Les Brèves

  • La conférence des financeurs

    Ce comité est composé du conseil départemental, de l’ARS, de la MSA, de l’Assurance retraite, de la Mutualité Française, de la mairie d’Orléans, de l’AML 45, de la communauté de communes Pithiverais Gâtinais, de la sécurité sociale des indépendants ; de la retraite complémentaire Agirc et Arrco, de l’Assurance Maladie.

L’innovation pour le bien-être des seniors

Département innovant

Le département et les partenaires de la conférence des financeurs ont soutenu 77 projets pour permettre aux personnes âgées de gagner en confort, en autonomie. Au total, ce sont 733 832 euros qui ont été alloués après ces appels à projet sur l’ensemble du territoire.

philippe hadef

La première ambition était de coordonner les moyens de ces organismes, nombreux, qui sont en lien avec les personnes âgées et qui sont susceptibles de contribuer financièrement à des actions pour ralentir la perte d’autonomie. C’est aussi une façon de coordonner les moyens et les actions de façon à gagner en efficacité. Ainsi est née la conférence des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie. Et, comme son nom l’indique son objectif est avant tout de travailler en amont pour prévenir et anticiper au mieux les besoins des personnes afin de leur permettre de vivre à leur domicile dans le confort.

Mais tout ne gravite pas autour de l’habitat. Car qui dit prévention dit également actions pour améliorer le bien-être et la condition physique des habitants qui peuvent très rapidement s’isoler à la fin de leur activité professionnelle.

Une politique globale adaptée au territoire

Tout cela s’inscrit évidemment dans le cadre général de la politique de prévention et de la perte d’autonomie publiée par le ministère des Affaire sociales, de la Santé et des Droits des femmes en septembre dernier qui fixait six axes prioritaires : améliorer les grands déterminants de la santé et de l’autonomie, prévenir les pertes d’autonomie évitables, éviter l’aggravation des situations déjà caractérisées par une incapacité, réduire les inégalités sociales de la santé, former les professionnels à la perte d’autonomie et développer la recherche et l’évaluation des stratégies.

Sur la base de ces objectifs la mission qu’a confié le département à la conférence des financeurs dans le cadre de cet appel à projet aura été, dans un premier temps, de recenser les initiatives locales et de définir un programme coordonné de financement des actions.

Des actions au spectre très large pouvant aller de l’activité physique adaptée avec des conseils de diététique à la prévention des chutes, ou encore un forum sur la domotique pour maintenir l’autonomie à domicile, ou l’accès au droit par le numérique.

77 actions pour comprendre et agir

Les actions sont au nombre de 77 et elles ne concernent pas seulement le lieu de vie mais également la prévention dans le cadre de la mobilité, de la nutrition et l’accès au droit. C’est le cas notamment concernant les conducteurs avec une remise à niveau du code de la route. Prévention également concernant les arnaques à domicile dont les auteurs aiment à se focaliser sur les populations les plus fragiles.

« Il est évident pour nous que ces actions ont surtout pour intérêt de tout mettre en œuvre pour retarder la perte d’autonomie », explique Alexandrine Leclerc, vice-présidente du conseil départemental. « C’est aussi un âge où l’on prend conscience de ses faiblesses et notamment lorsqu’il faut délaisser la voiture pour un autre mode de transport, il est bon d’être accompagné, rassuré, pour accepter ce changement. Mais de la même manière, là où le sommeil peut parfois être un vrai problème, l’idée est d’expliquer les mécanismes du sommeil pour mieux le gérer. Beaucoup d’actions vont dans le sens de l’information et de l’accompagnement ».

Toutes ne sont pas nécessairement destinées aux personnes âgées. Les aidants et les familles pourront aussi bénéficier de ce programme global et coordonné pour, par exemple, suivre des cours de sophrologie ou tout simplement mettre en œuvre un film pour attirer l’attention des familles (voir en encadré). « Ces 77 projets portés par des associations, des CCAS ou des communes de l’ensemble du département ont tous pour objectif de réfléchir et agir pour adapter le logement et pouvoir s’y maintenir, mais également déceler les indices du vieillissement pour pouvoir le plus souvent possible travailler en amont » ajoute Alexandrine Leclerc.

Les Brèves

  • Un film pour attirer l’attention

    Au fil des actions qui ont été retenues par la conférence des financeurs : un film. Une véritable production qui mettra en scène acteurs professionnels et amateurs avec un scénario qui mettra en lumière les difficultés et l’isolement que peuvent rencontrer les seniors y compris en milieu urbain.

    Pour le « héros » du film, ce cadre bientôt à la retraite, mis sur la touche par son entreprise, vient de se retrouver missionné pour déterminer comment une personne peut bien vieillir tout en restant à son domicile. « C’est un véritable outil de prévention » ajoute Alexandrine Leclerc. « Là il s’agit d’ouvrir le regard des familles qui souvent interviennent sur le tard, parfois dans l’urgence. On les appelle à l’anticipation par la diffusion de ce film ». 500 dvd seront ensuite rendus disponibles avec notamment un lancement et une première diffusion, à l’automne, au cinéma des Carmes, le tout suivi d’un débat sur la thématique.