Les Brèves

    Stage en carton !

    Le président s’intéresse donc aux banlieues. Voilà déjà une information d’importance. Et pour donner du relief à son action c’est le « Monsieur banlieue », Jean-Louis Borloo – qui peut se targuer d’une réussite dans son fief de Valenciennes il y a une éternité – qui est venu pondre un rapport pour aiguiller l’action gouvernementale. Celui qui aurait pu être tant de choses (Premier ministre, candidat à l’élection présidentielle...) au fil de sa carrière, revenait ainsi dans le jeu après s’en être lui-même extrait. Et il l’a fait savoir en s’invitant sur tous les plateaux télé... Une belle mise en scène qu’il a probablement lui-même orchestrée, prenant ainsi la lumière avant qu’elle ne lui soit confisquée par Emmanuel Macron.

    Je ne ferai pas un procès immédiat à l’auteur ni à celui qui s’est inspiré de ce rapport mais la mesure que chacun présente comme un élément essentiel – tout au moins dans les médias en ligne qui réagissent à la vitesse d’Internet sans toujours un grand discernement –, à savoir des stages en entreprise pour les élèves de troisième, est une escroquerie sans nom.

    Rappelons tout d’abord que c’est un stage devenu quasiment obligatoire en cette fin de périple au collège. Un stage qui souvent accouche d’une souris. Pourquoi ? Parce qu’un stage d’observation n’a aucun sens. Il ne permet pas d’appréhender la notion de « mission », d’action et même de satisfaction au moment de rendre son travail. Il fait de ces jeunes élèves impressionnés, des ombres dans les pas de leur tuteur qui souvent peine à prendre le temps nécessaire à tout expliquer, mettre en cohérence, le tout dans un langage qui soit compréhensible pour un adolescent sans aucune expérience de la vie dans l’entreprise.

    Alors je vais sortir des gros titres de mes confrères et espérer qu’au fil des pages de ce copieux agenda de mesures il y aura des engagements plus novateurs pour sortir ces jeunes à l’avenir incertain de leur désintérêt croissant pour notre société et œuvrer pour qu’ils y apportent leur richesse. Car la banlieue a aussi un avenir si on veut la prendre en considération sans a priori.  

    Les Brèves