Les Brèves

    La prison devient aqualudique

    Projet

    C’est une des annonces surprises du conseil municipal qui s’est tenu lundi après-midi. Quelques heures à peine après la délibération du jury, le maire a annoncé la fin d’un long feuilleton – qui n’est pas encore arrivé à son épilogue néanmoins – avec la désignation de l’entreprise qui portera le projet de centre aqualudique en lieu et place de la prison désaffectée. La particularité du projet présenté par le groupe Bouygues et de l’architecte Nicolas Michelin : s’étendre sur 2 000 m² d’espaces végétalisés avec des arbres de hautes tiges, créant une coulée verte en cohérence avec le projet du Muséum d’Orléans pour la Biodiversité et l’Environnement.

    « Un équipement fonctionnel et émotionnel » commentera Stéphanie Anton, adjointe en charge du développement durable, qui sera parfaitement adapté à l’utilisation en parallèle des différents bassins par des familles, des scolaires et des nageurs loisirs, sans oublier les activités bien-être qui se multiplient dans les bassins (aquagym, aquabike...). Nouveauté en revanche avec la création d’un simulateur de glisse pour le surf qui devrait ravir les amoureux de la glisse en manque d’expérience.

    Muriel Sauvegrain, premier maire adjointe et présidente du Jury, a précisé l’importance de cette intégration, mais également le soin apporté à la bonne gestion de l’eau et de l’énergie. Un élément repris par Jean-Philippe Grand, conseiller municipal EELV, qui évoquait un vrai sens « de l’intégration du bâtiment avec un grand " E " pour environnement ».

    Mais qu’en est-il de la prison ? L’État aurait-il cédé face à l’insistance de la municipalité ? « La prison est maintenant passée par décret en inutilité publique, explique Olivier Carré, maire d’Orléans, ce qui veut simplement dire qu’il est désormais aliénable et les discussions se poursuivent concernant le prix d’acquisition. Mais rien ne semble maintenant empêcher le centre aqualudique de voir le jour ». Une réaction d’autant plus compréhensible que la Garde des Sceaux a donné son accord pour que le Quartier de Préparation à la Sortie (QPS) soit construit aux Groues, libérant ainsi la pression qui s’exerçait sur le vieux bâtiment installé dans le quartier de la gare.

    Visiblement, à force de mouiller le maillot avec conviction sur ce dossier, la municipalité semble dorénavant prête pour le grand plongeon.

    Les Brèves