Les Brèves

    Alors osons !

    Il y a des choses qui ne changent pas. Sous l’ancien gouvernement et l’impulsion d’un certain Emmanuel Macron déjà, les Chambres de Commerce et d’Industrie se sont vu dérober leur bas de laine. On se souvient à Orléans, notamment, de l’émoi que cela avait suscité. D’autant que ces millions d’euros étaient le résultat de plusieurs années d’économie réalisées en vue de l’investissement colossal que représente Citévolia.

    Bruno Le Maire est à nouveau dans cette même démarche. En ponctionnant 100 millions par an à des CCI qui ont déjà vu leurs ressources diminuées, ce sont les marges de manœuvre de ces institutions qui sont à nouveau mises à mal.

    Alors si le gouvernement estime que les CCI n’ont pas besoin de ressources, c’est probablement aussi qu’il estime que leur rôle est négligeable... Non ? Car si l’on donne à un menuisier un marteau mais qu’il n’a pas les moyens de s’acheter des clous, il ne risque pas de sceller quoi que ce soit même en frappant comme un sourd.

    Alors, 150 millions de moins en 2018, 100 millions en 2019 et ce chaque année pendant quatre ans... Pas de quoi imaginer des actions d’envergure.

    Pire, il faudra probablement, à nouveau, licencier des personnels, réorganiser les services, jouer encore de la mutualisation. Et ainsi passer plus de temps à sauver les meubles qu’à construire l’avenir économique du territoire. Mais combien de temps les CCI pourront-elles continuer ainsi ?

    Le courage, plutôt que de jouer les vampires et laisser juste assez de sang à sa victime pour survivre, ne serait-il pas d’annoncer la fin des CCI ? Pourtant, à l’inverse, face à ces mêmes présidents réunis en assemblée générale, Bruno Le Maire clamait mardi dernier : « je crois aux CCI ». Et d’ajouter même : « je suis ici pour inventer avec vous le nouveau modèle de CCI »... Un modèle associatif peut-être, avec essentiellement des bénévoles pour organiser chaque année la « brocante » à la reprise économique ? Pas certain que les présidents aient apprécié ce que l’on pourrait presque prendre pour un trait d’humour. 

    Les Brèves