Justice à Orléans

    Mardi dernier, la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, est venue présenter la réforme portant sur la dématérialisation et la modernisation de la Justice auprès des tribunaux. La Garde des Sceaux a aussi entendu les inquiétudes et les problématiques des professions judiciaires : du chef de greffe en passant par le procureur adjoint, le champ d'action de chacun a été abordé, tout comme la préservation de postes de juges dans le cadre d'une fusion des tribunaux d'instance et de grande instance. On a aussi demandé, évidemment, des moyens humains supplémentaires... « Il faut nous aider ! », a lâché un procureur-adjoint.

    Dématérialisation l’an prochain

    La ministre a évoqué la spécialisation de certains tribunaux pour des contentieux particuliers (environnement, presse...), tout en promettant que des personnels ne seraient pas mutés à l'autre bout du département. En remplacement des 1 600 magistrats qui devraient partir à la retraite, la Garde des Sceaux prévoit leur remplacement et la création de 400 postes. Pour le justiciable, la dématérialisation sera visible à partir de 2019, avec le site justice.fr, qui devrait lui permettre de suivre l'évolution d’un dossier et saisir les juridictions en ligne. Une Justice déshumanisée ? « Le juge ne disparaît pas, a plaidé la ministre. Il y aura par exemple des personnes dans les tribunaux pour aider à remplir la saisine. » 

    Les Brèves