Les Brèves

  • Top 5 des quartiers les plus chers à Orléans (prix moyen au mètre carré)

    Martroi – Cathédrale 2 511 euros

    Carmes – République 2 338 euros

    Plantes – Dauphine 2 275 euros

    Fiacre – Chenault 2 252 euros

    Carmes Sud 2 110 euros

    (chiffres tirés du baromètre LPI-SeLoger)

Immobilier : Orléans a la cote !

INVESTISSEMENTS

Selon les chiffres du baromètre LPI-SeLoger, la cité johannique tire largement son épingle du jeu et attire de nombreux investisseurs immobiliers. Comment expliquer son attractivité ? Quels sont les quartiers les plus prisés ? Décryptage.

guillaume torrent

Précision de taille avant de rentrer dans le vif du sujet et de donner des tendances chiffrées : nous ne parlerons ici que du marché des appartements anciens sur Orléans, car celui du neuf possède ses propres spécificités. De plus pour bien comprendre l’état actuel du secteur, il est indispensable de rappeler qu’il sort d’une année 2017 tout bonnement historique en termes de transactions immobilières avec un volume de 968 000 ventes au niveau national ! Comme l’explique Michel Lechenault, responsable éditorial de SeLoger, tous les astres étaient admirablement alignés en 2017 : « Nous restions sur une bonne année 2016. 2017 a démarré très fort. Puis après un printemps plus calme, l’exercice a terminé en trombe. Les taux d’emprunt historiquement bas, les dispositifs Pinel et PTZ ont été de formidables accélérateurs des transactions, d’autant plus qu’ils n’ont pas été reconduits selon les mêmes conditions en 2018 ».

« à orléans, un appartement coûte en moyenne 2 250 euros du mètre carré »

Sur les douze derniers mois, les prix des logements dans l’ancien ont doucement remonté de 0,7 % sur Orléans. Dans un marché tout bonnement euphorique en 2017, la cité johannique a affiché cette stabilité des prix alors que des villes comme Brest, Bordeaux ou encore Lyon ont vu leurs prix flamber de 10 à 12 % !

Des atouts qui séduisent les acheteurs

Si l’on regarde plus en détail le premier trimestre 2018, les prix sur Orléans ont connu une hausse plus marquée de 2,4 %. L’attrait de la capitale du Loiret n’est plus à démontrer et explique cette petite augmentation des prix. Ils demeurent toutefois abordables puisque le mètre carré affiche un prix moyen de 2 250 euros. C’est un fait : Orléans est une ville qui attire les investisseurs dans l’immobilier ancien et profite d’un marché dynamique. Qu’est-ce qui motive les acheteurs à venir s’y installer ? « La ville jouit d’un dynamisme économique non négligeable, notamment dans l’industrie pharmaceutique. Sa proximité avec Paris, à une heure à peine de train, est aussi un formidable atout. Les acheteurs sont également attirés par une qualité de vie, un patrimoine historique remarquable et des prix moins chers qu’en région parisienne », souligne Michel Lechenault. En effet, le prix moyen d’un appartement ancien à Orléans est de 136 000 euros, contre par exemple 266 000 euros à Bordeaux. Orléans s’affiche ainsi encore comme une cité abordable pour les acheteurs puisqu’elle fait partie des 16 villes de plus de 100 000 habitants où l’on peut s’y procurer un bien pour moins de 150 000 euros !

Des investissements sans risque

Plus en détail, du côté des quartiers, c’est sans surprise que l’on retrouve les secteurs Martroi (rue Royale, rue Charles-Sanglier, rue de la République), Châtelet (rue du Petit Puits, rue des Halles), Dunois-Chateaudun (rue de Patay, rue des Murlins) et Saint-Euverte (rue Saint-Flou, rue des Pensées) parmi les plus prisés. Le quartier Saint-Marceau a également une belle cote, tout comme Saint-Vincent en raison de sa proximité avec la gare, qui attire des Parisiens souhaitant profiter de la douceur de vivre orléanaise. En s’éloignant du centre-ville, à l’est, le quartier Barrière Saint-Marc est également un secteur pour réaliser de bonnes affaires avec un budget plus réduit. Orléans attire aussi via des projets immobiliers d’envergure, à l’image du quartier Interives, attendu pour 2020, qui comprendra à terme des immeubles de logements, des bureaux, des commerces, des équipements publics et des services.

« le prix moyen d'un logement dans la cité johannique est de 136 000 euros »

Au final, le marché immobilier de l’appartement ancien sur Orléans se porte bien. Après une année 2017 historique au rang national, qu’attendre pour 2018 ? « Le marché se stabilise et nous devrions atteindre 800 000 transactions en France d’ici la fin de l’année. Au niveau des prix, on peut prédire une légère hausse de 2 à 3 % sur Orléans. L’année devrait donc être positive et propice aux bonnes opportunités », ajoute Michel Lechenault. Avec des prix relativement stables et maîtrisés et des taux d’emprunt encore bas – les meilleurs dossiers peuvent espérer des taux d’1,35 % – il est bien évidemment toujours le bon moment pour investir, si on en a la possibilité financière. 

Les Brèves