Les Brèves

    Après s’être enflammée, l’OLB est-elle carbonisée ?

    Play-off pour la montée en Pro A 

    « La pire chose qui nous soit arrivée c’est d’avoir remporté les onze premières rencontres de championnat » commente Germain Castano, l’entraîneur de l’OLB à quarante-huit heures du premier match de play-off. Pourquoi ce commentaire ? Probablement parce qu’il est à l’origine des difficultés rencontrées par les joueurs orléanais dans la deuxième partie de la saison. Car si l’on peut aussi mettre cette baisse de régime sur le compte des blessures, et notamment du meneur de jeu qui a dû se préserver aux entraînements pour pouvoir tenir la distance lors des matchs, encore deux défections pour blessure, cette première phase joyeuse a peut-être fait perdre au collectif le sens des réalités. « Le message était difficile à faire passer », confirme Germain Castano. Et fort logiquement, en ne prenant plus en considération la qualité de l’opposition, la défaite est venue les sanctionner.

    Un coup dur, un coup d’arrêt même qui a condamné l’OLB à se battre pour les barrages avec une pression qu’elle a finalement réussi à surpasser lors de sa dernière confrontation face à Vichy. Une victoire qui lui assure à la fois la troisième place qualificative et la possibilité de recevoir les premiers matchs à domicile (et cela débute vendredi par les quarts de finale).

    Plus le droit à l’erreur

    Alors, le compte à rebours est lancé. Et cela débute ce vendredi au Palais des Sports face à Rouen. Ensuite il restera huit matchs pour toucher du doigt la seconde place promise pour l’accession en Pro A.

    « On a l’avantage du terrain, mais à chaque play-off il y a des surprises. Et il serait dommage que cela arrive chez nous. En plus il faut intégrer de nouveaux joueurs à la veille de cette seconde phase couperet ». Pas simple...

    "Le message était difficile à faire passer"
    Germain Castano coach de l'OLB

    Mais faut-il considérer que l’OLB est d’ores et déjà en situation de faiblesse au point de ne pas avoir suffisamment d’arguments ? « Non, le collectif est pas trop mal malgré les contraintes. Maintenant il faut aller au charbon et tout donner », car il n’y aura pas de séance de rattrapage. À chaque rencontre, l’OLB jouera sa vie. Autant dire que les spectateurs espéreront une débauche d’énergie, de motivation et une belle série de victoires. p.h.

    Les Brèves

    • 9

      C'est le nombre de matches que devront gagner les joueurs pour atteindre le Nirvana