Les Brèves

    Deux appartements « refuges » créés à Orléans

    Violences conjugales

    Après avoir créé le « téléphone grand danger » à destination des femmes et des hommes battus, Orléans bouge encore contre les violences conjugales. À partir du 1er septembre prochain, deux appartements, « adresses refuges » et gardées secrètes, seront à disposition des femmes victimes de violence. Pendant quinze jours consécutifs, six femmes pourront y vivre et s’y reconstruire. Ce nouveau dispositif a été initié il y a maintenant deux ans par le Centre communal d’action sociale de la Ville (CCAS), la CAF, la CPAM ainsi que par deux élues, Dominique Tripet et Alexandrine Leclerc.

    Mais le projet ne devrait pas s’arrêter là : au printemps 2019, un immeuble sécurisé doit ouvrir, à Orléans, pour accueillir toujours pendant quinze jours les victimes (femmes et hommes) de violence et leurs enfants. Elles devraient ensuite être aidées par des associations locales (L.A.É, CIDFF et encore le Planning familial) et bénéficier d’une domiciliation au CCAS. Une couverture de droits (allocations familiales, aides au logement, etc.) devrait également leur être proposée.

    Les Brèves